Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Justices d’Ancien Régime

Simona Cerutti
p. 256-260

Texte intégral

Simona Cerutti, directrice d’études

1. Questions de stratifications et de classifications sociales

1Le séminaire s’est proposé comme un lieu de rencontre et de débat entre étudiants et chercheurs autour des sources et des catégories d’analyse du tissu social des villes de l’époque moderne. Chaque séance s’est ainsi structurée autour d’une confrontation systématique entre sources, études de cas et problématiques historiographiques ; la lecture commune d’une série de textes a fourni un terrain de discussion constante.

2Un premier ensemble de séances a été consacré à une réflexion méthodologique portant sur la reconstitution de l’histoire de la distinction « emic et etic », renvoyant à des analyses conduites à partir des catégories et du langage utilisés par les acteurs sociaux, ou bien à partir de catégories « universelles », propres aux chercheurs. Depuis la signification qui en a été donnée par son créateur, le linguiste Kenneth Pike, cette opposition a connu une longue histoire ; nous avons retracé son utilisation notamment dans les travaux des anthropologues américains au cours des années 1970. En particulier, Anna Joukovskaia a donné une lecture fine et précise de la position du « cultural materialism » représenté par l’anthropologue Marvin Harris. Elle a souligné l’intérêt d’une réflexion qui s’est axée, entre autres, sur les conditions de connaissance des systèmes de significations attribués, par les acteurs, à leurs propres comportements. (Ces mêmes thèmes ont été au centre d’une intéressante discussion autour des « Subaltern Studies », et de leurs présupposés méthodologiques, qui s’est tenue à l’École en juin 2004.)

3Ensuite, nous avons reconstitué l’utilisation, faite par les historiens, du couple emic/etic au cours des vingt dernières années. Nous avons travaillé plusieurs textes de microhistoriens italiens et en particulier les recherches récentes de Carlo Ginzburg autour du pouvoir performatif des images, là où le renvoi à l’articulation entre approche emic et approche etic a été le plus explicite. Une des conclusions auxquelles cette analyse a abouti concerne le bien fondé de l’opposition entre une âme « sociale » et une âme « culturelle » à l’intérieur de la Microstoria : souvent donné comme évident, ce partage est en réalité l’expression de différentes conceptions des rapports existant entre modèles culturels et comportements sociaux ; ainsi qu’une conception différente de ce qu’est une analyse emic – un contexte d’analyse ou bien une approche méthodologique ? (J’ai présenté cette analyse dans un colloque sur « Microstoria and social history » qui s’est tenu à Helsinki en septembre 2003, ainsi que dans la table ronde sur « Classement des archives et regards de l’historien », La Rochelle, juin 2004.)

4Un second ensemble de séances a été consacré à l’analyse de différentes recherches portant sur les catégories de l’appartenance locale : bourgeois, citoyen, étranger, habitant, naturalisé, etc. Encore une fois, l’opposition entre catégories emic et etic a été le fil rouge à travers lequel nous avons lu des sources et des recherches différentes. Anna Bellavitis nous a présenté les résultats de sa recherche (devenue un très riche livre) sur la citoyenneté vénitienne à l’époque moderne ; les conditions de l’accès à ce statut ainsi que les variations de ses significations dans le temps. Ensuite, nous avons travaillé plus particulièrement certains textes qui nous ont paru correspondre à des approches très différentes – « internes » ou bien extérieurs – aux catégories utilisées par les contemporains. Defining nations. Immigrants and citizens in Early modem Spain and Spanish America (Yale University Press, 2003) de Tamar Herzog, et Unnaturally French. Foreign Citizens in the Old Régime and after (Cornell University Press, 2004) de Peter Sahlins (avec plusieurs articles qui les ont préparés), répondent évidemment à des questions diverses, mais surtout peuvent être lus comme autant d’exemples des limites et des acquis des approches emic et etic. La discussion de ces textes a été en outre l’occasion de mener une analyse comparative sur les statuts attribués aux « gens de passages » dans des situations locales diverses, ainsi qu’au rôle spécifique qui a été joué par les marchands dans l’attribution légale de la citoyenneté (j’ai affronté ces thèmes à l’occasion de deux colloques qui ont eu lieu à l’Université d’Aix-en-Provence et de Lyon en juin 2003 et en mars 2004).

Publication

  • « Microhistory : social relations versus cultural models ? », dans Between sociology and history. Essays on microhistory, collective action, and nation-building, A. M. Castrén, M. Lonkila, M. Peltonen (éd.), Helsinki, SKS, 2004, p. 17-40.

2 L’appartenance locale et ses droits à l’époque moderne. Une approche comparative (Europe, Maghreb, Moyen Orient) (avec Isabelle Grangaud, chargée de recherche au CNRS)

5Le séminaire s’est constitué comme un exercice comparatif portant sur les systèmes de classification sociale qui étaient en vigueur, à la même époque, dans des aires géographiques différentes. Les droits liés à l’appartenance locale ont été le terrain sur lequel nous avons concentré nos analyses. Nous avons donc procédé à une confrontation systématique des processus observés dans des contextes apparemment fort éloignés ; la réflexion sur la méthode comparative constituait le fils rouge du séminaire. Des séances bibliographiques se sont distribuées au cours de l’année. La première (S. Cerutti) a été consacrée à un bilan critique des parcours suivis par la comparaison dans les sciences sociales, et tout particulièrement en France. Nous avons essayé de comprendre les raisons des impasses connues par cette méthode (depuis l’article célèbre de Marc Bloch), ainsi que les motivations du nouveau succès que celle-ci a connu au cours des dernières années. Ce questionnement a impliqué une analyse conjointe des étapes qui ont marqué la réflexion autour des catégories d’analyse car, nous l’avons découvert, les rapports ont été étroits entre ces deux démarches. Une seconde séance (I. Grangaud), construite à partir de la lecture critique de quelques ouvrages récents proposant l’exploration d’une approche comparative à l’échelle ou à partir de l’analyse des sociétés appartenant à l’aire arabo-islamique, a été l’occasion d’interroger les rapports entre les modalités de production de savoir et d’analyse dans ce champ de recherche et les usages de la comparaison. On a pu montrer la tendance de ces usages à reconduire une appréhension externe des sociétés analysées (la ville islamique est le produit de la comparaison) et finalement à constituer le ressort d’un néo-orientalisme islamique. Tout se passe comme si on attendait de la comparaison qu’elle renouvelle le champ, quand en fait seule la réinvention du champ pourrait permettre le renouvellement des usages de la comparaison.

6Les séances se sont ensuite organisées de la manière suivante : un même thème a été affronté aussi bien par des « orientalistes » que par des « occidentalistes ». Sami Bargaoui (Université de Tunis) et Robert Descimon nous ont introduits aux problèmes de la certification publique des transactions économiques dans les sociétés parisienne et tunisienne au cours de l’époque moderne (« Sources notariales et sources juridiques »). La forme prise par les actes attestant notamment des passages de propriété ; le recours différentiel à des « tiers » pour certifier des droits ; la place faite dans ces actes écrits à des traces d’une oralité témoignant l’importance de la validation sociale des accords ; tous ces éléments ont dessiné des aires de pertinence inattendues et très fructueuses pour la discussion collective. Isik Tandogan (CNRS) et Simona Cerutti ont traité de la « Résolution des conflits et appartenance locale ». La première intervention, axée essentiellement sur des sources judiciaires (les actes du qadi d’Adana au cours du XVIIIe siècle), a visé à mettre en relief la coexistence de plusieurs systèmes légaux (et non nécessairement juridiques) au sein d’une même société ; la seconde a insisté plutôt sur le traitement réservé aux étrangers par le droit commun en vigueur dans les sociétés de l’Europe moderne. Deborah Cohen et I. Grangaud ont abordé la question des rapports entre « Corporations et ethnies ». La première intervention relative aux procès des « faux ouvriers » (Paris, XVIIIe siècle), a dégagé les modalités d’appel à une variété de droits (positif, corporatif, naturel, en termes d’ancrage local) en fonction du rapport des protagonistes avec les réseaux sociaux et les institutions. La seconde, dans le cadre de la première administration française à Alger (XIXe siècle), s’est intéressée aux interprétations à caractère ethnique (et géographique) d’une organisation corporative précoloniale aménageant les conditions d’accès à la ville d’une population foraine. Arlette Farge et I. Tandogan ont traité du « Voisinage : contrôle informel ou bien institution sociale ? » La première intervention a montré l’extraordinaire fluidité de la notion même de voisinage dans le Paris du XVIIIe siècle, en présence de réseaux flous et éphémères. La seconde intervention, pour la même époque à Adana, a montré à l’inverse un langage du voisinage très présent et actif dans les modalités d’inscription urbaine. Enfin, Pascale Ghazaleh et Marie Carmen Smyrnelis se sont interrogées sur les liens entre « Marchands et droit supra local », en contexte urbain au XIXe siècle ; dans le premier cas au Caire, à partir d’une analyse des transformations institutionnelles relatives aux modalités de règlement des contentieux liés au commerce ; dans le second cas à Smyrne, à partir de l’analyse des parcours de commerçants rattachés à la colonie française. Le séminaire s’est terminé par une journée de travail consacrée à un bilan de l’année, ainsi qu’à une discussion générale sur la méthode comparative. Nous avons analysé en particulier les propositions avancées par les courants américains des connected histories ; ainsi que les acquis des histoires croisées proposées en des temps récents par plusieurs chercheurs français (cf., en particulier, M. Werner et B. Zimmermann, éd., De la comparaison à l’histoire croisée, Seuil, Paris, 2004). Par rapport à ces approches, et à partir donc de l’expérience du travail mené au cours de l’année, les participants au séminaire ont esquissé les lignes d’une démarche comparative axée moins sur des objets ou bien des processus sociaux, que sur les sources dont dispose le chercheur. Les conditions de la production des sources ainsi que les modalités de leur conservation sont donc placées au centre de cette démarche ; les ressemblances et les différences entre les aires culturelles analysées, surgissent ainsi, avant tout, de ces traces. Cette démarche protège – nous semble-t-il – les chercheurs des dangers des anachronismes ainsi que de la réification/fixation des objets d’étude. Ce travail sera poursuivi l’année prochaine (groupe de travail).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simona Cerutti, « Justices d’Ancien Régime », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 256-260.

Référence électronique

Simona Cerutti, « Justices d’Ancien Régime », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16856

Haut de page

Auteur

Simona Cerutti

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals