Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Socio-histoire des relations de pouvoir (XIXe-XXe siècles)

Gérard Noiriel et Michèle Riot-Sarcey
p. 327-329

Texte intégral

Gérard Noiriel, directeur d’études
Michèle Riot-Sarcey, professeur à l’université Paris-VIII

1. Sur l’écriture de l’histoire politique du XIXe siècle (Michèle Riot-Sarcey)

1Poursuivant notre réflexion collective sur les pouvoirs à l’œuvre, particulièrement au XIXe siècle, nous avons choisi, cette année, de travailler sur l’écriture de l’histoire politique. J’ai tenté de familiariser les étudiants à l’idée d’une fabrique de l’histoire par les contemporains, soucieux d’inscrire l’événement – dont ils sont les témoins – dans une continuité ordonnée. Objectif qui a pour conséquences de repenser l’événement en effaçant son caractère déstabilisateur. Nous avons particulièrement travaillé l’historicité des moments postrévolutionnaires, de 1800 aux années 1920, en nous attachant à saisir la construction du sens de l’événement.

2L’analyse des textes historiques a été privilégiée, de manière comparative entre deux types de discours : celui d’une autorité représentative mis en parallèle avec un point de vue singulier, toujours à distance de l’idée dominante. Par exemple pour l’année 1831 : un texte de Thiers sur l’événement de Juillet fut confronté à la perception des événements de Jeanne Deroin. La méthode nous permet de retrouver les compréhensions perdues et les significations oubliées que l’on confronte au processus de formation d’un sens dominant qui, comme on le sait, participe à l’élaboration du « sens » de l’histoire.

3Nous avons mis à profit ces séances pour approfondir la réflexion sur l’événement, les représentations et sur ce qu’il est convenu d’appeler l’histoire continue par opposition aux discontinuités historiques ; on a tenu compte, bien sûr, des travaux récents en ces différents domaines.

4Parallèlement et complémentairement nous avons poursuivi nos séances de lectures communes avec Gérard Noiriel. Toujours dans cette quête d’historicité, nous avons travaillé sur deux romans de Balzac, Une Ténébreuse affaire et Ζ Markas (pour la perception, interprétation du temps par les contemporains) et quelques petits poèmes en prose de Baudelaire.

5Au cours de cette année écoulée, j’ai pu confronter nos réflexions avec quelques collègues dans différents colloques et séminaires, en France et à l’étranger. En particulier à l’occasion des journées d’études consacrées à l’économie française, 1650-1850 (conférence Gimon) à l’Université Stanford (avril 2004) et dans le cadre d’un colloque – organisé par notre groupe de recherche de Paris-VIII, « histoire intellectuelle » en collaboration avec des chercheurs de l’EPHE – sur le thème de « L’écriture de l’histoire entre continuités et discontinuités » (BNF, juin 2004).

2. L’enfance « maltraitée » (Gérard Noiriel)

6Après une année d’enseignement à l’Université Paris-VIII (mars 2003-février 2004), j’ai repris mon séminaire à l’École, en privilégiant cette année l’histoire de « l’enfance maltraitée ». Ce nouveau chantier de recherche s’inscrit dans le cadre d’une réflexion plus vaste, commencée il y a une vingtaine d’années, sur la question des relations de pouvoir. Elle s’est focalisée d’abord sur l’histoire des groupes sociaux (patrons/ouvriers), puis sur les liens étatiques (nationaux/étrangers). Désormais, c’est la sphère domestique (parents/enfants) qui est privilégiée. Une étude du vocabulaire m’a permis de montrer que le terme « maltraitance » s’est imposé très récemment dans la langue française pour désigner des problèmes qui ont longtemps été pensés séparément. En remontant les différents fils, j’ai pu isoler trois grandes thèmes : 1) L’histoire de la violence exercée sur les enfants par les adultes et des résistances qu’elle a suscitées ; 2) l’histoire des savoirs que les sciences humaines et sociales ont construits à propos de cette forme de domination sociale ; 3) l’histoire de la politisation d’une question longtemps considérée comme relevant de l’espace « privé ». On a découvert ainsi l’importance de la presse, puis de la télévision, dans la construction du problème de l’enfance maltraitée. Les pistes défrichées ce semestre seront explorées plus en détail au cours du séminaire 2004-2005.

7Sur le plan méthodologique, j’ai privilégié cette année encore la question des rapports entre la littérature et l’histoire. La comparaison de trois récits d’enfance (Jules Vallès, L’enfant, 1879 ; Virginia Woolf, La Promenade au phare, 1927 ; Jean-Paul Sartre, Les Mots, 1963) a montré comment le thème avait évolué au cours du temps, notamment sous l’influence de la psychanalyse, qui a imposé l’idée que les comportements d’un adulte étaient déterminés par son passé d’enfant.

Publications

Gérard Noiriel

  • « Les Français d’abord : une invention républicaine », Sciences humaines, 144, octobre 2003, p. 42-45.
  • « Histoire, mémoire, engagement civique », Hommes et migrations, automne 2003, 1247, p. 17-26.
  • Préface à L. Dornel, La France hostile. Socio-histoire de la xénophobie (1870-1914), Paris, Hachette, 2004, p. 7-12.
  • Présentation du dossier « Vos papiers ! », Genèses. Sciences sociales et histoire, 54, mars 2004, p. 3-4.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Noiriel et Michèle Riot-Sarcey, « Socio-histoire des relations de pouvoir (XIXe-XXe siècles) », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 327-329.

Référence électronique

Gérard Noiriel et Michèle Riot-Sarcey, « Socio-histoire des relations de pouvoir (XIXe-XXe siècles) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16898

Haut de page

Auteurs

Gérard Noiriel

Articles du même auteur

Michèle Riot-Sarcey

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals