Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire sociale des modèles culturels

Jacques Revel
p. 297-299

Texte intégral

Jacques Revel, directeur d’études

1Le séminaire principal a été consacré pour une troisième année aux figures de la pensée par cas telle que la mettent en œuvre les historiens et nombre de praticiens des sciences sociales. À partir de la réflexion des années précédentes, on a choisi de ne pas partir d’une définition normative – qui l’opposerait, par exemple, à une pensée de la généralité. On prendrait en effet le risque d’accepter l’ambiguïté qui entoure la notion même de cas et qui en obère les usages comme elle encombre la littérature du sujet. Il n’a guère de sens d’enregistrer sous ce terme des collections hétérogènes d’objets, d’exemples et de confondre monographies et cas explicitement construits aux fins d’une démonstration, voire de glisser d’un répertoire à l’autre comme si la chose allait de soi. D’où le choix de prêter attention aux opérations associées à la pensée par cas plutôt que de partir d’une improbable définition préalable. « C’est un cas », comme on dit : commun ou savant, l’énoncé contient à la fois une observation empirique et une injonction logique. En ce sens, un cas est bien ce qui arrive, une « échéance » pour reprendre l’heureuse expression de l’historien de la casuistique Serge Boarini. Il survient et pose des questions. En ce sens, un cas n’est pas seulement un fait exceptionnel. On doit poser un ou des problèmes à partir de son échéance. Avant de devenir des exemples cités et invoqués comme des autorités, les cas que Freud a rendus célèbres ont d’abord été des questions posées à la pratique des psychologues et des psychanalystes, à commencer par la sienne propre. Ou, pour changer de registre, lorsque F. Hartog a choisi de s’intéresser au « cas

2Fustel », c’est avec le souci de montrer en quoi l’historien de La Cité antique s’est placé en porte à faux par rapport à une série de traditions historiographiques et, sans doute, à la tradition tout court.

3Deux traits signalétiques, simultanément présents et souvent associés explicitement, ont été retenus pour qualifier la pensée par cas, à partir des exemples analysés en séminaire. Le premier est bien évidemment la singularité d’un « état de choses » dont l’intérêt, pratique ou théorique, n’est pas réductible à un exemplaire quelconque au sein d’une série monotone ou à celui d’un exemple arbitrairement choisi pour illustrer une proposition générale. Ou, pour le formuler autrement, le cas donne un coup d’arrêt aux raisonnements disponibles au moment où il est constitué comme tel. Mais, et c’est le second trait, le rendu de cette singularité requiert que le descripteur s’attache au suivi temporel dont cette singularité est le produit, en remontant aussi loin dans le passé du cas, en même temps qu’à une exploration détaillée des éléments et du devenir corrélatifs du (ou des) contexte(s) dans lesquels il s’Inscrit. Ce rendu prend la forme d’un récit. La liaison entre ces deux traits constitue le ressort logique et méthodologique de l’interrogation qu’appelle la qualification d’une occurrence comme cas.

4Une seconde série de séminaires, donnés conjointement avec Sabina Loriga, a continué la réflexion entamée l’année précédente sur les usages politiques du passé. La notion de régime d’historicité, proposée par Reihardt Koselleck et reprise et développée par F. Hartog dans un livre récent, a fait l’objet d’un examen approfondi. La discussion a porté en particulier sur la cohérence de la notion, sur ses limites, et sur le repérage de chevauchements entre les régimes temporels et les dérapages qui les affectent. Autour du changement de régime d’historicité qui caractérise la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle, une série d’exposés a été consacrée aux problèmes de l’invention de la muséographie et des musées qui en est contemporaine (à partir des travaux de K. Pomian et de D. Poulot), ainsi qu’aux mutations esthétiques survenues entre la fin du XVIIIe et le milieu du XIXe siècle (à partir des travaux de F. Haskell), mutations repérables en particulier dans la crise du canon esthétique qui caractérise ce moment de la culture européenne.

5Un troisième ensemble d’interrogations a porté sur le diagnostic, formulé par Hartog, de l’avènement du « présentisme », c’est-à-dire d’un régime d’historicité nouveau, centré sur un présent déconnecté de son contexte temporel, qui serait selon lui caractéristique de l’expérience contemporaine. Dans cette perspective, nous nous sommes interrogés en particulier sur le lien entre ce rapport inédit au temps historique et la définition des tâches de l’historien. Le régime présentiste constitue-t-il un gain ou une perte en ce qu’il modifie sa proximité par rapport au passé et les ressources de la démarche historique comme procédé d’« estrangement » ?

Publications

  • « History and the social sciences », dans The Cambridge history of science, 7, Th. Porter and D. Ross (éd.), Cambridge, Cambridge University Press, 2003, p. 391-403.
  • « Une histoire qui n’existe pas ? », dans Travailler avec Bourdieu, P. Encrevé, R.-M. Lagrave (éd.), Paris, Flammarion, 2003, p. 101-110.
  • « Visszatérés az eseményhez : historiográfiai áttekintés », Korall, 15-16, Budapest, mai 2004, p. 22-36.
  • « La memoria y los usos del pasado », dans Tradición y Renovación en las ciencias sociales y humanas. Acerca de los problemas del Estado, La sociedad y la economía, N. Girbal-Blacha (éd.), Actes de la journée académique, 4-5 novembre 2003, Bernal, Université Nationale de Quilmes, 2004, p. 37-42.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Revel, « Histoire sociale des modèles culturels », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 297-299.

Référence électronique

Jacques Revel, « Histoire sociale des modèles culturels », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16879

Haut de page

Auteur

Jacques Revel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals