Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des sociétés andines

Gilles Rivière
p. 482-484

Texte intégral

Gilles Rivière, maître de conférences

1Après une interruption de plusieurs années, due au détachement dont nous avons bénéficié à la direction du Centre franco-argentin des hautes études de l’Université de Buenos Aires, au cours du séminaire nous avons rouvert le dossier relatif aux catégories andines qui expriment les formes du savoir, de la mémoire et du pouvoir. Les séminaires ont surtout porté sur les systèmes de charges rotatives (cargos) auxquelles tout individu doit se soumettre dans les communautés paysannes des Andes. À la lueur de nombreux travaux publiés par des historiens et anthropologues, nous avons considéré la mise en place de ces systèmes depuis l’époque coloniale jusqu’à nos jours. Si l’on dispose donc aujourd’hui d’un abondant matériel, force est de constater que certains aspects essentiels n’ont pas été suffisamment travaillés. Les recherches en cours montrent que ces charges doivent être étudiées en considérant simultanément les cycles (annuels et pluriannuels) dans lesquels elles sont insérées, les rites et fêtes dont elles sont le support, les mythes qu’elles actualisent dans le temps et l’espace du village, les savoirs et fonctions détenus par la hiérarchie des carguiris, etc. Ces différents éléments associés, analysés à partir des termes vernaculaires (aymara, quichua, puquina à Chipaya), montrent que les cargos sont des formes d’apprentissage et d’acquisition de savoirs en rapport avec l’histoire et le territoire de la communauté (et de ses différents segments). Ceux-ci relient aussi le groupe à de plus vastes espaces qui semblaient avoir été effacés de la mémoire collective par les multiples transformations et restructurations mises en œuvre depuis l’époque coloniale. L’analyse des discours et pratiques en rapport avec les cargos montrent bien que quantités d’éléments puisés dans la mémoire longue sont conservés et activés dans certains contextes, supports d’identités qui apparaissent moins fragmentées qu’on ne croyait dans certaines régions tout au moins (altiplano méridional notamment). L’étude comparative des charges dans différentes régions des Andes montre en effet qu’elles n’ont pas partout conservé ce rôle essentiel de « support de la mémoire ». Il est donc nécessaire de prendre en compte les différents facteurs historiques et sociaux qui ont contribué à oblitérer et fragmenter les savoirs mis en œuvre : morcellements de l’espace dans les communautés incorporées à des haciendas, imposition de syndicats qui ont grandement dévalué les charges traditionnelles dans certaines régions, et plus récemment, de nouvelles autorités « lettrées » dans le cadre des réformes de l’État, etc.

2Cette analyse, qui sera poursuivie l’année prochaine, nous semblait nécessaire avant d’aborder la formation de nouveaux mouvements sociaux et ethniques dans les pays de la région (Bolivie, Équateur notamment). Ceux-ci en appellent souvent à un passé lointain pour fixer les limites des nouvelles unités ethniques et territoriales projetées (le plus souvent sur la base des chefferies préhispaniques) et à des formes d’autorité et de représentation très anciennes (ou supposées telles). Ces mouvements ne peuvent certes être compris que si on les replace dans l’histoire récente des pays andins et des politiques mises en place à partir des années 1980. Si certaines revendications peuvent être interprétées comme des « inventions », induites par des intellectuels indigènes urbanisés notamment, et nées dans le champ des conflits qui opposent différents secteurs de la société, il n’en demeure pas moins qu’elles sont construites en faisant appel à des éléments dont la connaissance est bien antérieure, véhiculés à partir des systèmes de charges, des activités et des récits dont ils sont l’objet. Il s’agit ainsi de mieux saisir les modes d’ancrage des projets politiques qui font grand cas de la « mémoire » et de la « tradition », et peuvent rendre mieux compte de leurs succès ou échecs.

3Dans le cadre du séminaire, José Luis Martínez Cereceda (Université de Santiago du Chili) a donné une conférence sur « Autoridades en los Andes, los atributos del Señor » et M. Ulpián Ricardo López G. (CEPA, Université d’Oruro, Bolivie) sur « Literatura aymara y lingüística y literatura uruchipaya ».

Publication

  • « Bolivia : el pentecostalismo en la sociedad aymara del Altiplano », dans Gracias a Dios y a los Achachilas. Ensayos la sociología de la religión en los Andes, A. Spedding (comp.), ISEAT-PLURAL, La Paz, 2004, p. 259-294.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Rivière, « Anthropologie des sociétés andines », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 482-484.

Référence électronique

Gilles Rivière, « Anthropologie des sociétés andines », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16995

Haut de page

Auteur

Gilles Rivière

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals