Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Histoire sociale et culturelle de la Corée coloniale

Alain Delissen
p. 238-240

Texte intégral

Alain Delissen, maître de conférences

Séoul 1925 : l’écume des jours

1Face à l’abondance des sources dans deux langues exotiques – où les tables statistiques consacrées à 350 000 habitants et deux cents arrondissements doivent être, case après case, retranscrites en chiffres arabes –, face à la mise en ligne de nombreuses ressources primaires s’imposent deux nécessités de la méthode pratique : acceptation de certaine lenteur de la recherche ; urgence des procédures de mise en forme qui guideront l’échantillonnage et de là conduiront les efforts de densification. Installé dans cette posture, le séminaire a poursuivi l’ancienne route menant à « Séoul 1925 » où l’on interroge les formes et frontières d’un dualisme colonial original (sans aucune des usuelles évidences de façade) et les formes diverses de son actualisation dans la vie quotidienne urbaine coloniale (pas nécessairement conflictuelle au demeurant). En prolongement de deux séminaires antérieurs consacrés aux « chronologies » et aux enquêtes sur les conditions de vie (saenghwal/seikatsu), on s’est interrogé sur les moyens de saisir « l’écume des jours », soit le temps des préoccupations locales, des soucis quotidiens des Séoulites.

2La presse quotidienne nationale offre ici, et de très loin, la meilleure ressource : encore faudrait-il tenir compte en l’utilisant de la multiplicité des titres disponibles (quand domine dans l’historiographie coréenne, en vertu d’un index remarquable, le seul Tonga Ilbo) et lui comparer systématiquement le japonais Keijô nippô (utilisé surtout par l’historiographie japonaise...). En première approche, on a donc choisi d’utiliser une base de données recueillant, en deux volumes, les titres et références des articles consacrés à Séoul dans le Choseon ilbo, un autre quotidien majeur entre 1920 et 1940, trop rarement utilisé. Un premier dépouillement a permis de donner à « Séoul 1925 » une couleur. Entre un début des années 1920 encore fortement marqué par les mouvements politiques formés dans le sillage du 1er mars 1919 et les années 1930 obsédées par la machinerie des fonctions et des « problèmes urbains », la presse de 1925 place toute une ville sous l’emprise d’une insécurité inquiète où s’enchaînent grèves, crimes, drogue, suicides, épidémies et catastrophes (inondations). Loin des lectures (politiques et nationalistes, fonctionnalistes) habituelles, on a tenté de rapporter les formes multiples de cette anomie rampante (à quoi correspond un vif essor des mouvements sociaux) à la situation coloniale d’une part, à l’émergence d’une société civile segmentaire d’autre part.

3En apparence, les quelque mille cinq cents articles qui forment ce premier corpus ne trahissent jamais – et certainement pas sous des formes explicites dans le titre – les réalités de la situation coloniale. Il faut aller au-delà. Ce fut bien la tâche finale assignée à ce long inventaire que d’orienter l’enquête à venir vers des lieux concrets de l’espace séoulite, vers des thèmes a priori inattendus, vers des événements du temps local aujourd’hui absents des chronologies. On verra plus tard à partir de là, ce qu’en retient (ou pas) par comparaison la presse des colons japonais.

4Ont par ailleurs été convoqués en contrepoint, les dessins de presse de la revue Kaebyeok – qui mobilisent toutes les ressources du dualisme (homme-femme, noir-blanc, centre-périphérie, assis-debout, habillé-nu, etc.) – et le Journal de Yun Ch’iho, grand propriétaire et éducateur réformiste : tout à sa Bible, à ses comptes, aux visites de ses obligés et aux plaisirs toujours renouvelés qu’il tire des sources chaudes...

Publications

  • « Comment peut-on être Séoul(ite) ? », Tan’gun, revue internationale d’études coréennes, 4, printemps 2003, p. 93-101.
  • « Asia nostra : l’empire asiatique du Japon », dans Identités territoriales en Asie orientale, Ph. Pelletier (éd.), Paris, Les Indes savantes, 2004, p. 181 -201.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Delissen, « Histoire sociale et culturelle de la Corée coloniale », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 238-240.

Référence électronique

Alain Delissen, « Histoire sociale et culturelle de la Corée coloniale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16844

Haut de page

Auteur

Alain Delissen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals