Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations des Amériques

Cultures et sociétés de l’Amérique coloniale, XVIe-XIXe siècle

Serge Gruzinski
p. 209-211

Texte intégral

Serge Gruzinski, directeur d’études

Les limites du métissage et la globalisation

1Tout ne se métisse pas dans les Quatre Parties du monde. Les mélanges qui se développent au sein de la Monarchie catholique sont si nombreux et si diversifiés que l’on pourrait s’attendre à ce qu’ils produisent un état de métissage généralisé, un melting pot planétaire en constante expansion. C’est bien évidemment loin d’être le cas. À ce compte-là, les langues portugaise et espagnole parlées en Amérique seraient devenues des sabirs incompréhensibles tandis que les arts de ce continent auraient suivi des voies qui auraient empêché les historiens de parler d’une Amérique baroque, puis néo-classique ou romantique. Des processus ont limité, neutralisé, paralysé ou éliminé les alliages, les amalgames, les mélanges de toutes sortes que l’occidentalisation et la colonisation ibérique ont directement ou indirectement provoqués. Paradoxalement l’étude des processus d’acculturation et d’occidentalisation a souvent laissé dans l’ombre ces blocages alors qu’ils révèlent le jeu d’une autre dynamique conquérante, plus subtile et donc plus insidieuse, souvent confondue avec les précédentes lors même que sa manière d’enraciner la domination occidentale se révèle être radicalement distincte.

2C’est à ce phénomène que nous donnons le nom de « globalisation » pour le distinguer non seulement de la « mondialisation », qui pour nous décrit purement et simplement la diffusion planétaire de traits venus des différentes parties du monde, mais aussi de l’occidentalisation qui orchestre l’affrontement avec les êtres et les réalités extra-européennes. Le dispositif institutionnel et le contenu de l’enseignement universitaire, les cadres et les mécanismes conceptuels, les normes juridiques, les langages formels et symboliques – emblèmes, répertoires iconographiques, principes d’architecture – sont les terrains privilégiés, tous essentiels, du processus de globalisation dans l’Amérique espagnole.

3La globalisation paraît se jouer selon un schéma uniforme : elle opère un déploiement planétaire qui s’inscrit dans le sillage de la « mondialisation ibérique », sa mise en place accompagne les étapes successives de l’occidentalisation, elle se ressource régulièrement dans le fonds européen sans déphasage marqué, elle exige une homologation continue : la production intellectuelle extra-européenne doit ainsi sans cesse être validée par des institutions européennes qui l’examinent et la légitiment en la publiant. La globalisation ibérique manifeste une indifférence aux formes et aux expressions d’origine autochtone, qu’elles soient indigènes ou métisses.

4Les conclusions de ce séminaire ont été publiées dans Les quatre parties du Monde. Histoire d’une mondialisation. Comme chaque année, les séances de février ont été consacrées à l’histoire du Brésil. C’est Laura de Melo, professeur à l’Université de São Paulo, qui a présenté ses dernières recherches.

Publication

  • Les quatre parties du Monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, La Martinière, 2004, 479 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Gruzinski, « Cultures et sociétés de l’Amérique coloniale, XVIe-XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 209-211.

Référence électronique

Serge Gruzinski, « Cultures et sociétés de l’Amérique coloniale, XVIe-XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16828

Haut de page

Auteur

Serge Gruzinski

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals