Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Croyance et incroyance dans l’Europe de la Révolution et du XIXe siècle

Philippe Boutry, Catherine Maire et Jean-François Chanet
p. 353-355

Texte intégral

Philippe Boutry, directeur d’études
Catherine Maire, chargée de recherches au CNRS
Jean-François Chanet, maître de conférences à l’Institut universitaire de France (Lille-III)

1Le séminaire, organisé en collaboration avec Catherine Maire, chargée de recherches au CNRS, membre du Centre d’anthropologie religieuse européenne (CARE), et Jean-François Chanet, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Lille-III, détaché à l’Institut universitaire de France, a de nouveau porté sur « Liens et frontières du religieux : un enjeu politique, une donnée littéraire ».

2Une première série de contributions a été centrée sur l’apport des archives de l’Index et du Saint-Office. Catherine Maire a consacré une séance à la censure romaine des œuvres philosophiques de Rousseau en présentant les premiers éléments d’une enquête en cours sur « Frère Ambrosius et la censure du Contrat social » ; sur la base des rapports originaux (parere ou votum) des censeurs romains de l’Index, elle a pu montrer combien la Curie a opéré à partir de normes et de principes qui ne rendent nullement compte de la nouveauté radicale de l’œuvre et de la pensée de Rousseau, la censure du Contrat social exprimant à cet égard tout le fossé culturel et intellectuel qui sépare les cercles ecclésiastiques romains, fussent-ils informés et compétents, de la dynamique des Lumières en France et en Europe. Philippe Boutry a étudié dans une autre séance « La censure romaine de Stendhal » : Rome, Naples et Florence en 1828 et Le Rouge et le Noir en 1864 sont inscrits à l’Index sur la base de jugements parfois sommaires qui dénotent la grande difficulté des théologiens à appréhender le genre romanesque. Ce sont des réflexions du même type qu’a développées Loïc Artiaga (Université de Limoges) à la suite de la thèse de doctorat qu’il a soutenue sur les « bons » et les « mauvais » livres à l’âge de la « littérature industrielle » : son intervention sur « La censure romaine de Balzac » a permis de montrer l’attention précoce des censeurs romains à l’impact de l’œuvre du romancier et les axes principaux de leurs inquiétudes (morale sexuelle et conjugale, religiosité romantique). Ces pistes de réflexion ont été prolongées par une autre intervention de Philippe Boutry sur Zola, « L’anticléricalisme et l’antichristianisme des années 1860 aux années 1880 », qui s’est efforcé de montrer le rapport d’hostilité, d’extériorité mais aussi de fascination que Zola entretient avec la religion et la culture chrétiennes dans son œuvre et dans sa vie.

3L’histoire du millénarisme au tournant des XVIIIe et XIXe siècles a donné lieu aux deux contributions de Catherine Maire sur « Le millénarisme janséniste de Duguet à Grégoire » et de Hilaire Multon (Université de Limoges) sur « David Lazzaretti (1834-1878), prophète du Monte Amiata : du millénarisme à la République de Dieu », à la suite de sa récente thèse de doctorat ; les deux contributions ont dégagé avec soin les logiques religieuses et les schèmes eschatologiques ou apocalyptiques des espérances millénaristes suscitées dans deux contextes très divers (le jansénisme tardif du XVIIIe siècle et le catholicisme intransigeant du XIXe siècle) de leurs dimensions sociales et politiques.

4Trois contributions ont enfin porté sur la conflictualité religieuse en France au tournant des XVIIIe et XIXe siècles. L’intervention de Paul Chopelin, assistant à l’Université Lyon-II, sur « Le débat sur le mariage des prêtres dans le diocèse de Rhône-et-Loire en 1789-1792 » a éclairé à nouveaux frais les dimensions politiques et religieuses d’une controverse majeure de l’âge des Lumières à partir du cas lyonnais en s’appuyant sur une documentation originale saisie dans le moyen terme de la fin du XVIIIe siècle. La séance consacrée par Philippe Boutry à « Une figure de prêtre érudit au XIXe siècle : l’abbé Jean-Marie-Sauveur Gorini (1803-1859) et la Défense de l’Église (1853) », fondée sur les acquis du récent colloque du bicentenaire à La Tranclière (Ain), a exploré une trajectoire intellectuelle militante et originale dans le clergé rural et intransigeant du XIXe siècle. Une ample contribution de Jean-François Chanet sur « L’idée d’éducation nationale en France, entre religion et laïcité, du Second Empire à la Troisième République » a illustré les dimensions et les enjeux de la genèse du concept d’« éducation nationale » dans le contexte politique, moral et religieux de la France du second XIXe siècle, en dégageant nettement les formes de continuité et les éléments de rupture qui président à l’avènement du programme de l’école laïque. Le séminaire de l’année suivante prolongera ces réflexions.

Publications

  • « Les Bourbons en exil (1789-1814) », dans La Présence des Bourbons en Europe, XVIe-XXIe siècles, sous la dir. de L. Bély, Paris, PUF, 2003, p. 233-254.
  • « L’Assomption et les pèlerinages », dans Deux siècles d’Assomption. Le regard des historiens (Paris, 2000-2001), Paris, Université d’été assomp-tionniste, 2003, p. 25-41.
  • « “Ce n’est pas Elle !” ou Comment représenter la Vierge », Chroniques d’art sacré, 74, été 2003, p. 24-25.
  • « La più storica delle encicliche moderne », dans Suggestioni e Proposte. Tavola Rotonda, I tempi della « Rerum Novarum ». Atti del Convegno dell’Istituto Luigi Sturzo, a cura di G. Di Rosa, Rome, Istituto Luigi Sturzo, et Soveria Mannelli (Catanzaro), Rubettino, 2002 [2003], p. 725-728.
  • « La crise du péché », dans Catholicisme et bourgeoisie. Bernard Groethuysen. Actes de la table ronde sur Bernard Groethuysen, sous la dir. de C. Maire et B. Hours, Cahiers du CRH, 32, octobre 2003, p. 93-111.
  • Avec D. Julia, « Reliques et Révolution française », dans Religione, cultura e politica nell’Europa dell’età moderna. Studi offerti a Mario Rosa dagli amici, a cura di C. Ossola, M. Verga, M. A. Visceglia, Florence, Olschki, 2003, p. 337-352.
  • « Les pèlerins d’Ars au XIXe siècle », dans Identités pèlerines. Actes du colloque de Rouen, sous la dir. de C. Vincent, Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 2004, p. 211-227.
  • « Le prédicateur des villes et le prédicateur des champs : Lacordaire à Ars (4 mai 1845) », dans Prédication et prédicateurs, XIXe-XXe siècles, Revue des sciences religieuses, Strasbourg, LXXVIII, 2004/3, p. 335-357.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Boutry, Catherine Maire et Jean-François Chanet, « Croyance et incroyance dans l’Europe de la Révolution et du XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 353-355.

Référence électronique

Philippe Boutry, Catherine Maire et Jean-François Chanet, « Croyance et incroyance dans l’Europe de la Révolution et du XIXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16914

Haut de page

Auteurs

Philippe Boutry

Articles du même auteur

Catherine Maire

Articles du même auteur

Jean-François Chanet

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals