Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire des sciences

Histoire de la psychologie et de la psychopathologie

Jacqueline Carroy
p. 192-194

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Jacqueline Carroy, directrice d’études

Le rêve en France (XIXe siècle et début du XXe siècle)

1Le séminaire a poursuivi les investigations historiques engagées depuis 2001-2002 sur le thème de l’auto-observation et du savant rêveur, narrateur et théoricien de ses propres rêves. Il s’est intéressé plus généralement à l’histoire du rêve en France dans la seconde moitié du XIXe siècle. Le rêve apparaît alors comme un objet commun et parfois disputé entre médecins et philosophes, mais aussi entre ces spécialistes et des amateurs de physiologie et de psychologie (savants d’autres disciplines, littérateurs).

2Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle s’amplifie une tradition d’étude savante et laïque, inaugurée par Antoine Charma et surtout par Alfred Maury aux alentours de 1850, qui ignore ou refuse toute valorisation romantique, extraordinaire ou surnaturelle des visions nocturnes. Étudier ainsi les rêves implique soit de puiser dans des collections, déjà constituées et réputées sérieuses, de récits oniriques, soit de constituer à partir de soi-même ses propres collections, sur le modèle d’un philosophe qui pratique l’introspection, d’un médecin qui se prend lui-même comme sujet d’expérience, ou d’un « antiquaire » qui collecte et conserve ses vestiges nocturnes. En d’autres termes, s’intéresser aux rêves implique désormais que l’on tienne un journal nocturne ou « nocturnal », pour reprendre un néologisme proposé par Charma. Invoquer et publier ses productions oniriques engage d’autre part des mises en scène de soi dont on s’est proposé de saisir les particularités.

3De façon générale, on a tenté d’articuler une histoire de conceptions sur le sommeil et les rêves et une histoire de pratiques sur soi, à partir de l’étude approfondie de quelques ouvrages d’auteurs du XIXe siècle : Joseph Delbœuf qui inséra dans son livre sur Le sommeil et les rêves, outre ses propres rêves, ceux de son ami Gabriel Tarde ; Philippe Tissié qui pratiqua classiquement une auto-observation onirique, mais suscita aussi les songes en action de son patient Albert. À la fin du siècle il semble acquis que le rêve renvoie à un passé plus ou moins récent et que son apparente étrangeté est le résultat d’un travail associatif souvent caché de l’esprit. Loin que ce travail ait un caractère pathologique, comme le voulait Maury, Taine propose en 1870 dans De l’intelligence un retournement de perspective en soulignant que le fonctionnement élémentaire du psychisme est hallucinatoire et onirique.

4On a suivi en détail lors de ce séminaire un long « feuilleton » inauguré dans La Revue philosophique à la fin du siècle par l’homme de lettres Jacques Le Lorrain à propos de la vraisemblance d’un rêve célèbre de Maury, le rêve de la guillotine, auquel ont participé des philosophes et des scientifiques (Victor Egger, Frédéric Paulhan, Louis Dugas, Paul Tannery...). À travers ce débat, chacun invoque des extraits de son nocturnal pour infirmer ou confirmer Maury et proposer une psychologie personnelle. Ce débat fait surgir des questions critiques déconstruisant de diverses manières le récit onirique classique.

5Au cours de cette investigation, on a rencontré à plusieurs reprises la question de la sexualité. Loin que ce thème soit banni, on peut identifier, dans la science des rêves française du XIXe siècle, un véritable topos, souvent présent quoique non détaillé, du rêveur libertin et de ses rêves érotiques.

6Enfin le sexe, au sens de l’époque, désignant l’autre ou le beau sexe, n’est pas absent d’une histoire qui met en jeu des sociabilités savantes masculines excluant de fait les rêves féminins des anthologies oniriques qui circulent et se transmettent. Certains onirologues se demandent parfois à quoi rêvent les dames. En creux de cette histoire se dessine donc la question du genre, pour parler en termes contemporains.

7Au cours de ce séminaire, des exposés sont venus apporter des éclairages et des contrepoints sur d’autres époques ou d’autres usages des rêves (Marielène Weber, Jessie Delage, Andreas Mayer, Claire Gantet, Hervé Huot, Mijomir Mecu). D’autres enfin ont traité de thèmes plus généralement liés à l’histoire de la psychologie et de la psychopathologie (Rafael Mandressi, Stéphanie Dupouy).

Publications

  • « Premières enquêtes psychologiques françaises. L’introspection, l’individu et le nombre », Mil neuf cent, mai 2004, 22, p. 59-75.
  • « Lire, relire et citer Michel Foucault. Psychiatrie, volonté de savoir et “culture de soi” », Le Portique, Foucault. Usages et actualités, 1er et 2d sem. 2004, p. 13-14.
  • « Playing with signatures : the young Charles Richet », The mind of modernism. Medicine, psychology and the cultural arts in Europe and America, 1880-1940, M. S. Micale (éd.), Stanford, Stanford University Press, 2004, p. 217-249.
  • « “Je ne veux pas faire rire” : la sexualité de et selon Zola », Zola et les historiens, sous la dir. de M. Sacquin, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2004, p. 104-117.
  • Avec H. Schmidgen, « Reaktionsversuche in Leipzig, Paris und Würzburg : Die deutsch-französische Geschichte eines psychologischen Experiments, 1890-1910 », Medizinhistorisches Journal, 39, 2004, p. 27-55.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacqueline Carroy, « Histoire de la psychologie et de la psychopathologie », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 192-194.

Référence électronique

Jacqueline Carroy, « Histoire de la psychologie et de la psychopathologie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16811

Haut de page

Auteur

Jacqueline Carroy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals