Navigation – Plan du site

AccueilNumérosAnnuaire 2003-2004Enseignements principauxHistoireHistoire et civilisations de l’Eu...Histoire de la philosophie politique

Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire de la philosophie politique

Pierre Manent
p. 322-323

Texte intégral

Pierre Manent, directeur d’études

La question des formes politiques : la cité et sa vie morale

1Le séminaire s’est inscrit dans une recherche portant à la fois sur « la politique et l’ordre de l’âme » et « la cité comme forme politique ». On a procédé à une lecture attentive des cinq premiers livres de l’Éthique à Nicomaque, ouvrage qui présente à la fois la description la plus parlante de l’homme grec comme « homme civique », et la réflexion la plus influente de l’histoire de l’Occident sur l’action et la vie morale. On s’est attaché à cerner la notion de « science pratique » qui est tout sauf une « théorie de l’action ». Au cœur de l’action humaine selon Aristote réside le « choix réfléchi ». Sous l’apparent prosaïsme de cette notion, on a fait apparaître une compréhension de l’action humaine qui échappe radicalement à l’oscillation de la philosophie morale contemporaine entre éthique « déontologique » de la norme ou du commandement et éthique « utilitariste » du calcul ou du « choix rationnel ». En même temps pouvait être quelque peu débrouillé le thème populaire mais rarement élaboré de la vie civique comme domaine de « l’action ». Les deux questions « qu’est-ce qu’agir ? » et « pourquoi la cité est-elle l’espace par excellence de l’action ? » se sont éclairées réciproquement.

2On a ensuite examiné le catalogue aristotélicien des vertus, en concentrant l’attention sur les deux vertus-mères, la magnanimité et la justice. Quant à la magnanimité, la vertu personnelle par excellence, la vertu du rapport à soi, on a essayé de déployer l’ambiguïté ironique de l’analyse d’Aristote, qui fait de cette vertu tantôt la qualité propre du philosophe indifférent aux honneurs tantôt celle du politique avide de « grands honneurs ». Quant à la justice, la vertu politique par excellence, la vertu du rapport aux autres, on a insisté sur deux points : d’une part, comment et en quel sens la justice complète suppose une cité composée de citoyens libres et égaux (ce qui nous a permis de congédier la fable convenue du « holisme naturaliste » d’Aristote) ; d’autre part, comment et en quel sens Aristote pouvait soutenir à la fois qu’il y avait une « justice naturelle », ou un droit naturel, et que ce droit était néanmoins « tout entier variable ». Ainsi avons-nous constaté que si Aristote philosophe politique parvenait à dégager des critères universels de l’action juste, c’était au terme d’une démarche qui fait pleinement droit au « point de vue anthropologique », orienté sur la « diversité » indéfinie du phénomène humain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Manent, « Histoire de la philosophie politique »Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 322-323.

Référence électronique

Pierre Manent, « Histoire de la philosophie politique »Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 18 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16893

Haut de page

Auteur

Pierre Manent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search