Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie de la socialisation

Jean-Claude Chamboredon
p. 543-545

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Jean-Claude Chamboredon, directeur d’études

1. Sociologie de la ville : les divisions sociales et le marquage symbolique de l’espace urbain

1À partir de l’exemple de Marseille principalement, on a étudié les analyses sociologiques de la division sociale de l’espace urbain et de ses transformations. Cela implique de s’interroger sur la signification pratique de l’espace de résidence (les quartiers et leur valeur et leur pertinence sociales), sur les modes de perception et d’intériorisation des grandes divisions symboliques de la ville et sur la signification sociale du marquage territorial urbain, dans sa dimension historique (travail de mémoire et travail d’oubli, à l’œuvre dans la construction, l’aménagement, la construction monumentale, les appellations de lieux).

2Le tableau ordinaire de l’espace marseillais oppose les quartiers Nord, populaires, aux quartiers Sud, « bourgeois », et, dans un second temps, introduit une distinction, à l’intérieur des quartiers Nord, entre les « noyaux villageois », de plus ancienne installation, à la morphologie et au peuplement spécifiques, et les nouveaux espaces, de plus récente construction, et accueillant, dans un contexte de sous-équipement et de coexistence difficile, les populations les plus défavorisées.

3Ces descriptions, devenues presque des « lieux » rhétoriques du discours sur la ville (planificateurs, analystes, observateurs, journalistes), posent de multiples questions et, peut-être, occultent certaines dimensions de la sociologie de l’espace urbain marseillais.

4Notons d’abord, pour rester à l’intérieur de ce schéma, la position mal définie des quartiers Est (partagés entre quartiers Nord et quartiers Sud ? Lieux d’une ville petite-bourgeoise ?) dans cette structure polaire ; ensuite – et c’est prendre distance avec ce schéma – le contraste peut-être forcé par l’idéalisation entre « noyaux villageois » et secteurs périphériques.

5Enfin, l’absence d’interrogation sur le centre de la ville et sur les structures symboliques qui organisent l’espace urbain central, au-delà de la simple notation du statut incertain du centre-ville, simplement caractérisé comme point de contact et, en quelque sorte, ligne de front entre les deux univers sociaux du « Nord » et du « Sud » (Voir le thème de la Canebière comme thalweg social, chez M. Roncayolo) et des remarques, parfois marquées d’inquiétude, sur sa paupérisation et sur les difficultés des tentatives de réhabilitation.

6Peut-on retrouver, au-delà d’une description de l’espace urbain comme simple caractérisation des contrastes sociaux de peuplement, l’inspiration d’une morphologie sociale comme la pratiquait Halbwachs, attentive aux marques symboliques que porte l’espace urbain (cf. La topographie légendaire des Évangiles en Terre sainte...) ?

7On peut, en effet, distinguer les caractéristiques de l’espace « peuplé » et les caractéristiques de l’espace « marqué ».

8Relèvent de l’« espace peuplé », la description des caractéristiques sociales du peuplement et, en amont, l’analyse des conditions, sociales, économiques, historiques, urbanistiques et d’équipement qui les déterminent.

9Relèvent de l’« espace marqué » la description de la structuration des aires spatiales constituées comme objets d’appréhension, de référence, d’identification, en somme comme espaces sociaux pertinents (c’est de ce niveau que relèverait l’analyse de la réalité sociale des « noyaux villageois ») et aussi – c’est un autre ordre d’analyse – la description de la structuration générale de l’espace urbain, des polarités qui l’organisent, des grands symboles inscrits dans l’espace (entre autres, mais pas exclusivement, à travers la monumentalité et l’inscription spatiale des institutions) ; parmi ces symboles, il faut distinguer sans doute ceux qui relèvent d’opérations de marquage délibérées et volontaristes (tout ce qui est de l’ordre d’une politique urbaine et d’une intention politique ou civique) et ceux qui résultent de l’accumulation historique des monuments et des bâtiments significatifs.

10En somme, dans cette ligne d’analyse, on ne décrit pas simplement l’espace comme porteur d’une répartition (des habitants, des ressources, des institutions, etc.) mais comme organisé par des polarités, quelle qu’en soit l’échelle (l’ensemble de la ville ou certains secteurs).

11Une fois qu’on a décrit cet espace urbain structuré de symboles, il reste à analyser comment fonctionnent ces symboles, comment ils sont « lus » par les habitants, en fonction de l’histoire de ces habitants dans la ville et de leur rapport à celle-ci. Cela peut introduire à une analyse des fonctions de socialisation de l’espace urbain, avec toutes les variations dues à l’histoire des populations et de leur rapport à cette ville qu’elles habitent.

2. Sociologie des instances de socialisation et des situations d’apprentissage culturel

12La sociologie de la socialisation doit faire une place à la diversification des agents pédagogiques (animateurs de divers statuts) qui, dans le système d’enseignement ou à côté, dans la complémentarité ou la concurrence, préparent, prolongent, redoublent, complètent ou monnaient l’action des enseignants. En particulier, ce qu’on peut décrire comme l’avènement d’un « tiers-ordre« pédagogique, est à mettre en rapport avec les transformations de la demande d’éducation, de la définition de l’aire de l’éducable, et du système d’enseignement.

13Discussion de recherches en cours sur les pratiques culturelles des adolescents et sur l’apprentissage de l’« ordre scolaire » chez des élèves du primaire.

Publication

  • Postface « Une rue dans la ville » à Marseille, entre ville et ports. Les destins de la rue de la République, sous la dir. de P. Fournier, S. Mazzella, Paris, La Découverte, 2004.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Chamboredon, « Sociologie de la socialisation », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 543-545.

Référence électronique

Jean-Claude Chamboredon, « Sociologie de la socialisation », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17029

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Chamboredon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals