Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des techniques contemporaines

Michel Tibon-Cornillot
p. 458-460

Texte intégral

Michel Tibon-Cornillot, maître de conférences

Outillage et spéciation : les sources involontaires du déferlement des techniques

1Nous avons présenté une série d’approches anthropologiques et paléontologiques gravitant autour du thème central de notre recherche, le déferlement des systèmes techniques contemporains. La présentation de cette notion a été au cœur des premières séances qui en ont souligné la spécificité irréductible aux approches classiques des risques du type « régulation-dérégulation-réparation ». Nous avons ensuite procédé à une lecture des manifestations du déferlement en tant que symptôme des sociétés industrielles dans lesquelles ces phénomènes sont apparus pour la première fois, symptômes révélant les connexions entre certaines structures symboliques caractérisant les sociétés modernes et l’apparition de ce phénomène. Ces sociétés modernes, enracinées dans la culture occidentale, sont en effet marquées par des représentations monothéistes créationnistes et la volonté d’incarner l’infini (cf. le séminaire de philosophie des techniques).

2Lier l’apparition du déferlement des techniques aux orientations de la culture occidentale ne suffit pourtant pas à rendre compte de la vitesse de pénétration des systèmes techniques modernes dans les différents champs culturels traditionnels non occidentaux. Cette perméabilité ne correspond pas seulement à des contraintes menaçantes mais aussi à des « adhésions » dont les racines sont plus profondes.

3À ce stade de notre recherche, nous avons voulu suivre des orientations nouvelles ; elles se sont organisées autour de la question des techniques et d’un postulat essentiel, leur autonomie et le refus de réduire leur statut à celui de sciences appliquées. Les paléontologues ont montré que l’apparition et le développement des techniques s’enracinent dans le processus d’hominisation à un niveau si profond qu’ils font surgir l’un des problèmes les plus complexes de leur discipline, à savoir la place qu’il faut donner aux outils et aux gestes qu’ils induisent dans l’orientation même de l’évolution des hominidés. Les rapports entre les outils, les techniques et le corps humain sont si directs qu’on ne saurait penser leurs structures et leurs évolutions de façon séparée.

4C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre l’affirmation de Leroi-Gourhan selon laquelle, au cours de l’évolution des hominidés, chaque groupe d’outils (massue, griffes, percuteurs...) offre l’équivalent, disponible immédiatement, de performances neurophysiologiques qui sont acquises au cours de millions d’années de « dérives morpho-génétiques » par les espèces animales et végétales. Conçues en ces termes, les techniques ont permis aux hominidés d’accroître presque indéfiniment la maîtrise de leur environnement, d’envahir des niches écologiques de plus en plus nombreuses et d’en expulser ou soumettre les êtres vivants qui les occupaient.

5À travers ces remarques, il est possible de repérer une sorte de fil conducteur reliant l’apparition des premiers outils au déferlement des systèmes techniques contemporains :

  • les animaux, les végétaux, les bactéries obtiennent l’équivalent de performances techniques au prix de modifications de leur anatomie et de leur physiologie qui contribuent à leur ouvrir une niche au sein d’écosystèmes plus vastes auxquels ils appartiennent. La technicité propre à chaque espèce vivante est d’abord celle que lui ouvre l’ensemble génotype-phénotype qui la caractérise ;
  • chaque espèce s’inscrit dans un système dans lequel elle entre en compétition et en synergie avec des centaines, voire des milliers d’autres espèces très différentes. Au sein d’un écosystème donné, la question de la régulation et de la limitation des performances n’est pas une question pertinente et « internalisée » pour chacune des espèces dont on observe le comportement de façon isolée. Par contre, l’ensemble des interactions des espèces vivant au sein d’un de ces systèmes peut donner naissance à des organisations autorégulées ;
  • l’invention humaine d’une lignée d’outils se fait au sein d’écosystèmes dans lesquels cette nouvelle filière technique ouvre une niche écologique, le plus souvent déjà occupée par une ou plusieurs espèces, espèces avec lesquelles les hominidés entrent en concurrence. Cette compétition est vécue de la même manière par toutes les espèces vivantes, une lutte à mort, une mobilisation sans retenue, sans limites, sans régulations, des possibilités techniques et/ou corporelles disponibles ;
  • l’accumulation quasi indéfinie de lignées d’outils, qui sont autant d’équivalents-spéciations, concentre autour des hominidés des puissances d’interventions spatiales et temporelles considérables ;
  • les hominidés qui appartiennent par ailleurs à des écosystèmes finis dont ils dépendent complètement à tous les stades de leur vie individuelle et collective multiplient de façon involontaire les parcours prédateurs liés à l’ensemble des équivalents-spéciations que sont les outils. L’ensemble des écosystèmes finis dont les hominidés dépendent pour leur survie se trouve menacé par l’exercice de cette puissance ;
  • les processus techniques des sociétés traditionnelles, le plus souvent sensibles aux équilibres des écosystèmes et méfiant à l’égard de l’hybris technique sont entrés peu à peu dans la logique interne propre aux sciences modernes. Faisant sauter les derniers verrous, ces disciplines ont transformé et dynamisés des filières techniques bien plus anciennes qui, à leur tour, participent au vaste mouvement de contrôle et de transformation animant le mixte sciences-techniques-industrie. La situation ainsi créée est une situation « destinale » où la vision du monde et des êtres vivants marquée par l’activisme et l’efficacité technique donne accès à l’exercice d’une puissance croissante dont l’impact se transforme en une menace oppressante d’en perdre le contrôle. La multi-prédation sans limite de l’homo technicus se retourne contre l’espèce humaine tout entière en contribuant à détruire très rapidement les sources de sa subsistance.

Publications

  • « Les biotechnologies en question. À propos de la vision occidentale des organismes vivants », dans Regards sur les biotechnologies, sous la dir. de C. Durand, L’Harmattan, Paris, 2003, p. 51-75.
  • « La planète-laboratoire. Espaces expérimentaux, espaces sociaux, distinction et transgression », dans OGM. Mesure de l’innovation et contrôle des risques, sous la dir. de Ph. Métay, Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 89-108.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Tibon-Cornillot, « Anthropologie des techniques contemporaines », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 458-460.

Référence électronique

Michel Tibon-Cornillot, « Anthropologie des techniques contemporaines », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16981

Haut de page

Auteur

Michel Tibon-Cornillot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals