Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Sociohistoire des pratiques culturelles (XVIe-XVIIIe siècle)

Roger Chartier
p. 299-302

Texte intégral

Roger Chartier, directeur d’études

Pratiques d’écriture, circulations textuelles et appropriations culturelles dans les sociétés d’Ancien Régime

1Plusieurs séances du séminaire ont été consacrées à compléter le travail entrepris sur les relations entre les textes littéraires et la culture écrite dans l’Europe moderne. À partir d’études de cas, ou de texte, il s’agit de comprendre comment une œuvre, dans sa totalité ou l’une de ses parties, construit une série d’effets (narratifs, poétiques, comiques, etc.) en s’appropriant des objets et des pratiques de l’écriture en ses formes ordinaires.

2Prolongeant des exposés faits lors des deux années précédentes, la démarche a fait retour sur différents thèmes. L’étude des écritures éphémères et effaçables, celles portées par les « tables » de Hamlet ou le « librillo de memoria » de Cardenio, a été située dans une perspective de plus longue durée grâce à la lecture du texte de Freud, Note sur le « Bloc magique », publié en 1924. L’analyse des usages du manuscrit à l’âge de l’imprimé a été reprise en portant attention à la manière dont Ben Jonson dans sa comédie The Staple of news (1626) met en scène la compétition entre les « newsletters » ou gazettes à la main et les « corantos » imprimés, apparus en Angleterre aux commencements de la décennie 1620. Les métaphores qui assimilent le texte et le tissu, l’écriture et le tissage, ont été abordées à partir de l’étude de tableau de Velasquez, Las Hilanderas, et du texte des Métamorphoses d’Ovide qui l’a inspiré – à savoir, l’histoire d’Arachné, lue en parallèle avec celle de Philomèle. Enfin, l’entrée au XVIIIe siècle de la littérature dans l’âge de la consommation culturelle a été illustrée par l’analyse des différentes formes d’abrégés des romans épistolaires de Richardson (transformés en courts récits ou en anthologies d’exemples) et des multiples modalités de leur « commodification » : tableaux, éventails, figurines de cire. Présentées dans des séminaires et conférences donnés à l’Université Iberoamericana de Mexico, à l’Université de Pennsylvanie, à la Library of Congress et aux Universités de Princeton et de Pittsburgh, ces études constitueront les chapitres d’un livre publié en 2005 dans la collection « Hautes études » Gallimard-Seuil.

3Au second semestre, le séminaire a été fusionné avec celui de Jean Hébrard et a eu pour thème « Entre le manuscrit et l’imprimé ». Dans ce cadre, le directeur d’études a présenté une analyse des différentes stratégies des éditeurs des pièces de Shakespeare entre le XVIe et le XVIIIe siècle et la contradiction fondamentale qui les habitent : à savoir, retrouver et publier les textes tels que l’auteur les a pensés, voulus, écrits, en ne disposant, pourtant, que de manuscrits toujours fautifs ou d’éditions toujours corrompues. Un second exemple du passage du manuscrit à l’imprimé a été fourni par l’histoire éditoriale de l’Autobiographie de Benjamin Franklin, d’abord publiée en français en 1791 à partir de la traduction de l’un de ses manuscrits, puis parue à Londres en 1793 à partir d’une retraduction en anglais de la traduction française, et publiée en conformité avec l’un des manuscrits rédigés par Franklin seulement en 1818. Enfin, le Siècle d’Or espagnol a permis d’étudier les relations existant entre les différentes formes de l’oralité et la culture écrite, suggérant l’inversion de la figure classique puisque, grâce aux transcriptions, souvent « verba manent », alors que l’éphémère de nombreux supports de l’écrit fait que, souvent aussi, « scripta volant ». Ces thèmes ont fait l’objet d’un colloque organisé par le directeur d’études au Centre Stefano Franscini à Ascona, de conférences aux Universités de Copenhague et Oslo et d’une série de séminaires donnés dans le cadre du Centre Franco-Argentino de Altos Estudios de Buenos Aires.

4Un dernier ensemble de séminaires a situé ces approches au sein des débats qui caractérisent aujourd’hui l’histoire de la culture écrite. Ainsi, la mise en question par Adrian Johns dans son livre The Nature of the book du concept de « print culture », chère à Elizabeth Eisenstein, et la proposition de lui substituer la notion de « cultural history of print ». Ainsi, la tension, centrale dans la sociologie des textes telle que la définit D. F. McKenzie, entre les œuvres en leur existence immatérielle, « platonicienne », et la matérialité des textes qui assurent leur circulation. Ainsi, les négociations multiples entre la création esthétique et les langages du monde social, situées au cœur du projet du « New historicism ». Cette dernière approche a été illustrée par l’étude de l’appropriation anachronique et carnavalesque du lexique millénariste par Shakespeare dans les scènes de la seconde partie de Henry VI, qui montrent la rébellion radicalement anti-scripturaire de Jack Cade. Cette analyse a été présentée par le directeur d’études lors du congrès annuel de l’American Shakespearean Association.

Publications

  • Formas e sentido. Cultura escrita : entre distinção e apropiação, Campinas, Associação de Leitura do Brasil et Mercado de Letras, 2003, 167 p.
  • Leituras e leitores na França do Antigo Regime, São Paulo, Editora Unesp, 2003, 395 p.
  • « From mechanical reproduction to electronic representation », dans Mapping Benjamin. The work of art in the digital age, sous la dir. de H. U. Gumbrecht et M. Marrinan, Stanford, Stanford University Press, 2003, p. 109-113.
  • « La “nouvelle” histoire culturelle », dans Homo Historicus. Essays in memory of Yuri Bessmertny, Moscou, Nauka, 2003, p. 271 -284 (en russe).
  • « El concepto del lector moderno », dans Historia de la edición y de la lectura en España 1472-1914, sous la dir. de V. Infantes, F. Lopez, J.-F. Botrel, Madrid, Fundación Germán Sánchez Ruipérez, 2003, p. 142-149.
  • « Le monde économique à l’envers », dans Travailler avec Bourdieu, sous la dir. de P. Encrevé et R.-M. Lagrave, Paris, Flammarion, 2003, p. 249-255.
  • « O tempo das dúvidas », dans Leituras em História, sous la dir. de A. L. Joanilho et C. De Nipoti, Curitiba, Aos Quatro Ventos, 2003, p. 3-13.
  • « Les chartes de mariage et les usages de l’imprimé », dans Les Chartes de mariage, Lyon, Musée de Gadagne, 2003, p. 61-67.
  • « La nouvelle histoire culturelle existe-t-elle ? », Cahiers du Centre de recherches historiques, 31, « Regards sur l’histoire culturelle », avril 2003, p. 13-24.
  • « La société, l’histoire et les pratiques », lichiko, automne 2003, p. 95-107.
  • « De Alejandría a Angelópolis. Bibliotecas de piedra y bibliotecas de papel », Artes de México, 68, 2003, p. 25-29.
  • « Gens à histoire, gens sans histoire. Dialogue avec Pierre Bourdieu », Nouvelle revue littéraire, 60, 2, 2003, p. 70-84 (en russe).
  • Avec C. Calame, dir., Identités d’auteur dans l’Antiquité et la tradition européenne, Grenoble, éditions Jérôme Millon, 2004 (contribution : « La parole ailée et sacrée », p. 69-76).
  • « The text between the voice and the book », dans Voice, text, hypertext. Emerging practices in textual studies, sous la dir. de R. Modiano, Leroy F. Searle, et P. Shillingsburg, Seattle, Walter Chapin Simpson Center for the Humanities, in association with The University of Washington Press, 2004, Seattle, p. 54-71.
  • « A história da vida privada, vinte anos depois », dans Os espaços de sociabilidade na Ibero-América (sécs. XVI-XIX), sous la dir. de M. Graça A. Mateus Ventura, Lisbonne, Colibri/Instituto de Cultura Ibero-Atlântica, 2004, p. 41-56.
  • « Écriture et mémoire. Le “librillo” de Cardenio », dans La Question du lecteur, xxxie Congrès de la Société des Hispanistes Français, mai 2003, sous la dir. de L. Bénat-Tachot et J. Vilar, Marne-la-Vallée, Ambassade d’Espagne et Presses universitaires de Marne-la-Vallée, 2004, p. 65-84.
  • « Foreword » à F. Bouza, Communication, knowledge and memory in Early modem Spain, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2004, p. ix-xvi.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Chartier, « Sociohistoire des pratiques culturelles (XVIe-XVIIIe siècle) », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 299-302.

Référence électronique

Roger Chartier, « Sociohistoire des pratiques culturelles (XVIe-XVIIIe siècle) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16880

Haut de page

Auteur

Roger Chartier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals