Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie des professions techniques

André Grelon
p. 559-561

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

André Grelon, directeur d’études

1Le séminaire a traité de l’évolution historique des groupes professionnels scientifico-techniques dans leurs rapports avec les sociétés dans lesquelles ils sont insérés, selon plusieurs approches.

2La question de la formation a été examinée d’abord à partir de l’analyse des représentations collectives des liens entre formation et carrière industrielle, en prenant l’exemple de la mise en place des structures d’enseignement supérieur à Rouen aux XIXe et premier XXe siècle : ces liens n’ont pendant longtemps rien d’une évidence pour les couches sociales concernées par ces institutions (A. Bidois). Il faut attendre la fin du XIXe siècle pour qu’un réel intérêt se développe, parce que la perception de la formation change et parce que ces structures se transforment. À Nancy, haut lieu de création d’instituts techniques durant cette période, les enseignants sont amenés à définir des orientations originales pour attirer une population d’étudiants intéressés par les options proposées. L’université naissante s’ouvre largement aux étudiants étrangers qui peuplent ses amphithéâtres. Phénomène qui n’est pas propre à Nancy, mais qui concerne tout le continent comme l’a exposé une équipe pluridisciplinaire européenne développant un programme de recherche sur les migrations universitaires en Europe avant 1940 (A. de Boor et H. R. Peter, Université de Halle, N. Tikhonov, Université de Genève, C. Weill).

3La figure sociale de l’ingénieur comme emblème de la modernité synonyme de progrès en Europe a été considérée en prenant plusieurs exemples contrastés dans l’histoire moderne et contemporaine. Les ingénieurs militaires espagnols qui apparaissent au XVIIIe siècle sont les vecteurs d’une transformation de l’armée par l’État, en même temps qu’ils jouent un rôle non négligeable dans l’aménagement du territoire (M. Seguela). Dans un pays de la périphérie européenne comme le Portugal, peu ouvert au changement, les ingénieurs jouent un rôle crucial dans l’affirmation du concept de progrès lié au développement technique dès la fin du XVIIIe siècle et tout au long du XIXe siècle (MP. Diogo, A.M. Cardoso). Ce rôle qu’ils s’attribuent constitue un facteur clé dans la construction de leur identité professionnelle. Il en est de même des ingénieurs issus de l’École des mines de Saint-Étienne ouverte au début du XIXe siècle qui contribuent en tant qu’experts qualifiés diplômés au développement de l’ingénierie civile (A.F. Garçon). Cette notion d’expertise a été constamment mise en avant par les ingénieurs : on la retrouve aujourd’hui encore lorsqu’ils se mettent au service des juges comme experts judiciaires tenus de donner des éléments objectifs d’analyse et d’explication pour contribuer au règlement des litiges. En retour cette position d’expert permet un renforcement de leur identité professionnelle au sein des entreprises (F. Chamozzi, L. Mounier).

4La transformation récente des modes de production implique notamment une restructuration de la gestion des ressources humaines, ce qui n’est pas sans incidence sur le mode de fonctionnement des groupes professionnels. Trois points ont été étudiés pour éclairer cette question. Les figures idéal-typiques classiques de l’expert et du manager sont actuellement redéfinies dans les entreprises. Le modèle commun voudrait qu’une carrière « normale » permette d’évoluer de l’expertise au management. Des enquêtes extensives récentes (notamment Travail en Question, CFDT Cadres) mettent néanmoins en évidence le caractère réducteur de cette typologie en regard de la pluralité des professions exercées (S. Pochic). Le mode de production de l’expertise lui-même est en évolution, l’autonomie traditionnelle de ces professionnels étant remise en question par la mise en place d’un système de contrôle de la qualité du travail, un « audit de l’auditeur » en somme, comme le montre l’exemple de la profession comptable en Grande-Bretagne (C. Ramirez). Enfin le développement de l’intérim paraît contredire la notion même de carrière. Dans un contexte de forte flexibilité, les organisations ont été amenées à se restructurer et notamment à externaliser certaines fonctions, ce qui favorise l’apparition, certes encore peu importante, de l’intérim chez les cadres (L. Puissant) : s’agit-il d’une nouvelle forme de « déstabilisation des stables » ? En réalité, la notion d’intérim recouvre plusieurs cas de figure, puisque 20 % des intérimaires, professionnels qualifiés, s’inscrivent dans ce mode d’activité de façon permanente, au moins pour un temps donné. Les entreprises de travail temporaire sont favorables à la fidélisation de cette population particulière pour laquelle elles mettent en place une « gestion de carrière » adaptée (C. Kornig).

5D’autres phénomènes sociaux de grande ampleur ont un impact important sur l’orientation des professions techniques et leur mode de fonctionnement. Le développement des questions d’environnement et les contraintes objectives qu’elles exercent, amènent certaines entreprises industrielles à ne pas se contenter de subir une réglementation de plus en plus pesante, mais à s’engager volontairement dans un management environnemental sans qu’on puisse réduire le rôle des acteurs à du cynisme rationnel (L. Draetta). Le processus de féminisation ébranle également des professions traditionnellement masculines depuis leurs origines. Tel est en particulier le cas des ingénieurs, les femmes constituant aujourd’hui 15 % des actifs du groupe. Si les études auprès des garçons et filles en formation d’ingénieur montrent qu’ils ont les mêmes stratégies d’orientation et les mêmes projets professionnels et que le cursus est suivi sans rivalité ni compétition entre sexes (B. Stefanovic), les grandes enquêtes quantitatives récentes sur les ingénieurs en fonction (quinzième enquête du Conseil national des ingénieurs et scientifiques de France conçue et dirigée par C. Darsch) mettent en évidence les inégalités de carrière en terme de genre avec le phénomène bien analysé aujourd’hui du « plafond de verre », mais aussi un différentiel dans les rémunérations, toutes choses égales par ailleurs, de près de 10 % (M. Koubi et M. Mazars).

6Le séminaire a en outre bénéficié de l’apport de Pierre Doray, professeur à l’UQAM (Université du Québec à Montréal), invité comme directeur d’études, qui a présenté en trois séances une série de recherches qu’il a menées au Québec sur la constitution actuelle des groupes professionnels et le rôle de l’État, sur les parcours scolaires et la production sociale des techniciens, et sur les nouvelles formes de régulation de la formation professionnelle et technique. Miriam Levin, professeure à la Case Western Reserve University et directrice d’études invitée, a exposé les résultats d’une analyse historique sur la formation scientifique universitaire des femmes aux États-Unis au XIXe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Grelon, « Sociologie des professions techniques », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 559-561.

Référence électronique

André Grelon, « Sociologie des professions techniques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17039

Haut de page

Auteur

André Grelon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals