Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire sociale des pouvoirs politiques

Robert Descimon
p. 317-318

Texte intégral

Robert Descimon, directeur d’études

L’exercice de la parenté dans la noblesse de robe parisienne aux XVIe et XVIIe siècles

1Thème principal : les premières séances du séminaire ont été consacrées aux notaires parisiens, à leurs offices et à leurs minutes, qui forment les archives massivement exploitées dans la perspective de l’étude de la parenté au sein des élites parisiennes du pouvoir. Par la suite, deux problèmes spécifiques ont été abordés : 1) les limites du pouvoir patriarcal/matriarcal en analysant d’après des situations concrètes (familles Luillier, Brisson, Potier...) l’ordre et le désordre dans les familles de la haute robe ; 2) les caractères propres de la fortune des Parisiennes (femmes de magistrats et femmes de marchands) aux XVIe et XVIIe siècles. Puis, Michèle Fogel (Université Paris-X) a présenté son livre, aujourd’hui paru chez Fayard : Marie de Gournay (1565-1647), itinéraire d’une femme savante. Grâce aux précieux matériaux recueillis par Martine Bennini-Duranton sur les conseillers à la cour des Aides de Paris au XVIIe siècle, le séminaire en est alors venu au cœur du projet qui retiendra son travail durant quelques années : le fonctionnement de la parenté, de l’alliance, les formes de la transmission des offices, des seigneuries et, finalement, des statuts. En conclusion de cette séquence, une autre question de fond a été abordée, celle des usages des titres et appellations d’honneur (avant-noms, épithètes, noms d’ordre, etc.) dans la notabilité parisienne du XVIe au XVIIIe siècle pour dégager les éléments d’une réflexion sur les hiérarchies et les classifications sociales propres à la société française d’Ancien Régime.

2Deuxième thème : avec José Javier Ruiz Ibáñez (Université de Murcie, maître assistant invité), c’est la fin et les suites de la Ligue qui a fait l’objet d’une série d’exposés : l’ambassade espagnole à Paris et ses fameux doublons qui auraient financé le parti ligueur en 1593-1594, le statut social des exilés français à Bruxelles et la situation des villes occupées par les armées espagnoles durant la guerre contre les Français (17 janvier 1595-2 mai 1598).

3Troisième thème : Robert Schneider (Catholic University, Washington, directeur d’études invité) a, pour sa part, développé certaines des lignes de force de son prochain livre sur les transformations culturelles et politiques de la France dans la première moitié du XVIIe siècle : les représentations du « peuple », qualifié de « bête à plusieurs têtes » et les mutations des représentations globales de la légitimité de l’ordre politique entre la fin de la Ligue et le début de la Fronde.

4Revenant au thème principal, les dernières séances de l’année ont préparé le séminaire de l’an prochain : 1) en ouvrant des dossiers d’enjeu important, comme celui du passage d’une transmission népotique à une transmission en ligne directe (familles Bon Broé et Villars, originaires de Tournon [Ardèche] à la fois implantées dans la robe parisienne et dans la noblesse lyonnaise et famille Robillard qui passe en une génération de la paysannerie à Valenton [Val-de-Marne] au parlement de Rouen) ou comme celui de la nature de la propriété des charges publiques ; et 2) en soumettant pour une discussion générale le projet d’enquête « la parenté dans la noblesse de robe parisienne (XVIe-XVIIIe siècle) » tel qu’il est proposé au CRH comme enquête collective.

Publications

  • « Reading, Tocqueville : property and aristocracy in modern France », dans Tocqueville and beyond. Essays on the Old Regime in honor of David D. Bien, R. Schneider et R. Schwartz (éd.), Newark et Londres, University of Delaware Press et Associated University Press, 2003, p. 127-154.
  • « Les notaires de Paris du XVIe au XVIIIe siècle : office, profession, archives », dans Offices et officiers « moyens » en France à l’époque moderne, sous la dir. de M. Cassan, Limoges, PULIM, 2004, p. 15-42.
  • « Le discours de la représentation bourgeoise et l’Hôtel de Ville de Paris. Aperçus synoptiques du XVIe au XVIIIe siècle », dans Le prince, la ville et le bourgeois, L. Croq (éd.), Paris, Nolin, 2004, p. 203-221.
  • « The “Bourgeoisie seconde” : social differentiation in the Parisian municipal oligarchy in the sixteenth century, 1500-1610 », French History, 17/4, 2003, p. 388-424 (dossier issu de la conférence des French Historical Studies à Toronto en 2002 [avec des études de S. Bean, H. Berstein, M. Holt]).
  • « Réseaux de famille, réseaux de pouvoir ? Les quarteniers de la ville de Paris et le contrôle du corps municipal dans le deuxième quart du XVIe siècle », dans Liens sociaux et actes notariés dans le monde urbain en France et en Europe, sous la dir. de F.-J. Ruggiu, S. Beauvalet et V. Gourdon, Paris, Presse de l’Université de Paris-Sorbonne, 2004, p. 153-186.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Descimon, « Histoire sociale des pouvoirs politiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 317-318.

Référence électronique

Robert Descimon, « Histoire sociale des pouvoirs politiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16890

Haut de page

Auteur

Robert Descimon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals