Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie du christianisme

Jean-Pierre Albert
p. 515-517

Texte intégral

Jean-Pierre Albert, directeur d’études

1. Les « virtuoses » du religieux

1Le premier axe du travail a été de reprendre en le complexifiant le modèle du champ du religieux élaboré l’année dernière. La polarité sacerdoce/prophétisme, centrale dans la définition proposée de la virtuosité, a été associée à la prise en compte des figures du « mage » et du « réformateur », le premier se rapprochant du prêtre par le ritualisme et un régime de légitimité fondé sur la tradition, le second étant, comme le prophète, du côté de l’innovation et de la rationalisation. En marge du séminaire, la présentation de ce modèle et de son application au domaine chrétien a fait l’objet de deux conférences à l’Université Hébraïque de Jérusalem.

2Il convenait en même temps de préciser l’originalité des deux types de rôle introduits dans le modèle, et cette enquête a été conduite cette année à propos du « mage ». La base documentaire de l’étude a été fournie, en particulier, par le dictionnaire dirigé par J.-P. Chantin Les marges du christianisme. « Sectes », dissidences, ésotérisme (Paris, Beauchesne, 2001), dont les nombreuses entrées consacrées à la biographie de leaders religieux dissidents entre 1800 et 1960 permettent d’esquisser une typologie significative des stratégies de légitimation. On repère en effet deux élaborations très différentes de la notion de tradition : l’une, typique du domaine des « petites Églises », reste proche du modèle catholique en valorisant la transmission apostolique, tout en multipliant souvent, pour une même personne, les consécrations épiscopales au sein de lignées différentes ; l’autre, dans la mouvance des sociétés ésotériques, institue la tradition en un principe transcendant de légitimité, quitte également à valoriser le cumul des appartenances et des initiations. C’est dans ce dernier registre que l’on rencontre les illustrations les plus typiques de la figure du « mage », définie par un régime de légitimité qui n’est ni celui du charisme de fonction, ni celui de l’élection : plutôt la production d’une singularité à partir de l’accumulation d’initiations fortement ritualisées à des sociétés ésotériques supposées porteuses de savoirs secrets et primordiaux. Cela débouche sur des formules d’innovation religieuse plus tournées vers la promotion de nouvelles sociétés initiatiques que vers l’élaboration de nouveaux objets de croyance, les changements en la matière se ramenant pour l’essentiel à des synthèses parfois inattendues des matériaux disponibles. On notera enfin que, même si une stricte chronologie est difficile à établir, ce type d’élaboration semble caractéristique des années 1890-1950. En dépit de certains traits qu’il partage avec les « nouveaux mouvements religieux » contemporains, il correspond à une étape dans les processus de recomposition du croire que l’idéaltype du « mage » contribue à spécifier.

3Une enquête similaire sera conduite dans la suite du séminaire à propos de la figure du « réformateur » et de la notion de « réforme » telle qu’elle a été élaborée par F. A. Isambert dans une relation qu’il convient de préciser avec la catégorie wébérienne du prophétisme.

2. Anthropologie du christianisme. Problèmes et méthodes

4Ce second volet du programme d’enseignement annoncé a été, pour l’essentiel, situé dans la continuité du précédent. Il a donné lieu à la présentation et la discussion d’exposés, en relation avec la question du prophétisme et de la virtuosité religieuse, issus des travaux d’étudiants du séminaire et de collègues invités (A. Bouchy, directrice d’études à l’EFEO, G. Bohman, professeur à l’Université de Vienne, C. Gallini, professeur à l’Université de Rome-La Sapienza).

Publications

  • « L’image des vins en Midi-Pyrénées : faut-il taire la nouveauté ? », Sud-Ouest Européen. Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, 14, 2002, parution déc. 2003, p. 61-68.
  • « Croire et ne pas croire. Les chemins de l’hétérodoxie dans le Registre d’inquisition de Jacques Fournier », Heresis, automne-hiver 2003, p. 91-106.
  • « Lo que dice la palabra (y que a menudo se pierde) », Historia, antropologia y fuentes orales, 30, 2003, p. 65-81.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Albert, « Anthropologie du christianisme », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 515-517.

Référence électronique

Jean-Pierre Albert, « Anthropologie du christianisme », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17012

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Albert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals