Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Europe centrale et orientale

Histoire turque et ottomane

Gilles Veinstein et Khosrow Shakeri
p. 383-385

Texte intégral

Gilles Veinstein, directeur d’études

La Méditerranée ottomane : recherches sur Tripoli de Syrie et sur les Cyclades (XVIe-XVIIe)

1Les documents d’archives ottomans déchiffrés, traduits et analysés cette année, constituaient deux dossiers.

2Le premier avait trait à Tripoli de Syrie (Liban). Nous avons d’abord étudié et comparé les versions successives (1519, 1547, 1571) du règlement fiscal (kânûnnâme) de ce port, à travers les différents manuscrits disponibles (Archives d’Istanbul et d’Ankara ; Bibliothèques nationales de Paris et de Vienne) et les éditions existantes (celles en turc de Barkan et d’Akgündüz ; celle en français de Mantran et Sauvaget : Règlements fiscaux ottomans. Les provinces syriennes, Paris, 1951). La richesse exceptionnelle des articles cités à l’importation, notamment un grand nombre de drogues et matières premières, constitue l’un des intérêts de ce texte important. Nous avons pu compléter ou corriger parfois le travail considérable d’identification de Mantran et Sauvaget par exemple, l’explication du terme shivânî/shevânî a pu être complétée à l’aide de H. Kindermann, Schiff im Arabischen, Zwickau, 1934, p. 53-54). Il est appliqué aux vaisseaux du grand commerce dans les versions de 1547 et 1571, et c’est la seule attestation connue dans les kânûn ottomans ; par ailleurs, nous proposons d’interpréter le mürr-i batârikh qui avait embarrassé nos prédécesseurs et qu’ils identifiaient, faute de mieux, au carvi, comme mürr-i patâriq (« la myrrhe des patriarches »). Au-delà de ces détails, la comparaison des versions de 1519, encore très proche de la conquête ottomane (1516) et de la situation à la fin du régime mamelouk, et de 1547, permet de suivre assez précisément l’ouverture du port, dans l’intervalle, au grand commerce international (les Occidentaux, les Vénitiens surtout, ayant délaissé Beyrouth pour Tripoli). La comparaison donne aussi une occasion rare de suivre assez précisément le passage d’une fiscalité mamelouke à une fiscalité, partiellement au moins, ottomanisée : changement de terminologie (le droit de douane n’est plus une tamga mais un gümrük) ; changement de modalités (les tarifs à l’unité largement remplacés par des pourcentages ad valorem) ; étatisation (les contrôleurs du port ne sont plus rémunérés par des prélèvements additionnels mais par des salaires). Nous avons pu compléter et clarifier sur plusieurs points ces sources déjà connues, par un ensemble de documents inédits : des ordres impériaux de 1552 (tirés du manuscrit Topkapi, KK 888, n° 764, 765, 779) éclairent les questions de la fabrication des savons de Tripoli à partir de l’huile d’olive et des cendres alcalines (a. bals, t. belis), résultant de la combustion de l’herbe à alcali récoltée par les Bédouins dans les déserts de Hama et de Homs, (les deux tiers de la production étant un monopole de l’État) et de la fiscalité très complexe frappant les savonneries. D’autres pièces, tirées cette fois des documents ottomans du fonds Bailo a Costantinopoli des Archives d’État de Venise (documents que nous cataloguons avec D. Desaive du CNRS), éclairent les conflits entre les autorités de Tripoli, agents de la douane notamment, et les marchands vénitiens fréquentant la place.

3Le second dossier, sur la base de documents du même fonds de Venise, abordait quelques aspects de la vie sur l’île de Naxos dans les premières décennies du XVIIe siècle, cette recherche prenant la suite de la thèse de B. J. Slot (Archipelago Turbatus..., Istanbul, 1982) : conflit entre capucins et franciscains pour la possession du monastère de la « Santa Annunciata », arbitré par le juge ottoman de Naxos (le cadi de Nakshe) en 1629-1630 ; gestion de l’île en 1616-1617, par le « duc » de Naxos et de Paros, Gaspard Gratiani, agent double entre les Ottomans et l’Occident. Cette recherche s’inscrit dans un « programme » plus large sur l’insularité ottomane (mené avec N. Vatin, E. Borromeo et d’autres collègues) qui a donné lieu, entre autres, à un colloque publié, et qui comprend également l’inventaire et l’exploitation des documents ottomans des archives du monastère de Saint Jean le Théologien à Patmos (Grèce).

4Par ailleurs, diverses questions d’histoire ottomane (du XIVe au début du XIXe siècle) ont été discutées à travers les exposés sur leurs travaux en cours de E. Dursteler (Brigham Young University, Utah, États-Unis) ; A. Yaycioglu (Harvard) ; I. Tamdogan (CNRS), A. Karapinar (Université de Bolu) ; F. Hitzel (CNRS) ; T. Artan (Université Sabanci, Turquie et directrice d’études associée).

Publications

  • Avec N. Vatin, Le sérail ébranlé. Essai sur les morts, dépositions et avènements des sultans ottomans (XIVe-XIXe siècles), Paris, Fayard, 2003, 523 p.
  • Avec N. Vatin, dir., Insularités ottomanes, Paris, Maisonneuve et Larose et Institut français d’études anatoliennes, 2004, 310 p.
  • « Pauvres et riches sous le regard du sultan ottoman », dans Pauvreté et richesse dans le monde musulman méditerranéen, sous la dir. de J.-R Pascual, Paris, Maisonneuve et Larose, 2003, p. 199-216.
  • « Les privilèges du drogman de Venise à Alep au début du XVIIe siècle », dans Méditerranée, Moyen-Orient : deux siècles de relations internationales. Recherches en hommage à Jacques Thobie, sous la dir. de W. Arbid, S. Kançal, J.-D. Mizrahi, S. Saul, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 25-41.
  • « Les Juifs de l’Empire ottoman », dans La Méditerranée des Juifs. Exodes et enracinements, sous la dir. de P. Balta, C. Dana et R. Dhoquois-Cohen, Paris, L’Harmattan (« Les Cahiers de Confluences »), 2003, p. 115-130.
  • « Sulayman The Magnificent and Christianity : the limits of an antagonism », Perceptions. Journal of International Affairs, VIII/2, juin-août 2003, Ankara, 2003, p. 159-172.
  • « Chronologie différentielle des titres impériaux selon les supports utilisés. Quelques exemples empruntés à la documentation ottomane », dans Événement, récit, histoire officielle. L’écriture de l’histoire dans les monarchies antiques. Actes du colloque du Collège de France, N. Grimal et M. Baud, (éd.), Études d’Égyptologie 3, Collège de France, chaire de civilisation pharaonique, Paris, 2004, p. 259-269.

Khosrow Shakeri, ingénieur de recherche

Histoire et historiographies du monde iranien depuis 1812 : paradigmes et paradoxes d’une modernité tardive

5Consacré à l’étude comparatiste et pluridisciplinaire de l’histoire et de l’historiographie du monde iranien, ce séminaire avait déjà examiné l’histoire de l’historiographie prémoderne et moderne du monde iranien, et en particulier l’historiographie de la révolution iranienne des années 1905-1911. Pendant cette année le séminaire s’est attaché à se concentrer sur la révolution de 1978-1979 d’après les écrits anglo-saxons, irano-américains et iraniens. La lecture critique d’un certain nombre de textes (de A. Ashraf, H. Nahavandi, N. Keddie, Khosrokhavar, Henry Precht, ainsi que le shah et Ay. Khomeyni) a permis de s’interroger sur la présentation des facteurs politiques, économiques, culturels, ainsi que les structures mentales qui ont influencé le développement de la révolution iranienne de 1978-1979. L’examen des ruptures et des continuités politico-culturelles a permis de prendre en compte le poids de la culture et des traditions et sa résistance (« la longue durée »), ainsi que son renforcement paradoxal dans le processus de transformation économique et de modernisation dans ce pays doté d’une exceptionnelle diversité ethnico-religieuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Veinstein et Khosrow Shakeri, « Histoire turque et ottomane », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 383-385.

Référence électronique

Gilles Veinstein et Khosrow Shakeri, « Histoire turque et ottomane », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16940

Haut de page

Auteurs

Gilles Veinstein

Articles du même auteur

Khosrow Shakeri

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals