Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations des Amériques

Études nord-américaines

François Weil et Pap Ndiaye
p. 212-214

Texte intégral

François Weil, directeur d’études et Pap Ndiaye, maître de conférences

Politiques et techniques de l’assurance-vie aux États-Unis (1880-1970) (Pap Ndiaye)

1Les séminaires ont poursuivi la réflexion sur la manière dont les compagnies d’assurance-vie américaines ont construit des représentations sociales pour que leur activité soit profitable et légitime d’un point de vue politique et moral. L’attention s’est portée plus précisément sur les études de santé auxquelles les médecins et statisticiens de la firme MetLife procédaient. Ces études portaient sur des sujets divers (tuberculose, cancers, accidents du travail, suicides) et plaçaient la compagnie sur deux terrains distincts. D’abord celui, strictement assurantiel, de l’évaluation statistique des risques de mortalité afin d’établir des calculs actuariels garants d’un profit ; ensuite celui de la santé publique, dont l’objectif est de favoriser la baisse de la mortalité. Certes, ce dernier objectif allait dans le sens des intérêts de la compagnie, mais il répondait aussi à des exigences civiques que les assureurs prenaient au sérieux.

2L’enquête s’est ensuite prolongée vers la notion de « maladie de pauvres », centrale dans l’assurance-vie dite « industrielle ». Une étude récente d’Helen Epstein, parue dans le New York Times Magazine, a fourni un support intéressant, puisqu’elle expose le stress dont la population démunie de New York serait victime, un « stress de pauvre » dont les médecins font aujourd’hui grand cas, et qui permet de donner une efficacité explicative à des savoirs récents (sur le système immunitaire) tout en étant une notion dont les intéressés eux-mêmes peuvent se saisir. Le propos s’est alors élargi à la manière dont les assureurs avaient cerné les critères physiologiques, psychologiques, professionnels et raciaux des « maladies de pauvres ».

3Ce travail sur l’assurance-vie sera publié sous la forme d’un livre, dont quelques chapitres ont fait l’objet de conférences aux États-Unis (à l’Université Columbia et à l’Université de Pennsylvanie) à l’occasion d’un séjour de recherche à New York.

4Enfin, deux séances de séminaire ont été consacrées à plusieurs publications récentes sur l’histoire de l’esclavage aux États-Unis, qui tendent à nuancer les fameuses notions d’autonomie et d’agency des esclaves, si présentes dans les travaux des historiens des années 1970 et 1980.

Publications

  • « Les études américanistes », dans Savoir du lointain et sciences sociales, A. Mahé et K. Bendana, Paris, Éditions Bouchène, 2004, p. 31-39.
  • « L’empire des Rockefeller », L’Histoire, 279, septembre 2003, p. 48-50.
  • « Les enchaînés du roi coton », L’Histoire, 280, octobre 2003, p. 64-69.
  • « Les enragés du Ku Klux Klan », L’Histoire, 284, février 2004, p. 48-51.

L’intérêt généalogique aux États-Unis, XVIIe-XXIe siècle : une histoire culturelle (François Weil)

5On a poursuivi cette année l’enquête consacrée aux formes et aux contenus de la pratique généalogique aux États-Unis en mettant l’accent sur la période qui va de la guerre de Sécession à la Seconde Guerre mondiale : on a présenté l’hypothèse que ce moment voyait le triomphe temporaire d’une conception raciale de la généalogie.

6Un premier ensemble de séance a d’ailleurs été consacré à la racialisation de la généalogie à partir des années 1860. On a discuté les liens entre pratique généalogique et émergence de nouvelles conceptions de l’hérédité à partir de Darwin et de Galton (dont on a cherché à comprendre l’impact aux États-Unis), et on a particulièrement étudié les rapports entre généalogie et eugénisme (et entre généalogistes et eugénistes) jusque dans les années 1930. On a mis en évidence la manière dont des conceptions exclusives de la généalogie triomphent après la guerre de Sécession, notamment au sein d’organisations féminines comme les Daughters of the American Revolution ou les Colonial Dames of America. Suivant Gordon Wood et Michael Kammen, on a accepté l’idée que de tels groupes utilisaient la généalogie dans leurs efforts pour confisquer à leur profit le passé colonial et révolutionnaire de la nation. Parallèlement, ces séances de séminaires ont permis d’analyser l’entrée des femmes dans la production publique de généalogies (essentiellement grâce aux organisations déjà mentionnées), ainsi que l’extension de ces pratiques généalogiques à des Américains d’origine autre que les blancs d’origine britannique : on a ainsi pu montrer comment, dans les années 1890, des descendants d’immigrants blancs et des Africains-Américains pratiquaient la généalogie dans le cadre des mêmes conceptions raciales que les Anglo-Américains.

7Deux autres thèmes ont fait l’objet de plusieurs séances de séminaires : premièrement, la commercialisation croissante de la généalogie à partir des années 1860, qui constitue une caractéristique américaine de l’histoire de la généalogie, et dont on a tracé les contours en étudiant l’émergence d’un marché généalogique (avec ses acteurs et ses lois d’offre et de demande), en discutant le phénomène important de la fraude et de la fabrication généalogique, et en analysant les efforts pour professionnaliser et réglementer la pratique généalogique. Deuxièmement, on a présenté les alternatives qui existaient aux États-Unis au modèle racial et commercial dominant : la pratique généalogique des Mormons a fait l’objet de plusieurs séances, ainsi que le phénomène trop méconnu des réunions de famille, dont l’extraordinaire essor à partir des années 1870 témoigne de formes d’intérêt généalogique liées à des conceptions vigoureuses de la solidarité et de la sociabilité familiale.

Publication

  • A History of New York, New York, Columbia University Press, 2004, 356 p., trad. de J. Gladding.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Weil et Pap Ndiaye, « Études nord-américaines », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 212-214.

Référence électronique

François Weil et Pap Ndiaye, « Études nord-américaines », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16831

Haut de page

Auteurs

François Weil

Articles du même auteur

Pap Ndiaye

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals