Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Caste, sous-traitance et clientélisme

Pierre Lachaier
p. 501-502

Texte intégral

Pierre Lachaier, maître de conférences à l’EFEO

Firmes et entreprises familiales indiennes dans leurs réseaux

1L’ensemble du séminaire porte sur les rapports existant entre les firmes et entreprises appartenant respectivement à trois communautés différentes de marchands et d’industriels indiens : les marchands Lohana originaires du Gujarat, les industriels du secteur de la mécanique de Pune et de Kolhapur au Maharashtra et les fabricants de savon détergent Nadar du Tamil Nadu, et s’efforce de construire une approche comparative de leurs réseaux.

2La partie traitée cette année s’est concentrée sur les marchands Lohana et sur les industriels de Pune ; elle s’est appuyée sur mon livre (Firmes et entreprises en Inde, La firme lignagère dans ses réseaux, EFEO-IFP-Karthala, 1999) ainsi que sur des publications et textes de travail ultérieurs concernant les Lohana en particulier. Les cas des industriels de Kolhapur et du Tamil Nadu seront envisagés dans la suite de ce séminaire en 2004-2005.

3Après avoir présenté l’ensemble du programme dans sa perspective comparative, j’ai résumé brièvement le contenu du séminaire de l’an passé, « L’univers culturel du patronat indien, famille, communautés, représentations », que plusieurs auditeurs avaient suivi et qui sert de cadre de référence général aux études plus détaillées du présent séminaire.

4Trois des communautés en question ayant été observées au Maharashtra, j’ai exposé plus longuement l’histoire de cette région depuis le XIXe siècle, précisé le rôle qu’y ont joué les communautés de paysans-guerriers maratha, les brahmanes installés à Pune ainsi que les marchands nord-indiens immigrés à Bombay, Pune et ailleurs et souligné les données géographiques et politiques importantes de cette région pour la compréhension des stratégies des entrepreneurs et marchands qui y ont développé leurs affaires.

5Les Lohana forment une communauté de différents groupements autrefois distincts et endogames. Lointainement originaires du Sindh, ils ont migré au Kacch, au Saurashtra et au Gujarat, puis au XIXe siècle, ils se sont installés en grand nombre, d’une part à Bombay et principalement au Maharashtra, et d’autre part en Afrique orientale où certains d’entre eux ont fortement contribué à construire l’économie des nouveaux pays africains (cas de l’Uganda en particulier) qu’ils ont dû quitter dans les années 1970 pour se réfugier en majorité en Grande-Bretagne. Les Lohana ont formé un grand nombre d’associations de caste qui tendent aujourd’hui à former un réseau international.

6Plusieurs documents publiés par des associations lohana ont été présentés. Un texte d’auto-introduction, « Faisons connaissance », publié en anglais dans mon livre, a été retraduit de l’original gujarati en français et comparé à d’autres textes lohana portant sur le même thème afin de préciser la façon dont ils se conçoivent eux-mêmes en tant que caste dans l’Inde contemporaine.

7J’ai beaucoup insisté sur l’analyse des groupements de firmes lohana, qui sont structurées par les relations de parenté dans la famille indivise et inscrites plus largement dans la communauté lohana par des rapports de concurrence et de collaboration. En effet, c’est à partir de ces groupements que le modèle de la « Firme lignagère marchande », sur lequel repose en partie la perspective comparative mise en œuvre, peut être construit et illustré par plusieurs documents publicitaires.

8Une étude en cours précisant le contexte sociologique et historique des activités de la « Sangli Turmeric Exchange Ltd. » fondée par des marchands marwari et lohana, l’une des quelque vingt petites bourses de commerce qui subsistent en Inde aujourd’hui, a été présentée pour discussion avant d’être préparée pour publication.

9Puis, les enquêtes sur les entreprises de la mécanique de Pune ont été exposées et leurs liens avec quelques grandes firmes analysés comparativement et détaillés dans leurs dimensions économique et sociale. L’histoire de la fondation et le développement contemporain du groupe familial des grandes entreprises Kirloskar (un brahmane du Maharashtra) ont été présentés avec des compléments d’information recueillis sur Internet. Une auditrice, qui a une expérience de la petite entreprise industrielle en Inde, a pu contribuer à la discussion. Les réseaux de sous-traitance du groupe Kirloskar ont été comparés à ceux de deux autres grands groupes industriels de la mécanique de Pune. La construction d’un modèle de la « Firme Lignagère Industrielle », qui pourra par la suite être rapproché de celui des firmes marchandes, a été ébauchée. Les liens de ces groupes avec les petits industriels maratha de Kolhapur ont été évoqués ; ils seront décrits plus précisément dans la deuxième partie du séminaire en 2004-2005.

10Ont été invités à participer au séminaire : Nicolas Flammant (Centre d’anthropologie des mondes contemporains) : « L’intervention du mouvement Tabligh dans le contrôle social et moral des ouvriers de la chaussure. Le cas d’un district industriel en Inde du Sud » ; Barbara Harriss-White (professeur au Development studies au Queen Elizabeth House, Université d’Oxford) sur un thème en rapport avec son dernier ouvrage India working, essays on society and economy (Cambridge University Press, Cambridge, 2003).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Lachaier, « Caste, sous-traitance et clientélisme », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 501-502.

Référence électronique

Pierre Lachaier, « Caste, sous-traitance et clientélisme », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17004

Haut de page

Auteur

Pierre Lachaier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals