Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Parenté et logiques identitaires

Enric Porqueras i Gené et Jérôme Wilgaux
p. 440-443

Texte intégral

Enric Porqueras i Gené, maître de conférences

La tension entre filiation et alliance : individu et parenté

1Le travail du séminaire s’est déroulé sur deux axes. D’un côté, il s’est Lagi de relire les travaux anthropologiques portant sur la parenté en Europe occidentale ; d’un autre côté, de proposer une clé de lecture de ce même complexe parental à partir d’une série de réflexions sur certaines de ses caractéristiques. Comme fil conducteur des analyses, le thème de l’individu au sein de la parenté a été privilégié. Dans un premier temps, ont retenu notamment notre attention les travaux de Jack Goody. La tension entre les politiques ecclésiastiques de la parenté et les enjeux sociaux de celle-ci, située par l’auteur au centre de l’évolution du mariage et de la parenté en Europe, nous a semblé pertinente comme point de départ. Cette tension a encadré l’histoire que nous avons dressée des disputes autour de ce qu’est un mariage légitime. Les définitions sacramentelles de l’union matrimoniale instaurent progressivement l’individu, même civilement mineur, comme sujet de droit autonome. De la sorte, les mariages se réalisant à rencontre de la volonté des parents des conjoints deviennent possibles. Face à cette situation se fait jour une progressive désacramentalisation matrimoniale, déclinée sous la formule du mariage contrat. Les protestants, mais aussi la France catholique de la fin du XVIe siècle, se rangent progressivement dans cette position qui, au XVIIIe siècle, se généralise avec une prolifération de législations laïques qui insistent sur le besoin de contrôle parental sur les mariages des jeunes gens. Paradoxalement, il apparaît donc que l’individualisme matrimonial se voit fortement minoré avec la modernité étatique. Dans un second temps, c’est la place de l’individu au sein de la parenté occidentale contemporaine qui a centré la réflexion. Nous avons alors travaillé sur des textes structurant ce champ : ceux de David Schneider puis ceux de Marylin Strathern. Dans ces écrits fondamentaux, un vieux thème anthropologique réapparaît : celui de la perte d’importance de la parenté dans la structuration de l’ordre social dans la modernité. Ce thème se combine à l’affirmation de la valeur absolue de l’individu en tant qu’individu, depuis l’apparition du pré-embryon. Il y aurait là, d’après Marilyn Strathern, un remodelage de notre système de parenté, intervenu avec l’arrivée des nouvelles technologies de reproduction assistée. Désormais, le domaine de la parenté se réduirait à la seule nature qui, si manipulée qu’elle soit, ne peut que produire des individus irrépétibles qui font éclater l’idée même de relation : celle-ci n’apparaîtrait qu’après et d’après nature (after nature). Face à ce type d’affirmations qui font de la parenté européenne contemporaine une sorte d’apax anthropologique, nous avons insisté sur les continuités entre ce système et ce que nous avions identifié dans le passé et ailleurs. En ce sens, il a été question d’insister sur la présence de prohibitions matrimoniales dans la configuration contemporaine et sur les droits de l’embryon dans plusieurs cultures. Pour accompagner nos recherches, plusieurs intervenants nous ont présenté leurs propres positions. Sur l’exercice de l’autonomie individuel dans la sphère matrimoniale, Martine Charageat, qui travaille sur l’Aragon de la fin du Moyen Âge, et Loreto López Querejeta, qui étudie des conflits matrimoniaux dans le Pays basque du XVIIe et du XVIIIe siècle, nous ont permis d’affiner notre perception de cette autonomie. Dans leurs présentations, la performativité de la parole matrimoniale ainsi que les limites que celle-ci impose sur la liberté des individus ont été justement mises en valeur. Joan Bestard, professeur invité à l’École, nous a présenté ses travaux sur des cliniques de reproduction assistée à Barcelone. Sur le plan comparatif, Nathalie Manrique a exposé ses travaux sur les fugues matrimoniales chez des Gitans de la province espagnole de Grenade. Par ailleurs, dans un exposé novateur, Françoise Héritier a présenté les sphères de la liberté matrimoniale individuelle dans des contextes africains. Le responsable du séminaire a participé, en novembre 2003, à un colloque international autour de l’œuvre de Jack Goody, « Mujeres, familia y linaje en la Edad Media », tenu à l’Université de Grenade. Les discussions lors de cette rencontre ont beaucoup nourri les réflexions menées dans le séminaire.

Publications

  • Avec F. Riera i Montserrat, Xuetes, nobles i capellans, Palma de Majorque, Lleonard Muntaner éditeur, 2004, 239 p.
  • « Les bases d’une exclusion professionnelle : les Caqueux de Bretagne », Panoramiques, 65, 2003, p. 18-27.
  • « Définitions des identités familiales chez les Xuetes de Majorque », dans Entre héritage et devenir. La construction de la famille juive, P. Hidiroglou (éd.), Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 199-214.
  • « Mujer, consensualismo y cognatismo, un sistema de parentesco en la historia », dans Mujeres, familia y linaje en la Edad Media, C. Trillo San José (éd.), Grenade, Ediciones de la Universidad de Granada, 2004, p. 273-292.

Enric Porqueres i Gené, maître de conférences avec Jérôme Wilgaux, maître de conférences à l’Université de Nantes

Thèmes de parenté européenne : les prohibitions matrimoniales

2Après avoir traité, au cours des quatre années précédentes, de la définition de l’inceste et de l’évolution des prohibitions matrimoniales dans les mondes grecs, romain et juif, durant l’Antiquité, nous avons abordé cette année la question de l’extension des interdits dans le monde chrétien, du VIIIe au XIIe siècle après J.-C. L’évolution des prohibitions connaît durant cette période son extension maximale, notamment avec l’adoption d’un nouveau comput (comput germanique, prenant en compte les générations et non les degrés), doublant en fait les prohibitions précédentes. Mais de manière plus générale, coïncidant avec la sacrementalisation du mariage, l’Église accroît son contrôle sur l’ensemble des normes et pratiques de parenté, que ce soit dans l’affinité ou dans la filiation, et accorde de plus en plus d’importance à la parenté spirituelle. Se développe ainsi un nouveau modèle matrimonial associant monogamie, indissolubilité et exogamie. Nous avons exploré les prohibitions pendant la période carolingienne puis nous avons contrasté les visions de saint Thomas et saint Bonaventure sur la matière, qui développent des points de vue différents sur la relation entre consanguinité et affinité. Par ailleurs, parmi les textes étudiés dans notre séminaire, une lettre de Pierre Damien, datée de 1046 et adressée à l’évêque de Césène et à l’archidiacre de Ravenne, à la suite d’un séjour de Pierre Damien à Ravenne, a reçu tout particulièrement notre attention. Pierre Damien y donne plusieurs définitions de ce qui constitue la parenté, opposant de manière générale la consanguinité à l’alliance et interdisant de cumuler droits d’héritage et droits matrimoniaux. Le principal intérêt de ce texte, qui a attiré depuis quelques années les anthropologues et historiens, est qu’il accompagne la défense des prohibitions matrimoniales d’une incitation au mariage au plus proche degré possible : ceux qui se savent parents et qui d’ailleurs peuvent hériter les uns des autres, ne peuvent se marier, puisqu’ils sont déjà unis par cet amour naturel entre consanguins ; ce sentiment commun n’étant pas illimité, mais se dégradant génération après génération, c’est alors le mariage qui permet de renouer les liens disparus, à la limite du sixième degré de parenté (système canon). L’amour fraternel puis l’amour conjugal permettent donc à la caritas de s’étendre sur tous les hommes. Les mariages entre proches, qui avaient sans doute la préférence d’une grande partie de la population, sont donc repoussés jusqu’à la limite de la parenté, mais la relation entre consanguinité et mariage est néanmoins maintenue. Pierre Damien en effet aurait pu définir l’amour fraternel et l’amour conjugal comme deux réalités bien distinctes, complémentaires certes, mais hétérogènes ; l’amour conjugal aurait pu ainsi être défini comme unissant nécessairement des étrangers. Or tel n’est pas le cas : le processus dialectique décrit, une dégradation suivie d’un renouvellement, situe le mariage dans la continuité de la consanguinité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Enric Porqueras i Gené et Jérôme Wilgaux, « Parenté et logiques identitaires », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 440-443.

Référence électronique

Enric Porqueras i Gené et Jérôme Wilgaux, « Parenté et logiques identitaires », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 27 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16973

Haut de page

Auteurs

Enric Porqueras i Gené

Jérôme Wilgaux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals