Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Pouvoir, droit et société dans l’Antiquité romaine

Yann Rivière
p. 333-334

Texte intégral

Yann Rivière, maître de conférences

Histoire de la ville de Rome à l’époque impériale : tumultes et séditions

1L’interprétation des troubles populaires qui constituent la chronique, bien lacunaire, de la Rome impériale s’est poursuivie cette année par l’examen d’une conjoncture particulière : l’exécution en 190 de notre ère d’un affranchi devenu tout puissant, Cléandre, à l’initiative de l’empereur Commode, en réaction à une émeute d’abord réprimée par une partie des soldats de la garnison de Rome. Cet épisode retient l’attention aussi bien en raison de la relative précision de chacun des auteurs qui le rapportent (Dion Cassius, Hérodien, l’Histoire Auguste), qu’au regard des contradictions qui les opposent et paraissent, un moment, rendre ces différents récits irréconciliables. Or, si aucun des indices permettant d’identifier les acteurs de ce conflit (les soldats, les manifestants, leurs commanditaires éventuels, une divinité et des enfants surgis au milieu du cirque Maxime...) n’est tout à fait satisfaisant (quelques critères restreignant le choix des interprétations possibles peuvent être néanmoins proposés), la comparaison de cet événement avec d’autres semblables conduit à rejeter le point de vue radical d’une analyse hypercritique, telle que celle proposée par G. Alföldy. Qu’il suffise, en effet, de porter une attention soutenue aux indications topographiques ou aux aspects les plus matériels des combats pour éviter de réduire le récit d’une émeute à une technique d’écriture, une méthode narrative ou un canevas archétypal, identique à bien d’autres pages d’une même œuvre, voire de la littérature grecque et latine tout entière. Une synthèse des questions soulevées par ce dossier a été présentée, en janvier, au séminaire d’histoire urbaine de l’ENS de Lyon consacré, cette année, aux désordres dans la Rome impériale.

La violence dans le droit criminel romain

2Ce second volet s’est ouvert par le rapprochement de deux enquêtes antérieures : l’influence du christianisme sur la législation pénale de l’Empire tardif, d’une part, l’exercice de la contrainte servile dans la société romaine, d’autre part. Deux extraits de lois de l’empereur Constantin conservés dans le Code théodosien (9, 12) sont souvent tenus, depuis Henri Wallon au moins, pour le signe d’un changement d’époque dans l’histoire des relations maître/esclave. En lisant ces textes d’abord, en les replaçant ensuite dans l’évolution des normes antérieures et dans l’économie du code (la structure du livre IX), il semblerait plutôt que le législateur se préoccupe de limiter l’exercice d’une violence domestique, dans les circonstances où l’acte révèle une pure intention meurtrière ou lorsque les moyens employés pour le supplice sont ceux que s’octroie la justice de l’empereur (l’interrogatoire sous torture). Une telle volonté de contrôle de l’État sur les relations esclavagistes s’esquisse dès l’établissement de l’autocratie impériale, comme l’atteste la célèbre anecdote de l’intervention d’Auguste contre Veclius Pollion qui livrait généralement ses esclaves aux murènes (Sénèque, De ira, 40, 2-5 ; Dion Cassius, 54, 23, 1-4...). Au IIe siècle, la législation témoigne non seulement de la réprobation que suscitent de telles pratiques, mais encore de l’existence de sanctions pénales encourues par certains maîtres abusifs. Il demeure, en l’état d’avancement de cette enquête, que le texte constantinien semble le seul à qualifier le meurtre de l’esclave d’homicidium.

3Les rencontres du CRH de novembre 2003, consacrées à la notion de frontière nous ont permis d’aborder la question du rachat des captifs à l’époque impériale, dans ses modalités les plus concrètes, aussi bien que dans ses effets juridiques (au regard du droit de postliminium). La frontière entre l’Empire et le monde barbare se dessine ici au travers des normes qui définissent le registre spécifique d’une circulation des personnes placées sous contrainte.

4De la « mobilité des personnes », il fut aussi question à l’occasion d’un colloque organisé à Madrid en janvier 2004 (Casa de Velasquez/Université Paris-VIII). Notre contribution portait sur les différentes formes de l’exil sous le Haut-Empire (relegatio/deportatio).

Publication

  • Le cachot et les fers. Détention et coercition à Rome, Paris, Belin, 2004.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Rivière, « Pouvoir, droit et société dans l’Antiquité romaine », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 333-334.

Référence électronique

Yann Rivière, « Pouvoir, droit et société dans l’Antiquité romaine », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16903

Haut de page

Auteur

Yann Rivière

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals