Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Études juives

Idées, cultures et sociétés des mondes juifs avant l’émancipation

Sylvie Anne Goldberg
p. 360-362

Texte intégral

Sylvie Anne Goldberg, maître de conférences

Historicité et temporalité

1Cette année, le séminaire a esquissé l’approche du troisième volet de la recherche entreprise sur les rapports des juifs à la temporalité. Il s’est particulièrement attaché à tenter de définir les étapes conceptuelles de l’émergence de « l’idée de Jérusalem » que l’on projette d’analyser en tant qu’élément central dans l’élaboration des conceptions du temps futur. À cette fin, on a ébauché une sorte de grille de pertinence fondée sur des éléments historiques et/ou symboliques susceptibles d’être associés à cette « idée », pour en identifier les registres de références. On a ainsi examiné dans un premier temps, la Jérusalem biblique et la Jérusalem du Temple – perçues, toutes deux, en tant que lieu de rassemblement et de pèlerinage, et débouchant sur la notion d’une Jérusalem « de royauté et de gloire ». Dans un second temps, on s’est intéressé à l’analyse de la Jérusalem de « la destruction », qui signale la mise en œuvre d’une conceptualisation d’« espace-temps », puisque l’année de la destruction du Temple de Jérusalem devient un marqueur temporel qui introduit le système d’ère dans la computation juive du temps, elle-même dégageant une forme de computation tant historique que messianique et dirigeant l’ordonnancement du temps juif. Ces deux éléments fondateurs posés, on a ainsi vu émerger le principe de l’attente et de l’espérance du retour et du rassemblement des exilés, permettant ainsi de poser les jalons d’une histoire de l’espoir.

2Dégageant simultanément la conjonction que l’on peut aisément établir entre la topographie naturelle de la ville et sa topographie dans l’ordre symbolique, on a ainsi étudié le phénomène ayant abouti à l’idée d’une Jérusalem « céleste », qui permet à son tour de voir se dessiner une « idée de Jérusalem » partagée – sans pour autant être commune – par les trois monothéismes. Enfin, cette grille a permis de s’intéresser à l’élaboration d’un archétype, propre cette fois au judaïsme, alliant une symbolique de rébellion à l’attente messianique et se caractérisant dans l’histoire par l’exercice d’une alliance entre les enjeux politiques et religieux.

3Sacha Stern (School of Oriental & African Studies, Londres) est intervenu directement dans le séminaire : « La notion du temps dans le Judaïsme ancien : culture proche-orientale et hellénisation » ; tandis que sont intervenus indirectement dans le cadre du Centre d’études juives : Warren Ζ. Harvey (Université hébraïque de Jérusalem) « “La notion de Dieu Intellect-Intelligent-lntelligible” chez Maïmonide » ; et Zeev Gries (Université de Beer Sheva) : « The Jewish Book as an agent of cultural change in the 18th and 19th centuries ».

4D’autre part, le séminaire organisé sous ma direction à l’Université hébraïque de Jérusalem, s’est poursuivi sous l’Intitulé « Religion and secularization » avec les participations de Rita Hermon-Belot (« The making of a “French way” between State & Church : The public and the Private in religious spheres ») ; Jean-Pierre Albert (« Religious virtuoso ») ; Hamit Bozarslan (« Secularism, nationalism and religion in the turkish experience : some paradoxical links ») ; Pierre-Antoine Fabre (« Research on European Christianity in the modern period ») et Pierre Bouretz (« From secularization to secularity : on religion in modern societies »).

5Je suis intervenue à l’Université de Pennsylvanie (« Between temporality and historicity : a Jewish sense of time ». « In the path of our fathers : inventing tradition, defending tradition and the setting of Jewish time in Jerusalem and Babylonia »), et à l’Institut européen en sciences des religions (IESR) : « Les pratiques funéraires dans le judaïsme ».

Publications

  • La Clepsydre II, Temps de Jérusalem, temps de Babylone, Paris, Albin Michel (« Bibliothèque des idées »), 2004, 415 pages.
  • « Comment », dans Jewish emancipation reconsidered. The French and German models, M. Brenner, V. Caron and U. J. Kaufmann (éd.), Tubingen, Mohr Siebeck Verlag, 2003, p. 17-25.
  • « La langue des hommes et la langue des anges », dans Steiner, sous la dir. de P.-E. Dauzat, Paris, L’Herne (« Cahiers de l’Herne », 80), 2004, p. 177-188.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Anne Goldberg, « Idées, cultures et sociétés des mondes juifs avant l’émancipation », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 360-362.

Référence électronique

Sylvie Anne Goldberg, « Idées, cultures et sociétés des mondes juifs avant l’émancipation », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16919

Haut de page

Auteur

Sylvie Anne Goldberg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals