Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Études allemandes

Histoire socioculturelle des relations franco-allemandes (XIXe-XXe siècles)

Michael Werner
p. 363-364

Texte intégral

Michael Werner, directeur d’études

Historiographies franco-allemandes et transferts culturels

1Le séminaire a poursuivi l’enquête ouverte en 2002 sur une histoire croisée de l’Allemagne et de la France entre 1815 et 1870. L’objectif consiste, d’une part, à mener des enquêtes parallèles concernant des thèmes communs à l’histoire des deux pays et d’associer, d’autre part, l’étude de cas à une perspective historiographique elle-même croisée à partir de points de vue français et allemands. À travers une série de séances thématiques, nous avons successivement abordé des phénomènes comme le nationalisme, le libéralisme et le socialisme, les mouvements migratoires et l’émigration allemande en France au XIXe siècle, à la fois sur un plan général et en analysant certains quartiers de Paris à la fin du siècle, les élaborations et transpositions pratiques de l’idée de constitution, la dimension européenne de l’histoire franco-allemande entre 1848 et 1870, le rôle de cristallisation de la guerre de 1870-1871, les expositions universelles et en particulier celle de 1867, l’émergence de la notion de patrimoine et des politiques de conservation de monuments, la création des premiers musées d’histoire et leurs liens avec les musées ethnographiques et les musées d’art. Parallèlement, nous avons continué à discuter, tout au long de l’année, les aspects théoriques et méthodologiques d’une approche en termes d’histoire croisée appliquée aux enquêtes menées par les uns et les autres et tenté de dégager ses spécificités par rapport à une démarche comparative et une analyse de transferts culturels. L’ensemble de ces réflexions ont été l’occasion d’entendre Hartmut Kaelble (Berlin), Volker Barth (Munich), Michael Esch (Berlin), Véronique Pautre (Paris-I) et Jakob Vogel (Berlin) qui nous ont exposé leurs travaux lors de séances en cours d’année.

2Par ailleurs, j’ai continué d’assurer en tant que co-responsable trois séminaires mensuels : « Lieux et espaces musicaux » (avec Patrice Veit), « Musique et sciences sociales » (avec Esteban Buch et Laure Schnapper-Flender) et « Les savoirs dans la construction des sociétés nationales. Europe centrale-Russie-Allemagne, 1750-1850 » (avec Marie-Elizabeth Ducreux et Wladimir Berelowitch). J’ai également participé à la mise en œuvre du séminaire inter-établissements sur « Histoire et historiographies allemandes » qui associe l’École aux départements d’histoire de Paris-I et Paris-VII. En juin 2004, j’ai organisé avec Catherine Colliot-Thélène un colloque international au Centre-Marc-Bloch de Berlin sur « Le comparatisme à l’échelle globale ».

3J’ai présenté des résultats et aspects de mes propres recherches lors de conférences au Centre d’histoire comparée de l’Europe de Berlin, au Collegium Budapest, au CEFRES (Prague), à l’Université de Graz, au Max-Weber-Kolleg d’Erfurt. Je suis intervenu dans des colloques et tables-rondes à l’Université de Sao Paulo et à la Maison des sciences de l’homme de Sofia, à l’Université Lyon-II, au BBI de Genshagen-Berlin, à l’Académie des sciences et à l’université Humboldt de Berlin. En septembre 2003, j’ai animé, avec Bénédicte Zimmermann et Hervé Joly, le séminaire doctoral franco-allemand du CIERA sur le thème « Travailler les représentations ». En avril 2004, j’ai été chargé d’une session de travail dans le cadre du séminaire interdisciplinaire de jeunes chercheurs sur « culture et mémoire » organisé par la Sutdienstiftung des deutschen Volkes à Bonn. J’ai enfin également assuré des enseignements lors de l’école d’été sur l’état des sciences humaines et sociales organisée à Lyon en juillet 2003 par l’Université franco-allemande.

Publications

  • Avec B. Zimmermann, dir., « De la comparaison à l’histoire croisée », Le genre humain, 42, Paris, Seuil, 2004, 240 p.
  • Zum Geleit, Frankreichs deutsche Emigranten. Texte von und Erinnerungen an Jacques Grandjonc, Doris Obschernitzki (éd.), Berlin, Hentrich & Hentrich, 2003, p. 8-10.
  • Préface à R-L. Thivat, Culture & émigration. Le théâtre allemand en exil aux USA, Bordeaux, Art & Primo, 2003, p. 4-6.
  • « Ansichten des Exils. Zu einem Grundthema bei Heine », dans « ...und die Welt ist so lieblich verworren ». Heinrich Heines dialektisches Denken, B. Kortländer, S. Singh (éd.), Bielefeld, Aisthesis-Verlag, 2004, p. 175-189.
  • « Philological networks : a history of disciplines and academic reform in nineteenth-century France », dans Transnational Intellectual Networks. Forms of academic knowledge and the search for cultural identities, C. Charle, J. Schriewer, P. Wagner (éd.), Francfort, Campus, 2004, p. 205-224.
  • « La recherche face à l’action publique en France et en Allemagne : Regards croisés sur l’évaluation scientifique », dans Les sciences sociales à l’épreuve de l’action. Le savant, le politique et l’Europe, B. Zimmermann (éd.), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’Homme, 2004, p. 177-208.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Werner, « Histoire socioculturelle des relations franco-allemandes (XIXe-XXe siècles) », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 363-364.

Référence électronique

Michael Werner, « Histoire socioculturelle des relations franco-allemandes (XIXe-XXe siècles) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16921

Haut de page

Auteur

Michael Werner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals