Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire des sciences

Sciences, politiques institutionnelles et public

Pietro Corsi, Jean-Marc Drouin et Georges Métailié
p. 186-187

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Pietro Corsi, directeur d’études avec Jean-Marc Drouin, maître de conférences au Muséum national d’histoire naturelle et Georges Métailié, directeur de recherche au CNRS

Images, pratiques et acteurs de l’histoire naturelle

1La réflexion sur les systèmes de classification développés en Occident aux XVIIIe et XIXe siècles, qui avait caractérisé notre séminaire, s’est ouverte vers d’autres périodes et d’autres aires culturelles. Nous avons prolongé cette année cet élargissement chronologique et géographique par un élargissement thématique. À travers l’examen de cas significatifs de rencontre et d’échange entre les traditions naturalistes occidentales et d’autres grandes traditions – chinoise et indienne notamment – on a essayé de suivre le développement d’entreprises d’investigation et de classification du vivant marqué par le contexte de l’expansion européenne. Kapil Raj et Georges Métailié ont développé le thème en se penchant, le premier, sur le commerce des indiennes en France au XVIIIe siècle, tandis que le second a abordé la question des rapports entre histoire naturelle japonaise et chinoise du XVIIe au XVIIIe siècle. Nicolas Robin a reconstitué la carrière de G. W. Schimper, explorateur de l’Abyssinie dans la première moitié du XIXe siècle pour une association de naturalistes collectionneurs allemands, la Würtemberger Reiseverein.

2Cette ouverture aux aires culturelles n’a pas limité par ailleurs notre effort de réflexion sur l’univers complexe de l’histoire naturelle, ensemble de disciplines aux contours épistémologiques hautement problématiques dans différents pays et réseaux de sociabilité savante. Plusieurs interventions ont essayé d’explorer continuités et ruptures entre la grande « histoire naturelle » du XVIIIe siècle et ses prolongements parfois peu attendus bien à l’intérieur du XIXe siècle, en dépit d’une prétendue « professionnalisation » qui aurait condamné la tradition de l’histoire naturelle à une marginalité sans exceptions. Or le nombre et la qualité de ces exceptions ont fait l’objet d’une analyse serrée qui nous a conduits à considérer la doctrine des races ou les rapports entre science et religion (Claude Blanckaert), la question de l’économie providentielle de la nature (Thierry Hoquet), ou la pratique scientifique de Correia da Serra, représentant de l’émigration intellectuelle portugaise entre ancien régime et Empire (Ana Carneiro, Ana Simoes, Maria Paula Diogo, Université de Lisbonne). Sur des problématiques épistémologiques se sont penchés Gabriel Gohau (Les cristallographes face à la nouvelle chimie) et Stéphane Tirard (la question de la vie suspendue), tandis que P. Corsi, Β. Dreux-Palassy, P. Daszkiewicz et H. Gourdin ont discuté des rapports entre histoire naturelle et pratiques économiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pietro Corsi, Jean-Marc Drouin et Georges Métailié, « Sciences, politiques institutionnelles et public », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 186-187.

Référence électronique

Pietro Corsi, Jean-Marc Drouin et Georges Métailié, « Sciences, politiques institutionnelles et public », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16806

Haut de page

Auteurs

Pietro Corsi

Articles du même auteur

Jean-Marc Drouin

Articles du même auteur

Georges Métailié

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals