Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Anthropologie et image : l’expérience grecque

François Lissarrague, Irène Aghion, Martine Denoyelle, François Lissarrague et Alain Schnapp
p. 420-422

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

François Lissarrague, directeur d’études

1. Question de méthode : images en série

1Qu’est-ce qui fait série, du point de vue de l’image ? La question est double : d’une part, on observe des cas de production en série ; d’autre part, l’analyse de l’image procède souvent par « mise en série ». Les deux aspects ont été abordés. On a saisi l’occasion de l’exposition du Louvre (Tanagra) pour commencer par interroger les pratiques sérielles dans la production des images grecques. Le domaine des terres cuites qu’évoque W. Benjamin au début de son essai sur l’œuvre d’art à l’ère de sa reproductibilité mécanique, forme un bon point de départ, dans la mesure où l’usage du moule permet la démultiplication, mais aussi la transformation par générations successives, adaptations et transformations de modèles qui circulent largement dans l’espace méditerranéen. On s’est arrêté sur les récits de l’origine de la peinture et l’histoire de la fille de Boutadès, qui donne une place centrale à la ressemblance par empreinte et au modelage. Le nom même qui désigne en grec les modeleurs de terres cuites – koroplathes, « modeleurs de jeune fille » – souligne la dimension féminine de ce processus qui implique l’usage de « matrices ». L’analyse des emplois du mot typos a conduit à examiner ensuite les questions de type et de typologie dans les classifications modernes, qui ne sont pas sans ambiguïtés. Puis on est passé à la mise en série et aux critères qui régissent ces pratiques analytiques : forme, style, thème. Ces grands cadres sériels ont été mis à l’épreuve à partir de dossiers spécifiques en vue de faire apparaître la nécessité d’une « critérologie » aussi explicite que possible.

2. Corps et armes

2Reprenant l’étude du rapport entre corps héroïque et représentation des armes, l’enquête a porté cette année sur deux aspects. En premier lieu on a analysé ce qu’il en était des cadavres entre combattants dans les scènes de duel. Le thème du combat autour d’un blessé ou d’un mort – qui n’est pas nécessairement Patrocle – est fréquent dans la seconde moitié du VIe siècle avant J.-C. En partie dépouillé de ses armes, le héros vaincu tombe avec une série de gestes qui marquent sa dislocation ; les armes se séparent de son corps qui devient cadavre, « dépouille » au sens strict. Dans cette série, la place des armes est primordiale : s’en emparer signifie s’approprier l’identité du défunt, priver les siens de l’honneur qui lui est dû. Dans cette perspective, et c’est le second aspect qui a été abordé, la place du trophée est révélatrice. Il ne s’agit pas d’une offrande dressée pour les dieux, ni d’un rituel magique qui apaiserait on ne sait quelle force. Le trophée n’est pas dédié (anathema) mais dressé (anistemi) : il s’agit de redresser sur place, pour un temps qui n’est pas éternel, les armes du combattant vaincu afin de marquer le point où il a cédé le terrain. L’ennemi a demandé une trêve, afin de récupérer sinon les armes, au moins les corps des défunts ; en échange le vainqueur s’autorise à dresser un trophée, qui n’est pas un monument permanent, mais un marqueur, spatial et temporaire. On est loin du triomphe romain et des trophées monumentaux d’époque impériale.

3Au cours de l’année plusieurs collègues nous ont fait l’honneur de venir présenter leurs recherches : S. Slapsak (« Disney et les vases grecs ») ; J. P. Darmon (« Mosaïques de Zeugma : la maison de la Télété ») ; V. Jeammet (« Tanagra, quelle réalité archéologique ? ») ; C. Frantisi (« Séries en série ») ; S. Goldhill (« Le polythéisme grec : Artémis et la chasse ») ; F. van Straten (« Eleusis, Athènes, le Monde : religion et politique ») ; M. Wecowski (« Les limites de l’orientalisation : le cas du héros homérique ») ; A. Shapiro (« Les Dioscures au service d’une polis ») ; F. Gury et V. Huet (« Gestes à Rome ») ; M. Pedrina (« La supplication pour Hector ») ; L. Chazalon (« Duel et valeurs guerrières en représentation »).

Publications

  • « Satyrs in the women’s quarters », dans Sex and difference in ancient Greece and Rome, M. Golden and P. Toohey (éd.), Edimbourg, Edinburgh University Press, 2003, p. 290-303.
  • « Histoire sociale et image : guerre et guerriers dans l’imagerie grecque », dans Arqueologia e iconografia : indagar en las imagenes, T. Tortosa et J. Santos (éd.), Rome, l’Erma di Bretschneider, 2004, p. 183-189.

Irène Aghion, conservateur au Cabinet des médailles
Martine Denoyelle, conservateur au Musée du Louvre
François Lissarrague, directeur d’études
François de Polignac, chargé de recherche au CNRS
Alain Schnapp, professeur à l’Université Paris-I

Des musées de papier aux banques de données : pratiques documentaires et archéologie figurée

4Le séminaire a poursuivi cette année l’étude d’ensembles documentaires consacrés aux antiquités ; il s’agit d’en analyser les logiques classificatoires, les usages sociaux et esthétiques ainsi que les modes de circulation et de diffusion. On a ainsi examiné le recueil de François Perrier (Segmenta nobilium signorum..., Rome-Paris, 1638) qui porte sur la statuaire romaine. H. Wiegel (Institut historique allemand de Paris) a présenté ses recherches sur W. Tischbein et la culture antiquaire autour de 1800. M. Denoyelle enfin a exposé l’état d’avancement de la base de données consacrée aux recueils de vases grecs.

5Parallèlement, on cherche à comparer les outils modernes de rassemblement de données et à en faciliter l’accès et la coordination. De nombreux projets sont en cours de développement ; en liaison avec l’ΊΝΗΑ et l’ACI jeunes chercheurs – Image et Religion, une journée d’études s’est tenue à Tours, organisée par N. Lubtchansky, journée à laquelle le séminaire a été très activement associé et dont les actes sont en cours de publication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Lissarrague, Irène Aghion, Martine Denoyelle, François Lissarrague et Alain Schnapp, « Anthropologie et image : l’expérience grecque », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 420-422.

Référence électronique

François Lissarrague, Irène Aghion, Martine Denoyelle, François Lissarrague et Alain Schnapp, « Anthropologie et image : l’expérience grecque », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16962

Haut de page

Auteurs

François Lissarrague

Articles du même auteur

François Lissarrague

Articles du même auteur

Irène Aghion

Articles du même auteur

Martine Denoyelle

Articles du même auteur

François Lissarrague

Articles du même auteur

François Lissarrague

Articles du même auteur

Alain Schnapp

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals