Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Folie et lien social

Françoise Davoine et Jean-Max Gaudillière
p. 562-566

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Françoise Davoine et Jean-Max Gaudillière, maîtres de conférences

Souveraine des mers qui [la] doivent porter

1Sous ce titre racinien, le séminaire de cette année affrontait les enjeux scientifiques, sociaux et éthiques d’une question toute classique : celle des rapports de l’organe-cerveau et de l’activité psychique dans son ensemble. Mind and brain, comme le résument les Anglo-Saxons. Nous rencontrons nécessairement cette question, et les réponses que les diverses instances sociales lui apportent, dans notre pratique psychanalytique de la folie.

2Nous donnions ainsi une suite aux « questions de mémoires », que nous avions élaborées avec l’aide d’un des analystes majeurs du siècle passé, W.R. Bion. Son expérience princeps au front de la Première Guerre mondiale, et les conséquences pratiques et théoriques qu’il en a tirées, amenaient à rapprocher sensiblement trauma et psychose, à partir d’une mémoire singulière, « celle qui n’oublie pas », surtout si ce qu’elle retient ne fait pas texte, et échappe à la transmission habituelle.

3Du côté de la neurobiologie, nous avons essentiellement commenté l’œuvre de Eric Kandell, prix Nobel de médecine 2000, et son livre somme, Principles of neural sciences. L’examen attentif des chapitres qui portent, avec sa propre signature, sur les troubles de l’humeur et les troubles de la personnalité, pour reprendre ses expressions (celles du DSMIV), ainsi que la critique des bibliographies du biologiste sur ces terrains connexes à la psychiatrie, nous ont cependant, à nouveau, conduits à traverser les limites du laboratoire, pour nous retrouver face aux questions cliniques.

4L’objectivation des « troubles », et leur accrochage causaliste à des localisations cérébrales et à des observations touchant à la chimie et à la physique des neurotransmetteurs trouvent si vite le chemin des fabricants et des distributeurs de médicaments psychotropes que les questions de fond sont passées aux pertes et profits du progrès de la science, au service du supposé bien-être de l’humanité. Les caractéristiques de la recherche entamée, avec ses moyens extrêmes, par la folie, ses enjeux et ses dimensions transférentielles particulières sont d’ordinaire perdus avec l’évaluation des symptômes, dans l’idéologie illusionniste de la santé mentale du plus grand nombre, délivrée par le prescripteur le plus anonyme possible.

5Devant ces rigidités qui prennent médiatiquement force de principes scientifiques autorisés, nous avons pu vérifier, comme souvent, que des œuvres littéraires de fiction sont plus à même de produire un matériel fiable pour avancer dans la connaissance de ces terrains, où viennent buter l’histoire, la psychologie, la sociologie – comme hier la religion, la justice et le politique. La chaîne de la causalité stricte étant interrompue par l’arrêt du temps dont les symptômes de folie font montre, ces œuvres de l’art humain permettent en effet au moins de formuler les questions, qui déterminent des conséquences sociales graves, parfois irréversibles, dans la gestion sociale de la folie et des traumatismes : cette dernière veut des réponses, éventuellement infondées, incertaines, ou fictitious (pour reprendre le mot d’Hannah Arendt), elle n’a que faire de la démarche heuristique mise en marche par la folie, ou les rapports transférentiels mis en jeu par les patients traumatisés.

6La question de la causalité en histoire est justement une des préoccupations majeures de Léon Tolstoï dans La guerre et la paix. À suivre les différents héros du roman dans leur traversée aléatoire des guerres européennes du début du XIXe siècle, nous avons pu esquisser le statut d’un sujet de l’énonciation de l’histoire, ubiquitaire sur les lieux des catastrophes militaires et historiques : seule la fiction est à même de donner un cadre rigoureux à ses fonctions de recherche et d’inscription.

7Par rapport à ces enjeux cruciaux dans la transmission qui fait les lignées, notamment lorsque le texte de l’histoire affiche des discontinuités, Léon Tolstoï, au long de quelques pages célèbres, révèle la valeur injunctive d’un « Vous souffrez », qui enclenche nombre de comportements sociaux, y compris médicaux, à l’égard de patients fous ou traumatisés. Cette mansuétude puissante s’attache finalement à un amour ultime de la mort, qui dissout apparemment toute identité, tandis que la folie combat pour donner forme à ce qui même dans l’anéantissement préfère la vie. Il souligne encore les voies de sortie des solutions biaisées par le bon sens, la soumission ou la complicité : ces échappées lient simplement la parole donnée à la position mutuelle d’une garantie de la vérité. Enfin le sujet de l’épopée, première figure possible du sujet de l’histoire, émerge des innombrables faits politiques et militaires du temps, dont l’historien de la longue durée pourrait aisément opérer la réduction à une poussière de futilités illisibles dans leurs singularités.

8Le second auteur qui a porté notre recherche est le romancier allemand Sebald, notamment son Austerlitz. Nous avons vite reconnu dans ce texte une histoire en attente dans l’amnésie totale du héros en deçà de ses quatre ans ; y compris le voyage en chemin de fer qui a permis de l’extraire in extremis des rafles nazies de Prague, où sa mère va disparaître quelques semaines plus tard. Sebald nous amène, à la fois cliniquement (il y a un narrateur dont le rôle transférentiel est précisément décrit), et stylistiquement, à découvrir le mode de fonctionnement, le chemin vers la pensée du héros Austerlitz, quand il interroge inlassablement l’architecture des gares de chemin de fer européennes, ou le plan des forteresses, qui anticipent sa visite au camp de Theresienstadt (Teresin), où se perdent les traces de sa mère. Le fonctionnement d’une telle mémoire trouée, non d’oublis, mais de la consistance même des catastrophes totalitaires, le vocabulaire, la syntaxe, l’inclusion dans le cours du texte de photographies prises par le héros (le narrateur, l’auteur ?), ou retrouvées au cours de sa recherche, rencontrent notre expérience d’un « penser avec des choses » (W.R. Bion), là où les mots font défaut, parce qu’il n’y a personne pour les entendre. L’importance notamment du rythme, et de ses déformations, est soulignée par le commentaire d’un film de propagande nazi tourné à Teresin, et passé au ralenti pour en examiner scrupuleusement les visages. Technique fréquente dans la recherche de la folie, où la musique entraînante et vide qui accompagne les paroles idéologiques s’étire en une marche funèbre, qui est la vérité même de ce que la caméra voit, sans sujet pour l’inscrire. De telles irrégularités dans le décours du temps sont familières quand on aborde transférentiellement semblables cassures : Sebald aide à les théoriser, et à montrer quel type de création elles peuvent engendrer si l’on va jusqu’au bout de leur potentialité heuristique.

9Enfin Vie et destin de Vassili Grossman : la culture (Tolstoï lui-même par exemple) évoquée comme recours contre l’idéologie et ses dérives criminelles, y apparaît comme gage d’une liberté performative qui s’ébauche au fur et à mesure de l’écriture. Cette œuvre prodigieuse, sauvée de l’interdit et de l’oubli bien après la mort de son auteur, nous a conduits vers une forme esthétiquement achevée de l’inscription des catastrophes du siècle passé. Les deux totalitarismes visés en parallèle par cet écrit épique et romanesque sont faits de la même matière que celle mise au jour par nos patients les plus contemporains, par le biais nécessaire de la folie ou du trauma : guerres, sans doute, mais aussi collaboration, trahison des chefs, trahisons des siens (Claude Barrais), dénis, abandons, aliénation au sens le plus radical du terme, forment le cadre transférentiel qui attend un analyste désormais aux prises avec une histoire non inscrite, non transmise, non reconnue, et pourtant non secrète, vieille parfois de plus de soixante ans, dans une temporalité immobilisée.

10Sur ces chemins où les œuvres cliniques convergent donc avec la littérature, et en connexion avec notre livre paru aux États-Unis cette année (History beyond trauma), nous avons pu recevoir au cours de cette année les exposés du professeur Elizabeth Loftus (Université de Californie), auteur d’un ouvrage célèbre sur les False memories ; d’Andreas Mayer (Institut Max Plank de Berlin, directeur d’études invité), dont les recherches restituent l’écriture progressive de la Traumdeutung de Freud dans le contexte d’une négociation permanente avec l’institution psychanalytique en ses débuts (Jacqueline Carroy, directeur d’études, participait à ce séminaire) ; enfin le docteur John Muller (PhD, de la clinique Austen Riggs Center à Stockbridge Massachusetts, dernier lieu de soin à pratiquer aux États-Unis la psychothérapie analytique des psychoses) est venu présenter son travail sur Pierce, en connexion avec les concepts transférentiels élaborés longtemps après par H.S. Sullivan et Frieda Fromm-Reichmann, dont nous avons depuis longtemps étudié les œuvres dans le cadre du séminaire « Folie et lien social ».

Publications

Françoise Davoine

  • Avec J.-M. Gaudillière, History beyond trauma, Other Press New York, 2004, 282 p.
  • « Erwin Schroedinger in the psychiatric hospital », Diogène, 202, Londres, 2004.
  • « Casus belli », L’inactuel, 10 (Le singulier), Paris, Circé, janvier 2004, p. 43-64.

Jean-Max Gaudillière

  • Avec F. Davoine, History beyond trauma, Other Press New York, 2004, 282 p.
  • « Raisons de folie », Diogène, 202, Paris, PUF, avril-juin 2003, p. 53-73.
  • « The reasons of madness », Diogène, 202, Londres, 2004, p. 33-44.
  • Trad. de G. Fromm, « Psychanalyse et trauma : retour sur le 11 septembre », Diogène, 203, Paris, PUF, septembre 2003, p. 3-19.
  • « Lésionnellose », L’inactuel, 11 (Impostures), Paris, Circé, juin 2004, p. 179-188.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Davoine et Jean-Max Gaudillière, « Folie et lien social », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 562-566.

Référence électronique

Françoise Davoine et Jean-Max Gaudillière, « Folie et lien social », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17041

Haut de page

Auteurs

Françoise Davoine

Articles du même auteur

Jean-Max Gaudillière

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals