Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des espaces politiques

Jean-François Gossiaux
p. 467-469

Texte intégral

Jean-François Gossiaux, directeur d’études

1. Logiques ethniques et formes politiques : exemples du Sud-Est européen

1Après qu’ont été rappelées, afin de mettre en perspective les cas étudiés, les principales approches théoriques de l’ethnicité et de ses rapports au politique, ce volet du séminaire s’est notamment attaché à quelques développements récents des relations ethniques (ou « interethniques ») dans les Balkans. L’hypertrophie du marqueur linguistique et sa manipulation au-delà de toute réalité dialectale (cf. la déconstruction du serbo-croate ou l’érection du bosniaque) manifestent une sorte de renversement dans le processus ethnico-national : ce sont les nécessités des démarcations nationalistes qui créent les différenciateurs ethniques (Gellner prime sur Barth). À l’inverse, d’ailleurs, de réelles différences linguistiques peuvent être occultées ou « scientifiquement » déniées pour attester une unité ethnique – politiquement efficiente – dont le seul support est l’ethnonyme (cf. le cas des Valaques de Bulgarie).

2Cependant, ce sont essentiellement les symboles religieux qui ont focalisé la violence des derniers épisodes conflictuels en Macédoine et, surtout, au Kosovo. Ces événements ne sont pas interprétables en termes de guerres de religions ou d’affrontements de civilisations, mais doivent être strictement rapportés au contexte nationalitaire. Le religieux, en l’occurrence, n’est visé qu’en tant qu’il incarne l’histoire et l’identité nationale que l’autre se confère à travers elle. L’instrumentalisation et la sacralisation de l’histoire constituent un phénomène récurrent dans les élaborations nationalistes. Dessislava Lilova (Université de Blagoevgrad, Bulgarie) a montré, à partir notamment d’une analyse des manuels scolaires bulgares du XIXe siècle, comment s’est construite une identité nationale exploitant les ressources historiques offertes par le postulat d’une hybridité originelle. Concernant le Kosovo, Annie Lafontaine (Université de Montréal) a mis en évidence le processus identitaire d’une « albanité de la résistance » fondée sur l’idée d’une occupation turque pluricentenaire précédant une occupation serbe, l’exil des uns légitimant la lutte des autres – avec toutes les contradictions maintenant entraînées par les « rapatriements » et les nouvelles représentations de l’émigration. Miladina Monova, traitant du cas des Égéens de la République de Macédoine, a montré comment un événement historique, la guerre civile en Grèce et l’exode qui s’est ensuivi, a pu susciter la naissance et la cristallisation d’une identité collective, avant son assimilation problématique à une identité nationale englobante. Marianne Pradem-Sarinic, enfin, s’est appuyée sur une ethnographie précise de la symbolique guerrière mise en œuvre lors de la mise en place de l’armée croate en 1991, ainsi que sur les récits des anciens combattants, pour appréhender le processus de construction de la Croatie.

3Une caractéristique essentielle de l’évolution politique récente des Balkans a été, à l’occasion des conflits dits ethniques – effectifs ou simplement présumés possibles –, une ingérence croissante et explicite, voire théorisée, de la « communauté internationale », visant à établir un nouvel ordre régional fondé sur ce qu’on pourrait appeler le principe des minorités. Cela est particulièrement manifeste en République de Macédoine ou au Kosovo, pour lequel Mariella Pandolfi (Université de Montréal) a analysé ce mode spécifique d’intervention que constitue l’action humanitaire, à travers les institutions internationales et les ONG. Au cours d’une autre séance, Mariella Pandolfi a par ailleurs montré comment les clivages politiques en Albanie étaient une projection des allégeances étrangères et des tensions entre tenants des puissances occidentales et sympathisants des pays islamiques.

2. Espaces et pouvoirs : phénomènes de transition dans des sociétés de tradition nomade (Sibérie, Asie centrale, Afrique) (avec André Bourgeot, directeur de recherche au CNRS et Boris Pétric, chargé de recherche au CNRS)

4L’axe de cette partie du séminaire a été constitué par une recherche en cours portant sur trois régions situées respectivement dans la Fédération de Russie (territoire autonome bouriate d’Aga), au Kirghizstan et au Niger. Concernant en particulier les deux premiers cas, l’analyse a essentiellement porté sur une comparaison des phénomènes de transition et l’influence à cet égard du maintien ou non de certaines formes d’organisation collective de type kolkhoze. On s’est également attaché à appréhender in situ la présence et l’action des porteurs de la mondialisation, institutions internationales de développement et ONG, et les changements qu’ils pouvaient susciter dans la structuration et le fonctionnement des pouvoirs locaux.

5La nécessaire mise en contexte historique et politique de ces études de terrain nous a amenés à aborder notamment la question des fondements ethniques des espaces politiques dans les zones sahariennes et pré-sahariennes, l’épisode de l’Organisation commune des régions sahariennes (OCRS), l’utilisation des classifications ethniques par l’« État scientifique » russe puis soviétique. Dans la même perspective, un certain nombre de séances ont été assurées par des intervenants invités : Isabelle Ohayon, sur la sédentarisation des populations kazakhes, Svetlana Jacquesson, sur l’histoire du pastoralisme kirghize et ses rapports avec les différents pouvoirs, Oleg Kuznetzov (Université de Tchita), sur l’évolution récente de l’organisation des espaces politiques dans la Fédération de Russie. Enfin, un éclairage comparatif sur la notion d’ONG a été apporté par Gérard Colomb, qui a traité du rôle et de l’évolution de ces organisations dans le cas de la Guyane française.

Publication

  • « Religion et identité : le cas yougoslave », dans Identités(s) : l’individu, le groupe, la société, sous la dir. de C. Halpern et J.-C. Ruano-Borbalan, Auxerre, Éditions Sciences humaines, 2004, p. 329-334 (repris de Sciences humaines, HS 41, 2003).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Gossiaux, « Anthropologie des espaces politiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 467-469.

Référence électronique

Jean-François Gossiaux, « Anthropologie des espaces politiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16987

Haut de page

Auteur

Jean-François Gossiaux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals