Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Afrique

Histoire et anthropologie comparées de la Corne de l’Afrique

Éloi Ficquet
p. 204-205

Texte intégral

Éloi Ficquet, maître de conférences

Territoires et frontières de l’Éthiopie contemporaine

1Cette première année, le séminaire s’est attaché à poser et à questionner les cadres territoriaux de l’espace régional qu’il se propose d’explorer. En commençant par l’approche géopolitique la plus conventionnelle qui consiste à examiner les frontières internationales, il s’agissait non seulement d’offrir utilement une vue synoptique des dynamiques de formation et de transformation des États de la Corne de l’Afrique depuis la seconde moitié du XIXe siècle, mais il était question d’observer à la loupe les processus de négociation, délimitation et démarcation qui ont dessiné, segment par segment, l’enveloppe frontalière éthiopienne. À cette fin, quelques sources de l’histoire diplomatique (traités, cartes, correspondances) ont été sélectionnées et minutieusement examinées. Il est bien connu que la construction de l’espace national éthiopien contemporain s’est en grande partie jouée quand le royaume chrétien, qui en était le noyau, a pu défendre son indépendance face à plusieurs puissances coloniales (Égypte, Royaume-Uni, Italie, France) et négocier avec elles les limites d’une extension territoriale considérablement élargie. L’approche proposée visait à préciser qui furent les acteurs de ces tracés frontaliers, de quelles techniques ils disposaient, et selon quels types d’enjeux ils agissaient. Explorateurs, cartographes, conseillers diplomatiques, stratèges, négociateurs ont ainsi fourni aux gouvernants éthiopiens de nouveaux outils pour définir l’extension de leur souveraineté. Ces outils de pouvoir ont ensuite fait l’objet de traductions, tractations, controverses, réadaptations. Cette histoire des tracés politiques a été particulièrement attentive aux zones laissées floues d’abord en raison des difficultés d’exploration de ces terrains, puis maintenues dans l’imprécision non seulement parce que les sociétés vivant sur ces marges étaient rétives à l’implantation d’institutions relevant des autorités centrales, mais aussi parce que les acteurs politiques interagissant de part et d’autres des frontières, qu’il s’agisse des États ou des mouvements rebelles, se servaient des possibilités des propriétés des espaces frontaliers tantôt ouverts, tantôt fermés, tantôt intangibles, tantôt contestables. Ces dynamiques ont façonné les États de la Corne de l’Afrique jusqu’aux conflits les plus récents. L’établissement d’une chronologie fine de chaque étape de ce processus de formation des frontières a permis de produire une cartographie cinématique de ces tracés pour en visualiser les dynamiques. Enfin, pour ouvrir d’autres sentiers que ceux de l’histoire, il a été fait état des travaux relevant d’une anthropologie historique des frontières éthiopiennes qui analysent depuis trois décennies les situations transactionnelles et frictionnelles qui s’y produisent.

2Quelques séances ont été consacrées à la présentation de travaux d’étudiants, les discussions portant principalement sur l’usage des notions spatiales (frontière, limite, périphérie...) et sur les méthodes de représentation cartographique. Quelques collègues ont contribué à la réflexion. Uoeldelul Chelati Dirar (Université d’Asmara et Université de Bologne) a retracé les vicissitudes de la frontière entre l’Éthiopie et l’Érythrée depuis la colonisation italienne jusqu’au récent conflit. Serge Tornay (Muséum national d’histoire naturelle) a décrit le « triangle Ilemi », zone d’incertitude formée par déplacement du tripoint entre l’Éthiopie, le Kenya et le Soudan, depuis l’époque coloniale jusqu’à aujourd’hui. John Galaty (Université McGill, Montréal) a proposé une analyse des conflits entre les sociétés pastorales vivant à cheval sur la frontière entre le Kenya et l’Éthiopie, montrant que cette frontière faiblement matérialisée est concrétisée par des usages stratégiques et économiques agissant sur les reconfigurations identitaires locales. Sabine Planel (Paris-I) a orienté la perspective vers les constructions territoriales internes en présentant le territoire wolaita, dont la forte identité paysagère pose la question du rôle et du degré d’interaction des dynamiques politiques, économiques et militaires dans le processus d’individualisation territoriale.

Publications

  • Avec B. Abbebe, Dictionnaire Français-Amharique, Addis Abeba, Shama Books, 2003.
  • « Entrelacs de l’islam et du christianisme en Éthiopie », dans Cooperazione, sviluppo e rapporti con l’Islam nel Corno d’Africa, Rome, IsIAO, 2003, p. 77-88.
  • « Dynamiques générationnelles et expansion des Oromo en Éthiopie au XVIe siècle », L’Homme, 167-168, 2003, p. 235-251.
  • « Des paysages aux savoirs. Climats et sociétés d’Éthiopie dans le récit de voyage d’Arnauld d’Abbadie (1868) », dans Savoirs du lointain et sciences sociales, sous la dir. d’A. Mahé et K. Bendana, Saint Denis, Bouchène, 2003, p. 197-207.
  • « La stèle éthiopienne de Rome. Objet d’un conflit de mémoires », Cahiers d’études africaines, XLIV (1-2), 173-174, 2004, p. 369-385.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éloi Ficquet, « Histoire et anthropologie comparées de la Corne de l’Afrique », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 204-205.

Référence électronique

Éloi Ficquet, « Histoire et anthropologie comparées de la Corne de l’Afrique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16823

Haut de page

Auteur

Éloi Ficquet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals