Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Anthropologie historique du combat et de la violence de guerre au XXe siècle

Stéphane Audoin-Rouzeau
p. 406-407

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Stéphane Audoin-Rouzeau, directeur d’études

Moyens et difficultés d’une approche

1Au cours de l’année écoulée, le séminaire entendait se concentrer sur l’inventaire des moyens et des difficultés d’approche d’un sujet comme celui du combat et de la violence de guerre au sein de l’aire occidentale au XXe siècle. Après avoir posé la problématique générale du séminaire, dont le travail sur ce point précis est destiné à s’étendre sur deux années, puis après avoir tenté de faire l’inventaire des obstacles spécifiques qui se dressent face à l’étude d’une telle question, le séminaire s’est attaché à l’analyse de trois axes bibliographiques possibles destinés à éclairer (encore que contradictoirement) le problème posé. Le premier axe était celui du « modèle occidental de la guerre » (en partant d’Ardant du Picq, analysé dans cette perspective, avant de passer à John Keegan et Victor-Davis Hanson) ; le deuxième était au contraire constitué d’ouvrages mettant en cause cette même notion de modèle guerrier occidental, grâce à une approche purement anthropologique (Lawrence Keelay, Jean Guilaine et Jean Zammit, Christophe et Edwige Bœsch) ; le troisième axe examiné s’est attaché aux possibilités d’une approche « éliasienne » (ou « postéliasienne ») de l’activité guerrière au XXe siècle.

2Puis le séminaire s’est affranchi de cette perspective bibliographique préalable afin de s’attaquer à la question difficile du témoignage de guerre : cette séance a été confiée au professeur Léonard Smith (Oberlin College) qui a mené l’analyse de l’ouvrage d’E. B. Sledge, With the old breed, aujourd’hui central dans la relecture par l’historiographie américaine de l’expérience de guerre du Pacifique en 1941-1945. Les différentes voies d’un contournement des archives traditionnelles ont été ensuite explorées, à travers l’analyse du recours possible aux objets de guerre, au film, à la photographie, enfin aux disciplines d’exploration de la psyché dans leur confrontation au phénomène guerrier.

Publications

  • Avec J.-J. Becker, dir., Encyclopédie de la Grande Guerre, Paris, Bayard, 2004, 1342 p.
  • « Paris bombardé, 1914-1918 », dans Villes en guerre, sous la dir. de Ph. Chassaigne et J.-M. Largeaud, Paris, A. Colin, 2004, p. 31-36.
  • Avec O. Forcade, « La société, la guerre, la paix : nouvelles problématiques, nouveaux objets », dans Histoire, économie, société, « La société, la guerre la paix, 1911-1946 », avril-juin 2004, 2, p. 165-172.
  • Préface et annotation de G. Lavy, Ma Grande Guerre, 1914-1918, Paris, Larousse, 2004.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Audoin-Rouzeau, « Anthropologie historique du combat et de la violence de guerre au XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 406-407.

Référence électronique

Stéphane Audoin-Rouzeau, « Anthropologie historique du combat et de la violence de guerre au XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16953

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals