Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie de l’institution familiale

Irène Théry
p. 599-601

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Irène Théry, directrice d’études

1. La dimension sexuée de la vie sociale : approche d’anthropologie comparative (histoire, sociologie, ethnologie) (avec Pascale Bonnemère, chargée de recherche au CNRS, Françoise Douaire-Marsaudon, chargée de recherche au CNRS)

1Le séminaire a été conçu comme l’introduction à un nouveau cycle portant sur les controverses théoriques autour de la notion de « genre » en sciences sociales. Dans quelle mesure l’opposition du sexe (biologique, naturel, universel) et du genre (culturel, construit, arbitraire) est-elle heuristique dans une perspective pluridisciplinaire et comparative ? À quels débats a-t-elle donné lieu au sein des recherches françaises et anglo-saxonnes ? Notre objectif était, à travers un premier tour d’horizon, de parvenir à dégager l’histoire des lignes principales du débat, les enjeux théoriques des grandes controverses, en nous centrant en particulier sur le rapport entre conceptions du « genre », conceptions de la personne et conceptions de la société.

2Après une introduction d’Irène Théry portant sur la question de l’intertraduction dans une perspective comparative, la plupart des séances ont été consacrées aux questions soulevées par la dichotomie sexe/genre et son lien à la dichotomie nature/culture dans les recherches en anthropologie. Pascale Bonnemère a présenté le vaste débat lancé dans l’anthropologie féministe anglo-saxonne des années 1980 par l’article de Sh. Ortner « Is female to male as nature is to culture ? », ainsi que la controverse entre Annette Weiner et Marilyn Strathern sur la notion de féminité, avant de revenir sur son propre travail sur la construction relationnelle de la personne chez les Ankave-Anga et la complexité à transférer nos catégories de pensée dans l’étude de sociétés où le corps est en partie « façonné par autrui ».

3Françoise Douaire-Marsaudon a introduit les débats actuels de l’anthropologie sur « la paire frère-sœur comme un autre paradigme de la conjugaison des sexes », en prenant appui en particulier sur le cas polynésien, puis elle a analysé les discussions sur les catégories de sexe dans les sociétés égalitaires et dans les sociétés hiérarchisées suscitées par l’article d’E. Leacock « Women status in egalitarian society » ; enfin, prenant appui sur ses propres travaux, elle a discuté la catégorie problématique de « troisième sexe/genre ».

4Agnès Martial a pris appui sur l’analyse d’un chapitre du livre After nature. English kinship in the twentieth century pour présenter la démarche d’anthropologie comparative originale de Marilyn Strathern, spécialiste de la Mélanésie se tournant ici vers sa propre société.

5Irène Théry est revenue sur le débat des débuts de la sociologie concernant la distinction de sexe dans les sociétés polysegmentaires, en comparant en particulier la « division des sexes » de Durkheim et la « division par sexes » de Mauss, avant de présenter ses propres travaux sur la distinction de sexe et la question de l’individu. Enfin, elle a présenté un panorama synthétique des positions françaises en se centrant sur les controverses suscitées au cours des années 1980 et 1990 par l’opposition sexe/genre dans la recherche en sciences sociales.

6Le séminaire a été prolongé par l’organisation à Marseille des deuxième et troisième journées d’études nationales « la dimension sexuée de la vie sociale » préparatoires à un volume de la collection « Enquête » des Éditions de l’EHESS. Sont intervenus : Sylvie Steinberg, Pierre-Henri Castel, Anne-Christine Taylor, Cécile Barraud, Jerôme Baschet, Françoise Douaire-Marsaudon, Agnès Fine, Emmanuelle Saada, Christelle Taraud (responsable des journées et animation : Irène Théry)

2. Sexe, genre, sexualité : approche de sociologie juridique

7Le séminaire a poursuivi l’étude des recompositions du permis et de l’interdit en matière sexuelle dans la société française contemporaine. Après plusieurs années consacrées à développer l’hypothèse selon laquelle le consentement à l’acte sexuel est désormais le critère majeur de référence tant au plan des normes sociales que des règles juridiques, les séances de cette année ont été consacrées à la catégorie générale de « sexualité » dans une perspective d’anthropologie comparative. Prenant appui sur une lecture critique approfondie de l’ouvrage de Malinowski, La vie sexuelle des sauvages, on a cherché à saisir de façon plus générale quels critères de définition de l’objet, et quelles méthodes d’enquête étaient mises en œuvre dans la description monographique de la vie sexuelle d’une société particulière. On a en particulier étudié de façon détaillée les raisons et les effets de l’importance attachée par Malinowski à inscrire sa description de la vie sexuelle au sein d’une cosmologie, d’un système de parenté, d’un système de représentation des corps et de la génération, d’une étude des divisions générales par sexes et âges, des modes d’organisation villageoise, des structures hiérarchiques, etc. Puis, en croisant l’étude générale des sources normatives repérées et les divers actes, rituels, situations et conflits décrits, on a proposé une analyse des « limites » et « frontières » de la vie sexuelle comme objet d’enquête empirique dans cet ouvrage. La troisième partie du séminaire a été consacrée à établir une comparaison entre la description ethnographique analysée, et les principales tendances de la sociologie contemporaine de la sexualité autour de quelques grandes questions : définition de l’objet, hypothèses et paradigmes de l’étude des normes, méthodes de l’enquête.

Publications

  • « La notion de division par sexes, chez Marcel Mauss », L’Année sociologique, 2004.
  • « Les Françaises entre sphère privée et sphère publique », Nichifutsu Bunka, 69, Tokyo, Éd. de la Maison franco-japonaise, novembre 2003.
  • « Incompatibilité d’humeur, du droit du divorce à la théologie du mariage chez John Milton », Esprit, juillet 2004.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irène Théry, « Sociologie de l’institution familiale », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 599-601.

Référence électronique

Irène Théry, « Sociologie de l’institution familiale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17062

Haut de page

Auteur

Irène Théry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals