Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Étude sur la société grecque moderne et contemporaine

Georges B. Dertilis
p. 347-350

Texte intégral

Georges B. Dertilis, directeur d’études

1. Économie, société et construction de l’État : Grèce, 1830-1990

1Le séminaire a poursuivi la réflexion des deux années précédentes sur la construction de l’État grec. Cette année, nous nous sommes focalisés sur le jeu du pouvoir à travers une étude de cas : l’affaire des mines de Laurium (1864-1875). Le cas est exemplaire sur plusieurs plans : conflit local et international ; enjeu de pouvoir économique, politique, social et culturel ; champ de confrontations et d’alliances entre l’État et les acteurs économiques et sociaux ; enfin, champ de conflits et de compromis entre les réseaux des entrepreneurs locaux et ceux des entrepreneurs « cosmopolites » de l’Empire ottoman et de la diaspora.

2Nous avons tout d’abord examiné la fondation de la Société franco-italienne des mines (Serpieri-Roux) avec la participation des entrepreneurs grecs installés à Marseille et à Odessa ; la tentative de l’État grec d’imposer un impôt spécial sur l’exploitation des déchets de l’activité minière de l’antiquité ; l’ingérence des gouvernements italien et français en faveur de la Société ; l’imbroglio diplomatique qui s’ensuivit et les menaces d’actions de guerre de la part des gouvernements de France et d’Italie ; la politique de la France, que nous avons étudiée à travers la correspondance entre Jules Ferry, ambassadeur à Athènes, le ministre et Adolphe Thiers ; enfin, la politique des autres grandes puissances, notamment de la Grande-Bretagne. Les archives du Foreign Office et des ministères des Affaires étrangères de France et de Grèce ont été les sources principales utilisées pour reconstituer cet aspect de l’affaire.

3En revanche, les archives de la Banque nationale de Grèce et la presse de l’époque ont été les sources utilisées afin de suivre l’affaire sur le plan de la politique intérieure. Nous avons ainsi tracé la formation d’un réseau de financiers grecs de l’Empire ottoman et de la diaspora ayant comme objectif l’achat de la Société et la conquête du marché bancaire local ; l’imbrication de ce réseau avec les réseaux financiers déjà établis à Athènes ; l’infiltration de ce réseau élargi dans les hauts échelons de la politique ; le recrutement de membres au sein de l’administration, des partis politiques, de la justice, du parlement, de la cour et de la famille royale ; enfin, l’alliance de ce réseau avec celui dirigé localement par la Banque nationale.

4Par la suite, nous avons vu comment ce « réseau des réseaux » a soutenu un « coup d’État » royal qui a conduit au limogeage du gouvernement et à l’appel du leader d’un petit groupe parlementaire de douze députés à la présidence du Conseil. Nous avons reconstitué les tractations confidentielles qui ont précédé et suivi ce « coup d’État » par l’analyse détaillée des débats parlementaires et par la juxtaposition avec, d’une part, les rapports des ambassadeurs français et anglais et, d’autre part, les mémoires de quelques-uns des protagonistes de l’affaire. En fait, à la stupéfaction de plusieurs acteurs non impliqués (notamment de Jules Ferry), le dénouement de la crise fut l’achat retentissant de la Société par le réseau des entrepreneurs de la diaspora, l’introduction immédiate à la Bourse des actions de la nouvelle Société, et le compromis oligopolistique avec les banques locales sur le partage du marché bancaire.

5La bulle financière des actions de Laurium fut le dernier acte de l’affaire. Nous avons insisté sur les aspects peu spectaculaires de cette phase, sur les questions plutôt théoriques qui pourraient dynamiser la réflexion et l’interprétation : la forme des bulles financières d’antan, les définitions historiques de la « spéculation », les limites de la réglementation d’État et, enfin, le rôle des réseaux financiers, para-politiques et para-étatiques, dans la transmission sélective et fléchée des informations, une des causes principales des catastrophes boursières – qu’il s’agisse du passé ou du présent.

6Les participants au séminaire ont pu assister à deux conférences supplémentaires de Georges Dertilis sur l’histoire de la Grèce moderne, la première au séminaire de Nancy Green (« La marine marchande grecque, XVIIIe-XXe siècle. Migrations d’ascension sociale et formation d’une élite internationale »), et la seconde au séminaire de V. Duclert, M. O. Baruch et P. Dormagen (« Les dictatures grecques : 1925-1926, 1936-1941, 1967-1974 »).

7Nos collègues invités ont présenté les sujets suivants (souvent en commun avec le séminaire Aymard-Dertilis-Pécout sur « Les nouveaux États méditerranéens ») : P. Anastassiadis (IEP, Paris), « L’Église orthodoxe et l’État grec, 1830-1940 » ; A. Christidis (professeur de linguistique, Université de Thessaloniki), « La langue et la nation dans les pays balkaniques » ; Ada Dialla (Archives historiques, Université d’Athènes et Université de Crète), « The Principle of nationality and the Balkans : Russian discourses (1854-1905) » ; Hagen Fleischer (professeur d’histoire, Université d’Athènes), « Nazi Germany and Greece : Images and Policies » et « Strategies of cultural policy of the Great Powers (1918-1940) » ; Athena Georganta (professeur associée à l’Université de Patras), « Les fondements historiques et idéologiques de la “Papesse Jeanne” de Roïdis » ; P. Kimourtzis (Archives historiques, Université d’Athènes), « The University of Athens and the formation of the State (1837-1910) » ; Stella Manet, « Les historiens et l’État ; le cas de K. Paparrigopoulos » ; Niki Maroniti (Archives historiques, Université d’Athènes), « The Greek parliamentary monarchy ; practice and discourse (1864-1910) » ; E. Papataxiarchis (Université égéenne), « The Greek path to anthropology (XIXth-XXth centuries) ».

8Le « séminaire d’Athènes de l’EHESS » est une activité parallèle de la direction d’études sur la Grèce moderne et contemporaine. Sous l’égide de l’ambassade de France à Athènes et des ministères de la Culture et de l’Éducation nationale de Grèce, ce séminaire est organisé conjointement avec les Archives historiques de l’Université d’Athènes et l’Institut français d’Athènes. À long terme, l’objectif est ambitieux : diffuser, dans le milieu universitaire grec, les résultats des recherches conduites à l’École, en tant que recherches représentatives de la production scientifique de la France dans le domaine des sciences sociales. Dans ce premier stade expérimental, l’objectif du séminaire est d’inviter chaque année six enseignants de l’École à présenter leurs travaux autour d’un thème.

9« Sources, témoins, mémoire et histoire » fut le thème du premier cycle, inauguré en février 2003 par Jacques Revel et François Hartog. « Immigration, émigration et mouvement de populations » est le thème (provisoire) retenu pour 2004-2005.

Publication

  • Histoire de l’État grec, 1830-1920, Athènes : Programme de recherches de la Banque nationale de Grèce, 2004, 2 volumes, 1320 p.

2. La formation des nouveaux États méditerranéens, XIXe-XXe siècles (avec Maurice Aymard, directeur d’études et Gilles Pécout, professeur à l’ENS et directeur d’études cumulant à l’EPHE)

10Cf. le compte rendu de M. Aymard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges B. Dertilis, « Étude sur la société grecque moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 347-350.

Référence électronique

Georges B. Dertilis, « Étude sur la société grecque moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16909

Haut de page

Auteur

Georges B. Dertilis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals