Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Histoire économique et sociale de la Chine prémoderne

Pierre-Étienne Will et Christian Lamouroux
p. 219-223

Texte intégral

Pierre-Étienne Will, directeur d’études

Narrations de cas judiciaires à la fin de l’époque impériale

1On trouve dans la littérature spécialisée destinée aux administrateurs de la Chine impériale tardive des milliers de comptes rendus d’affaires judiciaires de toute nature et traitées à tous les niveaux. Leur étude est intéressante du double point de vue de l’histoire sociale et de celle du droit et des pratiques judiciaires. Comme le faisait remarquer Noriko Kamachi dans une présentation au Centre Chine en 1995, les tribunaux étaient un des rares endroits où l’élite lettrée – les fonctionnaires et leurs conseillers – se trouvait confrontée aux perceptions et aux comportements des gens ordinaires, notamment mais pas exclusivement dans le cadre des affaires qu’on est convenu d’appeler « civiles » (même si ce terme est trompeur dans le cas chinois) ; d’où la richesse informative des « narrations » auxquelles donnent lieu les cas judiciaires.

2Nous avons choisi ce terme en vogue dans l’historiographie anglo-saxonne (narrative) dans la mesure où il implique une présentation des faits suggérant, par leur agencement et leur cohérence même, un certain sens. Les cas judiciaires se prêtent particulièrement bien à l’étude en tant que narrations, puisque, par définition, ce sont des ensembles de faits cohérents, qui se déploient dans le temps de façon linéaire, avec un début (le crime) et une conclusion (la sentence), à laquelle conduit une série plus ou moins compliquée d’actes administratifs et d’événements. Notre but était d’examiner les différents aspects qu’assument de telles narrations. De nombreux formats sont concevables, depuis le dossier d’archives publié tel quel jusqu’à des récits très réécrits, insistant le plus souvent sur les qualités du juge/enquêteur, voire à des narrations autobiographiques à la première personne. Entre les deux s’intercalent les « cas homologués » (cheng’an : affaires jugées ayant reçu l’approbation de la cour), dont paraissent de vastes recueils à partir de la fin du XVIIIe siècle et qui offrent des fragments de narration plus ou moins étendus sélectionnés pour les problèmes techniques qu’ils soulèvent et discutés dans les rapports et « mémos » échangés par les instances concernées ; ainsi que les « jugements » (panyu) soumis aux autorités supérieures par les juges de première ou deuxième instance, dont il existe un grand nombre d’anthologies et qui, eux, sont susceptibles de refléter dans leur rédaction la subjectivité du juge. (Dans les cas « civils » ces jugements sont souvent de simples arbitrages imposés aux parties, appelés alors piyu.) Nous avons aussi cité les « cas hypothétiques » du type jiaru (« à supposer que »), publiés en grand nombre sous les Ming et sur lesquels nous comptons revenir.

3Quatre exemples ont été analysés cette année, tous datés de la première moitié du XIXe siècle. 1) Un conflit entre partenaires commerciaux à Fengxiang (Shaanxi), confié pour réenquête au préfet intérimaire Qiu Huang, dont les conclusions adressées à sa hiérarchie sont reproduites dans son Fupan lucun (Décisions d’un préfet) de 1839, accompagnées d’un court commentaire à la première personne et d’une décision du ministère de la Justice lui donnant raison à la suite d’un appel des plaignants à la capitale. Cette décision fournit une narration plus complète et introduit des détails importants pour la compréhension des faits. La narration de Qiu Huang lui-même est dans un style factuel mais non dénué de rhétorique lorsqu’il veut prouver un point. 2) Une affaire d’homicide involontaire au cours d’une dispute à table, dont le dossier complet est reproduit dans le Xue’an chumo (Modèles élémentaires pour l’étude des affaires judiciaires), publié en 1838 par un gouverneur de province soucieux de fournir à ses subordonnés des exemples de dossiers traités dans les règles, ne risquant donc pas d’être rejetés par la hiérarchie. Les dossiers du Xue’an chumo avec leurs commentaires marginaux illustrent l’art du compte rendu judiciaire tel que l’enseignent de nombreux manuels pour juristes : éviter toute incohérence ou contradiction dans le texte des dépositions et confessions, présenter clairement l’enchaînement des faits dans les conclusions, éviter le verbiage, etc. (Ce dossier a été présenté par Yip Sic-wah, qui prépare sous notre direction une thèse sur le contenu socioéconomique des recueils de jugements.) 3) Deux affaires survenues à Pékin, narrées à la première personne (et à son avantage) par un certain Su Tingyu, qui en a été chargé alors qu’il était en poste au ministère de la Justice et les raconte dans son anthologie autobiographique, le Congzheng zalu (Récits variés sur un parcours d’administrateur, 1843). 4) Également narrée à la première personne, une affaire de fausse accusation d’adultère qui se révèle n’être pas si fausse que cela grâce à l’opiniâtreté du fonctionnaire chargé de la résoudre, Gu Linzhi, auteur de l’anthologie Shanyou yanyu ji (Jugements rendus au Shanxi, éd. de 1933), dont l’histoire constitue une des quinze entrées. À une narration non dénuée de suspense et de retournements Gu joint une longue note (shuotie) exposant les incertitudes du cas : il s’agit visiblement d’une pièce du dossier, adressée à ses supérieurs alors qu’il n’avait pas encore tiré l’affaire au clair.

4Le premier séminaire a été consacré à un exposé d’Angela Κ. Leung, directrice d’études invitée, sur « La lèpre vue à travers les conflits judiciaires en Chine au XVIIIe siècle ».

Publications

  • « L’apprentissage du métier de fonctionnaire à la fin de la période impériale », dans Éducation et instruction en Chine, 2, Les formations spécialisées, Ch. Nguyen Tri et C. Despeux (éd.), Paris/Louvain, éditions Peeters, 2003, p. 7-47. (Traduction chinoise dans Faguo Hanxue, 8, 2003, p. 180-219.)
  • « La réglementation administrative et le code pénal mis en tableaux », Études chinoises, XXII, 2003, p. 93-157.
  • « Vu de Shanghai », dans Kangxi, empereur de Chine 1622-1722. La Cité Interdite à Versailles, catalogue de l’exposition au Musée national du château de Versailles, 27 janvier-9 mai 2004, p. 29-41.
  • « Creation, conflict, and routinization : appointing officials by drawing lots, 1594-1700 », Ming Qing yanjiu, Naples, 2002 [paru en 2004], p. 73-121.

Christian Lamouroux et Pierre-Étienne Will, directeurs d’études

Origines et évolution des techniques administratives dans la Chine impériale

5Le séminaire a continué la mise en regard de textes normatifs destinés aux fonctionnaires locaux à l’époque des Song et à celle des Qing. Les chapitres 5 à 9 du Zuoyi zizhen (Admonestations personnelles sur le métier de magistrat), datant de la fin des Song du Nord (960-1127), ont fait l’objet d’une lecture d’autant plus attentive que le texte comporte de nombreuses difficultés que les auteurs chinois et japonais qui l’ont étudié ne nous aident guère à élucider. Les soixante-douze entrées du chapitre 5 portent sur la gestion des documents, celle du personnel des yamen, la répartition des affaires à traiter, la gestion fiscale, et l’administration de la justice, notamment des prisons. Les chapitres 6-9 concernent la communication de l’administration avec la population (sous forme de modèles de proclamations pour affichage), et plus particulièrement avec les nombreux intermédiaires chargés au sein de celle-ci de tâches réglementairement définies et hiérarchisées : hommes de service, « anciens », préposés à la rédaction des documents, etc. Outre le caractère méticuleux, voire pointilliste, de beaucoup de directives, l’impression générale est celle d’une administration bien plus encline qu’à la fin de l’empire à afficher sa volonté d’encadrer la vie quotidienne des populations : beaucoup de ces textes dessinent un véritable espace de services publics, comme le révèlent, par exemple, les règlements en matière d’assistance aux blessés et malades isolés. Nous avons également étudié quelques proclamations au peuple dues à des auteurs connus des Song : Cai Xiang (1012-1067), Chen Xiang (1017-1080), Zhu Xi (1130-1200).

6On est frappé par la permanence de certains thèmes également rencontrés dans la communication publique (affichée) des fonctionnaires locaux de la dynastie des Qing (1644-1911), dont nous avons commencé par proposer une analyse générale. On trouve une quantité considérable de proclamations (gaoshi) dans les anthologies de leurs propres textes administratifs (gongdu) publiées pour l’exemple par beaucoup de fonctionnaires depuis la fin des Ming. Certains de ces textes sont destinés au personnel administratif subalterne pour organiser son travail et, surtout, améliorer son comportement, tandis que d’autres s’adressent à la population et portent sur tous les sujets imaginables, depuis l’« amélioration des coutumes » jusqu’au simple affichage administratif. On peut également distinguer entre les proclamations de routine (très nombreuses) et celles motivées par des circonstances particulières. Nous avons examiné quelques proclamations extraites d’une courte anthologie, le Shouzhuo xuan zhengshu (Écrits administratifs du Pavillon pour préserver sa modestie), publiée en 1903 par Ma Yugui, un obscur magistrat affecté fin 1900 à une sous-préfecture du Zhili mise à feu et à sang par la révolte des Boxeurs. Si les textes concernant le rétablissement de l’ordre et la « réconciliation » des chrétiens chinois et de leurs tout récents persécuteurs décrivent en effet une situation passablement chaotique, ceux qui s’adressent au personnel subalterne s’en tiennent en revanche au discours le plus traditionnel sur la « gouvernance » confucéenne, auquel on ne connaît à l’évidence pas d’alternative alors même que l’empire semble menacé d’implosion.

7On note en particulier, dans les adresses aux commis et coursiers de l’administration, le recours insistant à la notion religieuse de rétribution, leur comportement à l’égard des administrés devant valoir à leur descendance, suivant les cas, la plus terrible déchéance ou au contraire l’avenir le plus brillant. Ce discours, déjà très présent sous les Song, insiste sur la responsabilité de l’individu pour déterminer son propre destin et sur ses propensions innées au bien. Il avait acquis une grande popularité avec les « Barèmes des mérites et démérites » de Yuan Liaofan (1533-1606) à la fin des Ming ; il est réitéré avec force au XVIIIe siècle par le fameux Chen Hongmou (1696-1771), haut fonctionnaire confucéen s’il en fut, dans une anthologie destinée aux commis d’administration qui a connu plusieurs adaptations au XIXe siècle. Que les admonestations insistant sur la vigilance du Ciel et sur la nécessité d’un comportement vertueux soient particulièrement fréquentes en période de désastre est illustré par une proclamation adressée en 1837 aux notables d’une sous-préfecture du Shanxi dévastée par les sauterelles pour répercussion auprès des populations. Dans ce texte extrait de son autobiographie, que nous avons présenté et traduit, Zhang Jixing (1800-1878) explique en effet que les dieux locaux désignent aux sauterelles les communautés manquant par trop de vertu et de piété. Exemple entre mille des efforts de certains fonctionnaires activistes pour inculquer les mœurs correctes aux populations dont ils ont la charge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Étienne Will et Christian Lamouroux, « Histoire économique et sociale de la Chine prémoderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 219-223.

Référence électronique

Pierre-Étienne Will et Christian Lamouroux, « Histoire économique et sociale de la Chine prémoderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16837

Haut de page

Auteurs

Pierre-Étienne Will

Articles du même auteur

Christian Lamouroux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals