Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire sociale comparée de l’industrialisation

Alain Dewerpe, Patrick Fridenson, Olivier Bomsel et Gilles Le Blanc
p. 289-292

Texte intégral

Alain Dewerpe, directeur d’études

Les objets de l’industrie (1760-1960)

1Le séminaire, pour la troisième et dernière année, a été consacré aux objets dans l’histoire de l’industrialisation occidentale. Il a tenté de faire l’inventaire raisonné – à partir de démarches multiples (archéologie industrielle, histoire de la culture matérielle, sociologie des technosciences, économie des conventions) – des objets de l’univers matériel de la production industrielle, d’analyser leurs interactions avec les êtres humains au travail et de définir des modes d’existence historiquement situés des objets techniques. Il s’est attaché à l’étude des machines comme des produits, des usages sociaux des outils comme du design des objets, des effets de branche comme des effets de marque, de l’élaboration comme de la certification des multiples choses qui ont peuplé les réseaux sociotechniques aux divers moments de l’industrialisation.

2Une première direction s’est plus particulièrement axée vers les rapports qu’entretiennent les objets avec les conditions sociales de leur production. À partir de monographies d’objets, on a tenté d’affiner l’analyse des contraintes d’espace (la dimension des objets), de temps (leur durée de conception, de production et d’usage), de qualité (la réputation, l’effet de marque, la certification) et de quantité (en reprenant l’opposition entre variété et échelle) qui façonnent les objets et celle des effets en retour que l’histoire des objets (dans une firme ou dans une branche) opère sur l’organisation de leur production, de leur conception et de leur vente. La seconde direction a porté sur les acteurs (ingénieurs, chefs d’entreprise, employés, contremaîtres, ouvriers, hommes et femmes, jeunes et vieux) de la firme et leurs relations aux objets, principalement dans la mécanique et le textile. Plusieurs séances ont par ailleurs discuté, du point de vue de ces acteurs, la distinction entre produits finis et machines, objets de production et objets de consommation.

Alain Dewerpe et Patrick Fridenson, directeurs d’études

L’international. Autour d’une histoire longue des formes mondialisées de l’industrialisation (XVIIIe-XXe siècle)

3Le séminaire s’est ouvert sur une relecture salutaire des approches de longue durée de l’internationalisation de l’économie proposées par F. Braudel. On a pu constater qu’elles n’ont rien perdu de leur provocante fécondité.

4En prenant comme objet la toile de coton imprimée, on s’est efforcé de tracer les lignes fortes d’un système international qui, dès le XVIIe siècle, anime un marché sans précédent par sa taille, sa valeur et son espace. International dans ses marchés, ses capitaux, ses entrepreneurs et ses ouvriers, ce produit occupe une position stratégique et fédératrice dans la première industrialisation.

5Si, par construction, le produit proto-industriel est destiné à des marchés extérieurs à la zone productrice, ceux-ci, comme d’ailleurs les capitaux qui sont mobilisés, ne sont pas toujours internationaux. Cette constatation a ouvert à une réflexion sur les conditions spécifiques de l’internationalisation du système proto-industriel.

6Dans un second temps le séminaire s’est consacré à l’internationalisation du système industriel, autour des transferts de technologie et de l’investissement international.

7Trois angles d’approche ont été utilisés. William H. Becker (directeur d’études associé) a présenté ses recherches sur le changement de comportement des firmes multinationales américaines dans le dernier tiers du XXe siècle face à un environnement international beaucoup plus concurrentiel, et a analysé les transformations de l’architecture et de la politique des organisations internationales compétentes en matière de commerce international, expliquant par cette série de mutations la montée des mouvements altermondialistes. Minoru Sawai (directeur d’études associé) a présenté ses recherches sur les relations entre l’industrie japonaise des machines-outils et les firmes américaines dans l’entre-deux-guerres puis durant la Seconde Guerre mondiale, proposant une approche en termes d’interaction plutôt que d’américanisation. André Philippon (doctorant) a enfin présenté la position des multinationales françaises du pétrole, face aux cartels occidentaux puis à l’OPEP, débouchant sur une critique de la notion de marché international.

8De « l’économie-monde » à la « globalisation », produits et techniques, hommes, entreprises et capitaux ont ainsi toujours traversé les frontières, mais selon des modalités qui ont beaucoup varié, avec des effets très différenciés, notamment sur les espaces nationaux et étatiques. Le séminaire continuera ses réflexions pendant une seconde année.

Patrick Fridenson, directeur d’études avec Olivier Bomsel, professeur à l’École des mines et Gilles Le Blanc, maitre de recherche à l’École des mines

Histoire et économie de la numérisation

9La numérisation est un processus d’innovations techniques et sociétales justiciable d’une réflexion historique autant que d’une analyse économique des dynamiques industrielles à l’œuvre. Sur cette hypothèse, délibérément générale, ce séminaire mensuel a rassemblé des intervenants, généralement universitaires, tous confrontés, dans leurs champs respectifs, à des manifestations singulières de la numérisation. Il s’agissait, au cours de cette première année, d’ouvrir l’enquête sur la catégorie, de la faire pratiquer par quelques chercheurs venus d’horizons très divers.

10Quatre interventions ont abordé le thème à travers l’histoire des signes – de l’écrit à l’écran (Roger Chartier), du nombre (Gilles Godefroy), de l’image (Olivier Bomsel), de l’information numérisée (Michel de Rougemont) –, dessinant ainsi une thématique des contenus, pluriels, normés, identifiés.

11En séparant le signe du support, la numérisation fait surgir l’idée de convergence, de fusion inévitable des pratiques signifiantes. Revenir sur l’histoire des différents supports, y compris Internet, permet de rétablir l’idée d’expressions singulières associées non pas au support, mais à l’interpellation et au procédé signifiant. Il apparaît alors que la numérisation, loin de faire converger, contraint les formes d’expression à spécifier davantage leurs modes d’interpellation et de signification. De là des formes d’exploitation économiques nouvelles, fondées sur la spécificité de chaque type de contenu.

12Les autres interventions ont porté sur les changements provoqués par l’émergence d’Internet : dans la dynamique de création d’entreprises (William H. Becker, directeur d’études associé), les pratiques sociales (Daniel Kaplan), les représentations économiques (Nicolas Curien).

13À des degrés divers, ces interventions ont pointé la radicalité de l’innovation d’Internet et la nature « révolutionnaire » des changements qu’elle engageait : dans l’investissement, la création d’entreprises, la socialisation des échanges, les institutions de la propriété intellectuelle, la régulation économique, etc.

14De là des développements sur la catégorie de « révolution » appliquée à Internet, avec, en corollaire, des visions prospectives, pour ne pas dire prophétiques, déjà présentes dans les discours de la « Nouvelle Économie » étudiée dans le séminaire des années 1999-2001. Face à Internet, téléologie technico-économique, les interventions du premier groupe, essentiellement historiques, ont opposé une vision plus graduelle, moins prévisible, des processus d’adoption des innovations numériques.

15C’est sur ce dernier aspect qu’il semble pertinent d’orienter la réflexion. L’hypothèse à tester est que, plutôt qu’une « révolution » associée à Internet, la numérisation suit un processus de « déploiement » comparable, sous de nombreux angles, à celui des réseaux : de chemins de fer, de télécommunications, de consommateurs. Cette catégorie de déploiement, partageable par l’histoire et par l’économie, fera l’objet de la seconde et dernière année du séminaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Dewerpe, Patrick Fridenson, Olivier Bomsel et Gilles Le Blanc, « Histoire sociale comparée de l’industrialisation », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 289-292.

Référence électronique

Alain Dewerpe, Patrick Fridenson, Olivier Bomsel et Gilles Le Blanc, « Histoire sociale comparée de l’industrialisation », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16874

Haut de page

Auteurs

Alain Dewerpe

Articles du même auteur

Patrick Fridenson

Articles du même auteur

Olivier Bomsel

Articles du même auteur

Gilles Le Blanc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals