Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie du travail et des arts

Pierre-Michel Menger
p. 545-548

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Pierre-Michel Menger, directeur d’études

1Trois thèmes d’exposés et de débats ont été au centre de la première partie de mon séminaire : – l’analyse de la crise du régime d’emploi-chômage dans les arts du spectacle. Le régime d’emploi et d’assurance-chômage des intermittents du spectacle vivant, du cinéma et de l’audiovisuel constitue une triple exception : sociale, culturelle, assurantielle. Et ¡I évolue paradoxalement : les comptes de l’assurance-chômage sur ce régime sont en déséquilibre croissant depuis vingt ans, alors même, ou plutôt parce que l’emploi intermittent dans ces secteurs n’a pas cessé d’augmenter. La construction d’un système de droits et de règles destinés à consolider la flexibilité organisationnelle et procédurale du CDD d’usage constant et à procurer aux salariés les garanties contre le risque considérablement accru de sous-emploi a soutenu le développement du secteur, et l’enrichissement en emplois de la croissance de la production culturelle. Mais elle a suscité dans le même temps une aumgmentation spectaculaire des déséquilibres liés au fonctionnement d’un marché du travail désintégré : inégalités accrues, turnover élevé, raccourcissement des carrières, cycles de spéculation sur le talent. L’analyse de la crise sociale ouverte par la réforme négociée en 2003 conduit à mettre en évidence les propriétés paradoxales de la relation entre salariés, employeurs et assureurs, et la dynamique de négociation et de lutte à front renversé dans ce secteur :

  • la cotation du travail aujourd’hui. De nouveaux principes de cotation du travail et de la valeur des travailleurs ont émergé, mais aussi de nouveaux outils de contractualisation, qui mettent en tension équité interindividuelle, efficacité productive et individualisation des gains et des risques, dans les situations d’activité et dans les carrières. La question est posée de savoir à quelle(s) situation(s) de référence, à quel groupe (équipe, organisation, communauté professionnelle, classe sociale) et à quel modèle de compétition peuvent être rapportées les évaluations objectives et subjectives de l’acte de travail qui ont été construites pour élever le degré d’inventivité et de productivité du travailleur qualifié.
  • le travail et la concurrence dans les arts et les sciences. Les carrières professionnelles dans les métiers artistiques et scientifiques partagent un certain nombre de caractéristiques essentielles. L’incertitude à l’égard du but est une condition structurale de la créativité ; les épreuves compétitives sont omniprésentes ; la course à la priorité ou à la nouveauté est structurante ; les carrières par tournois éliminatoires sont les ressorts d’un système réputationnel fortement segmentateur ; les inégalités de réussite (réputation, notoriété, gains, influence professionnelle ou extraprofessionnelle) sont considérables, mais aussi légitimées, tolérées voire revendiquées ; les compensations assurantielles à la prise de risque sont la contrepartie communautaire et solidaire de la compétition individualisatrice, séparatrice et inégalitaire ; l’argument de la production d’un bien collectif, non entièrement appropriable par ceux qui le produisent ni par ceux qui en sont destinataires, et source de multiples externalités positives, est avancé dans les deux mondes et c’est en son nom qu’est recherché et obtenu un haut niveau de socialisation du risque professionnel gagé sur des financements publics, une organisation non marchande et une composition originale des arguments monétaires et non monétaires de l’exercice de l’activité professionnelle. Un travail de comparaison a ainsi été engagé.

2Pascaline Costa et Danièle Hanet, du CESTA, ont présenté leurs recherches sur la dynamique de concentration spatiale de l’industrie des jeux vidéo dans deux bassins d’activité, Lyon et sa région, Montréal et sa cité multimédia.

3Jean-Paul Fourmentraux, post-doctorant au CESTA, a présenté ses travaux en cours sur les échanges et collaborations entre art, science et industrie en France et au Canada.

4Plusieurs collègues enseignants chercheurs sont intervenus au cours de l’année.

5Andrew Abbott, professeur à l’Université de Chicago, et directeur d’études invité à l’initiative conjointe de Jean-Louis Fabiani, de Jacques Revel et de moi-même, a consacré trois séminaires à l’analyse de la temporalité et de la causalité en sciences sociales. Il a notamment présenté ses recherches sur « l’historicalité » (l’épaisseur historique) de l’individu et des groupes sociaux, sur les positions de la sociologie et de l’économie quant au découpage de la dynamique temporelle en périodes, résultats et horizons d’action, et sur les changements dans l’organisation de la profession d’ergothérapeute.

6David Pontille, chargé de recherche au CNRS-CERTOP, a montré comment la signature et la cosignature d’articles dans les sciences sont un analyseur de l’organisation du travail, de ses variations disciplinaires et nationales, et de ses transformations.

7Patrick Mignon, directeur du laboratoire de sociologie du sport de l’Insep, a établi le « portrait du sportif en travailleur », en analysant notamment la relation entre sportif et entraîneur.

8Alain Chenu, professeur à l’ΙΕΡ de Paris, a présenté son programme de sociologie de la célébrité, et livré un ensemble de résultats de son exploitation quantitative de la série complète des couvertures du magazine Paris Match (1949-2004) et des types, représentations et évolutions de la célébrité qu’elles produisent.

9Sébastien Dubois, enseignant à l’École supérieure de commerce de Rouen, a présenté le marché éditorial de la poésie, à partir d’une étude des carrières des poètes et des paradoxes de l’activité du secteur (une offre considérable pour une demande étroite).

10En octobre 2003, j’ai donné une série de conférences sur mes domaines actuels de recherche à Boston (Northeastern University), à Cambridge, Massachusetts (Université Harvard, MIT), à New York (Université Columbia, Université New York, New School for Social Research), à Princeton (Université Princeton), à Chicago (Université de Chicago), à l’occasion d’un programme organisé par l’ambassade de France et les différentes universités mentionnées.

Publications

  • « Les intermittents du spectacle », Espaces Temps, 82-83, 2003, p. 51-66.
  • « Intermittence : exception culturelle, exception sociale », La République des idées, Document de travail, 1, novembre 2003.
  • « L’art comme travail », dans Arts, sciences et technologie, sous la dir. de S. Becuwe et N. Garreau, La Rochelle, Éditions de la MSH et de l’Université de La Rochelle, 2003, p. 49-79.
  • « L’organisation et le marché du travail dans les arts », dans Encyclopédie des ressources humaines, sous la dir. de J. Allouche, Paris, Vuibert, 2003, p. 70-75.
  • « Travail, structure sociale et consommation culturelle. Vers un échange d’attributs entre travail et loisir ? », dans Le(s) public(s) de la culture, sous la dir. de O. Donnat et P. Tolila, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2003, 1, p. 61-86.
  • « Are there too many artists ? », dans Actes du Colloque international sur les statistiques culturelles, Coll., Montréal et Québec, Unesco et Gouvernement du Québec, 2003, p. 151-172.
  • « Égalités et inégalités dans l’activité créatrice. Durkheim, Marx et Rawls devant l’individualisme artistique », Revue européenne des sciences sociales, t. XLII, 129, 2004, p. 225-235.
  • « La culture, un continent pour l’hyperflexibilité salariale ? », dans Proposer, M. Aubry (éd.), Éd. de l’Aube, 2004, p. 119-135.
  • « Talent et réputation. Ce que valent les analyses sociologiques de la valeur de l’artiste, et ce qui prévaut dans la sociologie beckerienne », dans L’art du terrain. Mélanges offerts à H. Becker, sous la dir. de A. Blanc et A. Pessin, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 104-161.
  • « L’employeur, le salarié et l’assureur dans l’hyperflexibilité contractuelle : les intermittents du spectacle », Droit social, 9-10, septembre-octobre 2004, p. 825-833.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Michel Menger, « Sociologie du travail et des arts », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 545-548.

Référence électronique

Pierre-Michel Menger, « Sociologie du travail et des arts », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17030

Haut de page

Auteur

Pierre-Michel Menger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals