Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Études allemandes

Herméneutique et traditions savantes

Heinz Wismann
p. 365-366

Texte intégral

Heinz Wismann, directeur d’études

Théories de la connaissance sociohistorique : Reinhart Koselleck

1Depuis Kant, la question de la connaissance historique se situe explicitement dans l’horizon plus vaste des conditions de l’expérience en général. Or celle-ci ne se limite pas aux réalités se reflétant, selon l’ontologie traditionnelle, dans le miroir de la conscience, mais englobe l’ensemble des représentations produites par l’activité réfléchissante du sujet. Ainsi, la réalité qualifiée d’historique, au-delà de l’immédiateté, elle-même construite, des données positives, apparaît-elle comme le résultat d’une reconstruction sans cesse actualisée. Ce sont les modalités de cette reconstruction qui, du point de vue épistémologique, déterminent les sens du travail historien.

2Après avoir examiné, l’année précédente, la théorie de l’histoire de Walter Benjamin, qui transforme la réflexivité méthodologique, dont se réclament, de Humboldt et Droysen à Dilthey et Weber, en passant par Windelband et Rickert, la plupart des théoriciens post-kantiens, en une métaphysique des ordres du langage, nous nous sommes intéressés à l’inflexion originale apportée au transcendantalisme classique par Reinhart Koselleck. Tout en reprenant, dans les termes kantiens, la question des conditions de possibilité de l’expérience historique, tant pour ceux qui la vivent que pour ceux qui la reproduisent, celui-ci ne la situe pas dans l’espace ouvert par les idées de la réflexion, mais l’inscrit d’emblée dans l’horizon quasi transcendantal d’une série de constantes anthropologiques, que résument, à leur niveau d’abstraction le plus élevé, trois couples d’antonymes structurants : avant-après, haut-bas, dedans-dehors.

3Afin de préciser les conséquences de cette approche pour l’ensemble des sciences sociohistoriques, nous avons lu et commenté un certain nombre de textes clés actuellement disponibles en traduction française. Dans le volume intitulé L’expérience historique (Paris, Hautes Études-Gallimard-Seuil, 1997), nous avons retenu les chapitres suivants : « Histoire sociale et histoire des concepts » (p. 101-119), « Théorie de l’histoire et herméneutique » (p. 181-199), « Mutation de l’expérience et changement de méthode. Esquisse historico-anthropologique » (p. 201 -247) ; dans Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques (2e édition, Paris, Éditions de l’EHESS, 2000), « Le futur passé des temps modernes » (p. 19-36), « Le pronostic historique dans l’ouvrage de Lorenz von Stein sur la Constitution prussienne » (p. 81-95), « La sémantique historico-politique des concepts antonymes asymétriques » (p. 191-232), « Champ d’expérience et “horizon d’attente” : deux catégories historiques » (p. 307-329).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Heinz Wismann, « Herméneutique et traditions savantes », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 365-366.

Référence électronique

Heinz Wismann, « Herméneutique et traditions savantes », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16922

Haut de page

Auteur

Heinz Wismann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals