Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie politique de l’État local en Afrique subsaharienne

Giorgio Blundo
p. 472-474

Texte intégral

Giorgio Blundo, maître de conférences

Anthropologie comparative de la corruption

1Étudié depuis longtemps par l’économie politique, le droit et la science politique, le phénomène de la corruption – et plus en général des pratiques qu’une société donnée perçoit comme une atteinte aux normes de probité publique – n’a intéressé que tardivement l’anthropologie. L’objectif de ce séminaire était de montrer, à travers l’analyse critique des principales théories de la corruption et la présentation des résultats de nos recherches sur la corruption politique et administrative en Afrique de l’Ouest, qu’un tel objet représente une « entrée » féconde pour une socioanthropologie de l’État.

2Dans une première partie, consacrée à la délimitation et construction de l’objet d’étude, on a abordé les principales définitions de la corruption. Cet exercice, qui a permis de mobiliser une littérature pluridisciplinaire, a débouché sur une description des principales « propriétés » du phénomène corruptif : ce dernier présente les mêmes défis méthodologiques que posent les recherches sur les phénomènes déviants, la sorcellerie et les transactions. On a de ce fait discuté des difficultés d’observation et de description, ainsi que des questions éthiques et déontologiques qui se présentent à une enquête empirique portant sur des pratiques souvent clandestines ou cachées.

3Dans la seconde partie du séminaire, la corruption a été envisagée comme un mode spécifique d’accès aux institutions étatiques, pour déboucher sur une étude de l’État dans son fonctionnement quotidien et routinier : les modalités de production de services publics, les itinéraires administratifs empruntés par les usagers, les cultures professionnelles au sein des bureaucraties étatiques, l’éthique de la fonction publique, les processus contemporains de privatisation « informelle » de l’État africain. Nous avons, d’une part, présenté une typologie des principales « formes élémentaires » de la relation corruptrice, lesquelles se situent dans un continuum allant de l’extorsion à des transactions mutuellement favorables, en passant par des formes d’accaparement personnel de biens publics. On s’est attaché ensuite à l’analyse de la « sémiologie populaire de la corruption » : le champ sémantique de la corruption, c’est-à-dire les codes langagiers et gestuels utilisés dans les transactions corruptrices, ainsi que les termes et les expressions qui désignent les différentes pratiques ; les configurations idéologiques concernant la corruption, par l’analyse des discours et des argumentaires par lesquels la corruption est stigmatisée, légitimée, expliquée.

4La présentation comparative de quelques études de cas (sur la fiscalité et la passation des marchés publics), issus de nos recherches en Afrique de l’Ouest et de la vaste littérature portant sur la corruption politique en Afrique, en Asie et en Europe (avec une attention particulière au cas italien), a permis d’analyser les mécanismes et les acteurs de la corruption systémique, et de montrer les limites des politiques actuelles de lutte contre ce phénomène, sur le plan national et international.

5Les thématiques abordées dans le séminaire ont fourni la matière de plusieurs conférences et communications dans le cadre de colloques et séminaires : à l’institut d’ethnologie de l’Université de Berne en décembre 2003 (« La description des pratiques cachées. Le cas de la corruption ») ; à l’ENSAM de Montpellier en février 2004 (« Les “boîtes noires” de la corruption : le point de vue de l’anthropologie ») ; au colloque sur « La corruption dans l’espace public. Perceptions, interprétations, réactions. Un panorama international » organisé par l’Université de Mayence en février 2003 (« La “petite” corruption quotidienne en Afrique de l’Ouest ») ; au centre d’anthropologie culturelle de l’Université libre de Bruxelles en mars 2003 (« Les mots, les gestes et les discours de la corruption. Enchâssement symbolique et banalisation des pratiques illicites en Afrique de l’Ouest ») ; au séminaire du LAIOS en avril 2004 (« Ethnographie comparative de l’administration : pratiques et logiques d’accès à l’État (Sénégal, Ouzbékistan) » avec Boris Pétric) ; à la conférence « Law, plural society and legal pluralism » organisée par l’Université du New Brunswick, Fredericton, en août 2004 (« Describing the Hidden. Around the case of corruption »).

Publications

  • Dir., « La gouvernance au quotidien en Afrique : les services publics et collectifs et leurs usagers », Bulletin de l’APAD, 23-24, Hambourg, LIT Publishers, 2004, 247 p.
  • « La gouvernance, entre technique de gouvernement et outil d’exploration empirique », op. cit., p. 1-13.
  • « Synthèse de l’atelier. Corruption et bureaucratie », op. cit., p. 189-193.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giorgio Blundo, « Anthropologie politique de l’État local en Afrique subsaharienne », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 472-474.

Référence électronique

Giorgio Blundo, « Anthropologie politique de l’État local en Afrique subsaharienne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16989

Haut de page

Auteur

Giorgio Blundo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals