Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Dynamique de la culture : les institutions de la musique savante

Emmanuel Pedler
p. 534-536

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Emmanuel Pedler, directeur d’études

Les méthodes quantitatives dans les sciences sociales (séminaire collectif)

1Dans ce séminaire, qui en est à sa troisième année, nous continuons à présenter un éventail aussi ouvert que possible des formes d’argumentation et des descriptions réalisées dans les sciences sociales à partir d’outils quantitatifs en apportant et en soumettant à la discussion les témoignages de chercheurs à propos de rapports d’enquêtes ou d’ouvrages publiés depuis peu. Ont été prises en compte les procédures quantitatives qui couvrent un vaste spectre, allant de simples comptages à l’usage d’outils plus complexes. Nous avons donc cherché à rassembler des contributions venant de domaines disciplinaires variés en multipliant les transversalités et en privilégiant les recherches multiméthodologiques. Les finalités principales du séminaire sont 1) de permettre une exploration extensive des styles d’enquête faisant usage des méthodes quantitatives, 2) d’offrir quelques clefs conceptuelles, critiques et pratiques afin de permettre une lecture armée des enquêtes discutées, 3) de faire retour sur les argumentaires pratiqués par les sciences sociales.

2Nous avons discuté dans le détail de la décomposition vectorielle utilisée dans les analyses de correspondances (E. Pedler), de l’étude des instruments de la description dans l’enquête quantifiée (A. Djakouane, doctorant ; E. Pedler), de l’analyse tabulaire et de la régression (linéaire ou logistique) sur données d’enquêtes (Ph. Cibois, Université de Saint-Quentin). D’autres séances ont été consacrées à l’analyse multivariée (J.-Ph. Mazaud, professeur agrégé ; A. Djakouane ; E. Pedler). Un exemple très approfondi d’analyse secondaire de données a été présenté par Philippe Coulangeon (CNRS), à propos de la stratification sociale des goûts musicaux, à partir de données du DEP (ministère de la Culture). Jean Louis Fabiani a ouvert le volet historique et épistémologique du séminaire en discutant du parcours méthodologique d’Andrew Abott. Enfin, à l’occasion d’enquêtes en cours, Juliette Rouchier (CNRS), dialoguant avec Jean-Philippe Mazaud, a discuté des entrecroisements entre ethnographie et modélisation économétrique et Claude Rosental (CNRS) a proposé une lecture critique de l’analyse de réseaux. Pour clore le séminaire, Pierre-Paul Zalio (ENS Cachan) a montré les gains heuristiques découlant d’un usage des statistiques textuelles sur le logiciel Alceste.

Les institutions de la musique savante

3En introduction à ce nouveau séminaire, j’ai en premier lieu présenté un cadre d’analyse qui place en son centre les institutions culturelles. Discutant des travaux de John Durham Peters, j’ai laissé de côté le solipsisme des théories de la réception qui veulent ne considérer que le face-à-face silencieux entre un amateur ordinaire délesté de toute trajectoire propre et des œuvres qui sont censées posséder un périmètre symbolique bien délimité. J’ai insisté sur le fait que ces dernières ne sont jamais disponibles que par l’entremise d’entités (théâtres d’opéra, festivals ou structures moins pérennes) qui, armées de programmes institutionnels particuliers, nouent avec leurs publics des rapports culturels qu’il convient de décrypter. Ces institutions opèrent à chaque fois un alliage singulier entre certaines formes d’historicisme et de présentisme. Enfin ces rapports culturels sont constitutifs d’une mise en tension entre des postures et valeurs d’acteurs placés dans des mondes culturels très différents les uns des autres. Si l’on a postulé que l’espace du concert ou du musée était un lieu pacifié, où les malentendus sont marginaux, c’est pour ne pas voir le travail symbolique qu’effectuent les acteurs et pour réduire les tensions qui les traversent. Les théories sociologiques qui rendent compte des institutions savantes ont ainsi souvent privilégié quelques mécanismes simplificateurs mettant en relation des classes sociales et des objets symboliques hiérarchisés. Sur ce plan, l’invitation de Dick Houtman (Université Erasmus) durant le mois de novembre 2004 m’a permis d’ouvrir un dialogue avec une sociologie anglophone qui évalue à nouveaux frais les rapports entre culture, politique et stratification sociale.

4Pour commencer à explorer quelques aspects des processus d’institutionnalisation de la culture, j’ai successivement analysé les travaux de M. Steinberg portant sur les idéologies néobaroques des fondateurs du festival de Salzbourg et repris sa lecture des travaux de J. Fulcher sur l’opéra français entre 1830 et 1875. Je me suis ensuite arrêté sur les périodes germinatives de l’installation des grandes institutions lyriques du XIXe et XXe siècle en prenant appui sur les travaux de J. Rosselli, J. Hirshberg, H. Lacombe, E. Saïd, notamment. J’ai ainsi privilégié les espaces situés, pour cette période, aux « marges » du monde européen (Palestine, Argentine, Égypte, etc.) pour mieux saisir les tensions culturelles qu’ils étaient à même de révéler.

Publications

  • « Entendement musical et malentendu culturel : le concert comme lieu de confrontation symbolique », Sociologie et sociétés, « Goûts, pratiques culturelles et inégalités sociales : branchés et exclus », XXXVI, 1, printemps 2004, p. 127-144.
  • « Culture, processus d’institutionnalisation et construction du répertoire lyrique contemporain : le cas de Aïda », Mouvement social, 208, numéro thématique « Musique et politique », juillet-septembre 2004, p. 166-179.
  • Édition chinoise (caractères simplifiés) de Sociologie de la communication, Nathan et Maison d’édition du Peuple de Tianjin, 2004.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Pedler, « Dynamique de la culture : les institutions de la musique savante », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 534-536.

Référence électronique

Emmanuel Pedler, « Dynamique de la culture : les institutions de la musique savante », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17026

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals