Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie politique de la santé

Didier Fassin
p. 446-449

Texte intégral

Didier Fassin, directeur d’études

Le sens des inégalités

1Les sociétés contemporaines se caractérisent par un tel haut degré d’inégalités, que l’on considère les disparités à l’échelle planétaire ou pour un pays donné. Ces inégalités concernent tous les types d’activité humaine (éducation, travail, soins, etc.) et toutes les formes de ressources sociales (revenus, logement, relations, etc.). Elles ont une traduction dans les corps que l’on peut notamment mesurer par des écarts de mortalité, d’incidence de maladie ou de qualité de vie. Sur ce thème classique des sciences sociales, quoique relativement délaissé au cours de la période récente, le séminaire s’est efforcé de proposer des voies nouvelles d’analyse et des lieux de rencontre entre disciplines.

2Au cours de plusieurs séances, une conceptualisation des inégalités a été proposée autour d’une dialectique entre production et construction sociales, la première renvoyant à la manière dont les rapports sociaux, les formes culturelles et les pratiques politiques produisent des disparités, et les reproduisent, la seconde exprimant la façon dont les agents sociaux et les instruments qu’ils mobilisent construisent la qualification et la représentation de ces disparités. Le cas du saturnisme infantile, dont l’histoire a été rappelée, en est une illustration démonstrative. S’agissant plus particulièrement des inégalités inscrites dans les corps, la question se pose de comment les nommer et les penser. L’expression classique d’inégalités de santé, qui a constitué un domaine dynamique d’investigation aux confins de l’épidémiologie sociale, de la démographie, de l’histoire, de la géographie et de la sociologie, ne permet pas de saisir la complexité et, si l’on peut dire, la profondeur de cette inscription. Il a donc été avancé l’idée qu’il fallait considérer les inégalités devant la vie comme une réalité anthropologique qui trouve sa traduction à la fois quantitative dans les écarts de mortalité par exemple, et qualitative dans les valeurs implicitement et parfois explicitement attribuées aux vies humaines. Des récits et des biographies de malades du sida étrangers en France et des anciens homelands d’Afrique du Sud ont permis de montrer comment ces inégalités opèrent concrètement. Deux questions ont ensuite été reprises de façon systématique à partir des échanges avec les étudiants. La première concerne l’approche des inégalités dans des sociétés qui ne les nomment pas, interrogation qui a été élargie à celle de ce que l’on peut appeler des constellations sémantiques par lesquelles, à un moment historique donné, des images et des significations sont partagées : l’exemple est donné de l’exclusion, de la souffrance et de l’écoute dans les années 1990 en France. La seconde porte sur l’appréhension anthropologique des inégalités dans l’enquête ethnographique et plus particulièrement sur l’expérience que les agents peuvent en avoir : la discussion a notamment porté sur les modalités de l’intersubjectivation et de la subjectivation politique des inégalités.

3Autour de cette problématique, mais en laissant évidemment aux intervenants la liberté de leur perspective, plusieurs disciplines ont été convoquées. Louis Chauvel, sociologue à l’Observatoire sociologique du changement, a croisé une lecture des inégalités sociales par les effets de classe et de génération, montrant notamment comment les disparités se perpétuent et les identités collectives se structurent dans le temps. Thomas Piketty, économiste à l’École, a prolongé son enquête historique des hauts revenus depuis un siècle par une étude sur les droits de succession permettant de mettre en parallèle l’évolution à long terme des revenus et des patrimoines. Frederick Cooper, historien professeur à l’Université de New York et directeur d’études invité, a traité de la mystique de l’égalité et de ses contradictions dans la période coloniale et au moment des décolonisations. Patrick Simon, démographe à l’Institut national d’études démographiques, a montré les difficultés tant idéologiques que pratiques de mettre en œuvre un outil statistique permettant d’appréhender les discriminations raciales. Serge Slama, juriste à l’Université de Nanterre, s’est attaché à décrire les discriminations légales, c’est-à-dire inscrites dans la loi, à rencontre des étrangers et à en retracer l’histoire au cours des deux derniers siècles. Sarah Curtis, géographe, professeur au Queen Mary College de l’Université de Londres, s’est intéressée aux différences dans les taux d’hospitalisation à Londres et à New York, notamment dans le cas des maladies mentales pour lesquelles l’interprétation est particulièrement délicate, mêlant les déterminations institutionnelles, environnementales et comportementales. Marie-Josèphe Saurel-Cubizolles, épidémiologiste à l’unité 149 de l’Inserm, a discuté les paradoxes des différences de santé entre hommes et femmes, et notamment les dimensions subjective et objective des désordres du corps et les problèmes posés par leur mesure. Enrique Criado, sociologue, professeur à l’Université de Séville, a présenté ses recherches sur les pratiques alimentaires traditionnelles en Andalousie, insistant sur la manière dont se construisent les normes de la bonne mère et sur les conditions matérielles de leurs transformations récentes. Joao Biehl, anthropologue, professeur à l’Université Princeton et directeur d’études invité, s’est appuyé sur la biographie d’une jeune femme atteinte de maladie neurodégénérative dans un bidonville du Brésil pour montrer comment s’inscrivent les inégalités sociales dans les carrières de malade.

4Parallèlement à ce séminaire, des présentations ont été faites sur ce thème au Sénat, au séminaire d’anthropologie des mondes contemporains de l’École, au séminaire d’anthropologie médicale du Centre de la Vieille-Charité à Marseille, au séminaire Terra de l’Université Paris-I, à l’Université de McGill à Montréal, à la Ligue francophone pour la santé mentale à Bruxelles, à l’Université de printemps de l’architecture de Rabat et à l’American anthropological association à Chicago. De plus, un cycle de conférences en anthropologie politique de la santé a été donné à l’Université centrale du Venezuela, dans le cadre d’un programme Ecos nord, et à l’Université nationale de Colombie, à l’invitation de la Maestria d’anthropologie. Enfin, un colloque a réuni à l’École, autour du thème « Les politiques de la vie », Joao Biehl qui a parlé des politiques brésiliennes en matière de sida ; Adriana Petryna, anthropologue et professeur à la New School for Social Research, sur les conséquences de la catastrophe de Tchernobyl ; Michel Agier, anthropologue et directeur de recherche à l’IRD, sur les camps de réfugiés en Afrique de l’Ouest, et moi-même, sur la question des victimes dans l’action humanitaire au cours de la seconde Intifada.

Publications

  • Des maux indicibles. Sociologie des lieux d’écoute, La Découverte (« Alternatives sociales »), Paris, 2004, 198 p.
  • Avec D. Memmi, dir., « Introduction. Le gouvernement de la vie, mode d’emploi », « Le corps exposé. Une économie morale de l’illégitimité », dans Le gouvernement des corps, Éditions de l’EHESS (« Cas de figure »), Paris, 2004, p. 9-33, p. 237-266.
  • « Et la souffrance devint sociale », Critique, n° sp. « Frontières de l’anthropologie », 680-681, 2004, p. 16-29.
  • « El gobierno del sufrimiento. Politicas compasionales hacia los pobres e inmigrantes en Francia », Cuadernos de antropología social, n° sp. « Antropología, poder y salud », 17, Buenos Aires, 2004, p. 49-78.
  • « La cause des victimes », Les temps modernes, n° sp. « L’humanitaire », 59, 627, 2004, p. 73-91.
  • « Les lois de l’inégalité », Mouvements, n° sp. « Défendre la sécu, repenser la santé », 32, 2004, p. 83-86.
  • « L’immigration n’est plus ce qu’elle était », Transcriptases, n° sp. sur le sida et l’immigration, 114, 2004, p. 18-20.
  • « An anthropology of structural violence. Comment », Current anthropology, 45(3), 2004, p. 318-319.
  • « Public health as culture. The social construction of the childhood lead poisoning epidemic in France », dans Cultures of health, cultures of illness, sous la dir. de G. D. Smith et M. Shaw, Oxford, Oxford University Press, 2004, p. 167-177.
  • « Social illegitimacy as a foundation of health inequality. How the political treatment of immigrants illuminates a French paradox », dans Unhealthy health policy. A critical anthropological examination, sous la dir. de A. Castro et M. Singer, Walnut Creek, Californie, Altamira Press, 2004, p. 203-214.
  • Avec A. J. Naudé, « Plumbism reinvented. The early times of childhood lead poisoning in France 1985-1990 », American Journal of public health, 94(11), 2004, p. 1854-1862.
  • Avec M. De Koninck, « Les inégalités sociales de santé, encore et toujours. Introduction », Santé, société et solidarité, 2004(2), p. 5-12.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Fassin, « Anthropologie politique de la santé », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 446-449.

Référence électronique

Didier Fassin, « Anthropologie politique de la santé », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16976

Haut de page

Auteur

Didier Fassin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals