Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Anthropologie historique des sociétés méso- et sud-américaines

Nathan Wachtel, Gilles Rivière et Jacques Poloni-Simard
p. 410-411

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Nathan Wachtel, directeur d’études
Gilles Rivière, Jacques Poloni-Simard, maîtres de conférences

1C’est à une réflexion sur les traditions andines que le séminaire a, pour l’essentiel, été consacré, au carrefour des perspectives anthropologiques et historiques, et par-delà la coupure de la conquête espagnole. Carmen Escalante (Centro Bartolomé de Las Casas, Cusco) a présenté plusieurs corpus de mythes d’origine et la description de rituels, en relation avec la terre et l’eau, sur la base d’un travail de terrain effectué dans des communautés paysannes de la région du Cuzco et de la vallée du Colca (Pérou). Susan Ramirez (Texas Christian University) cherche à atteindre les conceptions préhispaniques de la territorialité, de la légitimité politique et de la communauté, par-delà la difficulté épistémologique qu’il y a à utiliser des sources hispaniques ou déjà marquées par les traditions occidentales. Les unes comme les autres projettent en effet sur la période antérieure à l’arrivée des Espagnols des conceptions qui sont étrangères à la tradition andine. Ce qui subsiste de celle-ci, à l’échelle des kurakazgos, avec les transformations dont les sources du XVIe siècle témoignent, permet d’établir un modèle de la souveraineté qui peut être étendu à l’ensemble de l’Empire inca. José Luis Martínez (Universidad de Chile) a présenté les résultats d’une enquête de longue haleine sur la région de Lipes (sud de la Bolivie). Il montre que le groupe et le territoire des Lipes relèvent d’une classification coloniale alors que rien ne vient corroborer son unité ethnique. Il met ainsi au jour le processus d’ethnification opéré par la colonisation espagnole dans cet espace frontière.

2Revenant sur la question du métissage à partir du dossier de la christianisation de la Nouvelle-Espagne, Solange Alberro (Colegio de México) a montré comment les Jésuites se sont attachés à produire des images métisses, destinées aux populations urbaines en mal d’encadrement ecclésiastique, alors que les Franciscains, pour faciliter la conversion des Indiens, avaient cherché à reprendre ce qui, dans l’iconographie et les croyances préhispaniques, pouvait être conservé et récupéré dans le contexte chrétien. En relation avec ces stratégies évangélisatrices fondées sur les emblèmes, la dévotion mariale a été promue par les ordres religieux. Si le cas de la Vierge de Guadalupe est bien connu, celui de Notre-Dame de los Remedios l’est moins, occulté par le succès du culte de la première.

Publications

  • La Fede del ricordo. Ritratti e itinerari di marrani in America (XVI-XX secolo), Turin, Giulio Einaudi editore, 2003, 346 p.
  • « Sausade. De la sensibilité lévi-straussienne », dans Claude Lévi-Strauss, Paris, L’Herne, 82, 2004, p. 442-455.
  • « Les premiers groupes de nouveaux-chrétiens au Mexique (XVIe siècle) », dans Archives du Centre culturel Calouste Gulbenkian, XLVIII, 2004, p. 183-190.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathan Wachtel, Gilles Rivière et Jacques Poloni-Simard, « Anthropologie historique des sociétés méso- et sud-américaines », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 410-411.

Référence électronique

Nathan Wachtel, Gilles Rivière et Jacques Poloni-Simard, « Anthropologie historique des sociétés méso- et sud-américaines », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16955

Haut de page

Auteurs

Nathan Wachtel

Articles du même auteur

Gilles Rivière

Articles du même auteur

Jacques Poloni-Simard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals