Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Anthropologie économique du monde chinois

Michel Cartier
p. 411-413

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Michel Cartier, directeur d’études

1. Population et développement en Asie orientale

1Le séminaire a été consacré plus spécialement à l’exploitation du recensement chinois du 31 octobre 2000, jugé, à l’origine, peu fiable par beaucoup de démographes. Après une présentation de la situation de l’emploi en Chine, qui faisait apparaître une chute des emplois du secteur public et la résurgence du chômage, nous avons abordé l’étude d’un dossier sur Shanghai, rapporté d’un séjour de deux semaines dans l’agglomération, révélant que la situation réelle de la métropole économique était moins brillante qu’on ne le pense. Deux constatations importantes : la stagnation des emplois, dont le nombre n’a pas varié depuis le recensement de 1990, et les conditions de logement déplorables d’une fraction importante de la population. Si l’on pousse l’analyse, on constate à la fois des destructions d’emplois et l’embauche d’une masse de travailleurs précaires recrutés parmi les « immigrés » venus d’autres provinces ou de la campagne avoisinante. La croissance démographique est maintenant due exclusivement à un afflux d’immigrés qui représentent environ le quart de la population. Il existe désormais une forte différence entre les résidents anciens, qui pénètrent plus tard sur le marché de l’emploi et le quittent avant l’âge légal de la retraite, surtout les femmes, et les « immigrés », des jeunes qui acceptent des emplois sans garanties. L’agglomération souffrait de plus, en 2000, d’un important chômage. Pour ce qui est des conditions de logement, enregistrées pour la première fois dans un recensement, on note qu’à côté d’une petite minorité de « riches », qui peuvent se payer des logements neufs, la grande majorité doit se contenter de logements exigus (moins d’une pièce par habitant) et de nombreuses familles vivent entassées dans des logements d’une ou deux pièces, manquant parfois de cuisine et de sanitaires. Cette situation est principalement le résultat de la cherté des logements neufs mis sur le marché. L’enquête a ensuite été étendue à l’ensemble du territoire national. On s’est surtout intéressé aux migrations inter-provinciales qui sans avoir l’ampleur qu’on leur prête, lorsque l’on évoque une « population flottante » de plus de cent millions de personnes, affectent néanmoins plusieurs dizaines de millions d’hommes et de femmes. La reconstitution des mouvements migratoires enregistrés dans le recensement fait apparaître un flux d’une trentaine de millions quittant les provinces moins développées du centre pour se diriger vers la côte du Sud-Est (dix-huit millions), les grandes agglomérations et les provinces ayant une frontière avec l’ancienne Union soviétique (chacune six millions). Sur les dix-huit millions gagnant les provinces dynamiques de la côte, près de treize millions se sont dirigés vers la seule province du Guangdong, l’une des quatre provinces à enregistrer une croissance notable de l’emploi industriel. L’analyse du rapport présenté par le Premier ministre Wen Jiabao à l’Assemblée du peuple (5 mars 2004) laissait prévoir une inflexion de la politique économique et sociale pour mieux prendre en compte les réalités signalées plus haut. On a, pour finir, examiné l’évolution des structures familiales à la lumière des trois recensements de 1982, 1990 et 2000. La baisse de la taille des foyers ne doit pas être mise en relation avec une quelconque « modernisation ». Les personnes vivant seules sont encore très peu nombreuses. La diminution résulte surtout de la baisse de la proportion des enfants, tandis que la proportion relativement élevée de familles à trois générations est le résultat, en ville, de la crise du logement et, à la campagne, de la nécessité de prendre en charge les personnes âgées.

2. Le statut éthique de l’animal dans la culture chinoise

2Faisant suite à un exposé de Michel Cartier sur les spécificités de la domestication en Chine présenté dans le cadre d’un autre séminaire, le groupe d’étude sur le traitement des animaux s’est réuni trois fois sous la direction de celui-ci et a été consacré à des exposés. Nous avons entendu successivement un exposé de Christian Malet sur la catégorie des « cinq animaux venimeux » (serpents, scorpions, myriapodes, crapauds et salamandres). Ces animaux interviennent dans la pharmacopée traditionnelle sous la forme de préparations diverses, et leurs vertus sont mises en relation avec les catégories de la médecine chinoise : cinq viscères, maladies chaudes et froides. La seconde séance a permis d’entendre un exposé de Mau Chuan-Hui sur les vers à soie, dans lequel elle montrait que la domestication de cet insecte est beaucoup plus complexe qu’on ne le dit habituellement et qu’elle n’avait nullement éliminé l’exploitation des vers à soie sauvages. Ces derniers fournissent un surplus de fibres de qualité plus médiocre, dont l’importance économique est loin d’être négligeable. Mau Chuan-Hui montrait, en outre, que la domestication du bombyx marche de pair avec une domestication du mûrier, qui subit d’importantes transformations de manière à ce que ses feuilles servent d’aliment privilégié aux chenilles. La dernière séance a été consacrée à l’examen d’un travail de Françoise Gouraud sur la protection des mammifères utilisés par la pharmacopée traditionnelle chinoise. Elle y a traité de huit espèces menacées : les tigres, les éléphants, les rhinocéros, trois ruminants, l’ours à collier et le pangolin dont certaines parties du corps possèdent, ou sont supposées avoir, des vertus curatives : os de tigres, « bile » d’éléphant, corne de rhinocéros, andouillers et musc, bile d’ours et écailles de pangolins. Trois méthodes ont été utilisées, avec des succès divers, pour réduire la contrebande et empêcher la disparition de plusieurs espèces menacées. Il s’agit de la constitution de réserves, de l’établissement de fermes d’élevage et de la recherche de produits de substitution.

Publication

  • « Les territoires des minorités », « Du clan à l’enfant unique », « L’histoire de la population », « La transition démographique », « Planning familial ou contrôle des naissances ? », dans Chine, peuples et civilisation, sous la dir. de P. Gentelle, Paris, La Découverte, 2004 (« Poche/État du monde »), p. 57-61, p. 90-110.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Cartier, « Anthropologie économique du monde chinois », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 411-413.

Référence électronique

Michel Cartier, « Anthropologie économique du monde chinois », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16956

Haut de page

Auteur

Michel Cartier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals