Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Groupe de recherche interdisciplinaire sur l’histoire du littéraire

Christian Jouhaud, Jean-Pierre Cavaillé et Dinah Ribard
p. 303-305

Texte intégral

Christian Jouhaud, directeur d’études
Jean-Pierre Cavaillé, Dinah Ribard, maîtres de conférences

Écriture et action (XVIe-XIXe siècle)

1Le travail a été poursuivi sur le thème large des rapports entre écriture et action qui fédère plusieurs chantiers du GRIHL, les uns presque achevés, les autres bien entamés ou juste commencés. Dans tous les cas, l’attention a été portée sur les acteurs et leurs actions (actions d’écriture, actions périphériques à l’action d’écriture, actions dans lesquelles l’action d’écriture est englobée ou mobilisée), sur les situations et les lieux dans lesquels l’action (tout autant l’action d’écriture que l’action évoquée par l’écriture) a été produite. On a, dans la mesure du possible, croisé les actions d’écriture et les positions sociales : qu’est-ce qu’agir par l’écriture en tant que prélat, noble révolté, valet de chambre du roi, secrétaire, fils de paysan devenu littérateur, maire d’une ville devenue le théâtre des guerres civiles de la Fronde, voire galérien ? Il s’agit en effet d’appuyer sur des repérages aussi ouverts que possible la tentative d’appréhender ce que les actions d’écriture disent sur les possibilités et les contraintes des différents statuts (ce que le passage par l’écriture rend visible de l’action des acteurs sociaux et ce que ces actions, liées à l’écriture, laissent voir des possibilités propres de l’écrit comme vecteur d’action).

2Une série de séances a été consacrée par Christian Jouhaud, Dinah Ribard et Nicolas Schapira à la question des « malheurs du temps et leurs témoins » (XVIIe siècle), en partant du constat de la présence évidente dans les textes du passé du malheur dit par ceux qui le vivent ou le voient (c’est la question du témoignage), et d’une analyse des effets de la stylisation et de la mise en forme de ces textes sur ceux qui sont amenés à rendre compte de ce malheur dans leur travail de compréhension du passé : où (qu’est-ce qu’une écriture localisée ?), quand, comment le malheur se trouve-t-il construit comme événement ? Plusieurs cas ont été abordés. Celui des écrits rédigés par plusieurs acteurs de la vie politique et sociale à Étampes à l’occasion du siège de la ville pendant la Fronde a été le plus longuement traité. On a également eu le souci d’une mise en perspective théorique de la question du témoignage dans des écrits éventuellement littéraires. On s’est appuyé pour cela sur La misère du monde, l’ouvrage dirigé par Pierre Bourdieu, et l’on a rouvert, plus de vingt ans après, le dossier du débat suscité par l’utilisation faite par Emmanuel Le Roy Ladurie de la Vie de mon père, le livre consacré par Rétif de La Bretonne à la figure de son père et au rôle de celui-ci dans son village.

3Jean-Pierre Cavaillé, après avoir consacré une séance à l’achèvement de l’enquête sur « les stratégies de l’équivoque au début de l’époque moderne », a présenté des textes du « journal » de Jean-Jacques Bouchard et de livrets provençaux relevant de la littérature de gueuserie sur la souffrance et la misère des galériens de Toulon, en écho au travail sur « les malheurs du temps et leurs témoins ». Plusieurs autres séances données par des membres du Grihl ont été employées à approfondir la problématique des rapports entre écriture et action : Alain Cantillon sur les archivages du Mémorial-de-Pascal (où la question des acteurs de la constitution d’un écrit en témoignage a été également posée), Alain Brunn et Sylvaine Guyot sur « La lettre sur scène au XVIIe siècle : écriture dramatique et action épistolare » (séance consacrée à la recherche d’un modèle d’analyse d’action des écrits alternatif au modèle oral de la rhétorique), Guillaume Peureux sur le poète Pierre Motin (1566-1610 ?) et la mise en rapport d’événements et d’une poésie de circonstance, Xenia von Tippelskirch sur la Congrégation de l’Index et la Querelle des femmes, c’est-à-dire la querelle sur les effets de la lecture sur les femmes en Italie et en France au début du XVIIe siècle, Antoine Ulti sur « Sociabilité, protection et mondanité : les hommes de lettres au salon au XVIIIe siècle », Alain Viala sur la question de « l’intérêt littéraire » à partir d’un texte de Rousseau. Déborah Blocker, Laurence Giavarini et Elie Haddad, dans une séance sur les rapports entre patronage et écriture autour du cas de Jean Mairet, ont croisé la problématique d’écriture et action avec celle de l’identité sociale des auteurs. Une autre séance a été consacrée aux problèmes soulevés par l’édition critique de la Bibliothèque françoise de Charles Sorel par une équipe de membres du Grihl.

4Le séminaire a en outre accueilli plusieurs invités : Simona Cerutti y a repris la question des relations entre histoire sociale et histoire culturelle, Jörn Steigerwald (Bochum) a évoqué l’appropriation culturelle de la galanterie en Allemagne, Alexandre Wenger (Genève) du traité médical comme genre, Albert Schirrmeister (Berlin) des savants et du rêve au XVIIe siècle, Guiomar de Grammont (Ouro Preto) de la fabrication d’un mythe brésilien : Aleijadinho, Robert Schneider (directeur d’études invité) de la fondation de l’Académie française, Jacob Soll (Rutgers) du système d’information étatique mis en place par Colbert.

5Enfin, le séminaire du Grihl a fusionné avec celui que Pierre-Antoine Fabre et Antonella Romano tiennent sur « l’ancienne Compagnie de Jésus » pour une fructueuse demi-journée de travail commune sur « Littérature, Institution, religion ». Il a également organisé un colloque consacré à « Pierre Michon et l’histoire » où ont été examinés usages de l’histoire et effets sur l’histoire d’une écriture romanesque et dans une écriture romanesque.

Publication

  • Cahiers du CRH, 33, « Stratégies de l’équivoque », avril 2004.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Jouhaud, Jean-Pierre Cavaillé et Dinah Ribard, « Groupe de recherche interdisciplinaire sur l’histoire du littéraire », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 303-305.

Référence électronique

Christian Jouhaud, Jean-Pierre Cavaillé et Dinah Ribard, « Groupe de recherche interdisciplinaire sur l’histoire du littéraire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16882

Haut de page

Auteurs

Christian Jouhaud

Articles du même auteur

Jean-Pierre Cavaillé

Articles du même auteur

Dinah Ribard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals