Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Philosophie et épistémologie

Philosophie cognitive

Jérôme Dokic
p. 609-610

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Jérôme Dokic, directeur d’études

Vague et connaissance

1En raison de mon entrée à l’École cette année, mon séminaire de recherche a été un séminaire de transition, organisé en commun avec le département de philosophie de Paris-IV, et en particulier avec le professeur Pascal Engel, dont j’ai repris l’enseignement de DEA au second semestre.

2Le séminaire a porté sur deux thèmes étroitement liés : la théorie de la connaissance et la nature du vague. Le vague peut être conçu de l’une des trois façons suivantes : i) comme un défaut sémantique, relatif au sens ouvert des expressions de notre langage ; ii) comme un défaut ontologique, relatif à l’indétermination intrinsèque de la réalité ; iii) comme un défaut épistémique, relatif aux limites et à l’acuité de nos capacités cognitives. La troisième option a été défendue à partir de l’ouvrage de T. Williamson, Knowledge and its limits (Oxford, Oxford University Press, 2000). Le vague n’est ni dans les choses ni dans nos concepts, mais il est dû à notre ignorance, notamment des cas-limites.

3La théorie épistémique du vague a des conséquences importantes pour les sciences cognitives et sociales. Premièrement, elle permet de clarifier la notion de marge d’erreur appliquée à la connaissance. J’ai particulièrement insisté dans le séminaire sur la connaissance perceptive, qui est fondamentalement inexacte. Ma perception d’un arbre haut de douze mètres ne donne pas immédiatement lieu au savoir qu’il mesure douze mètres ; au mieux, j’apprends qu’il mesure approximativement douze mètres. La modélisation de la connaissance inexacte ou approximative, au travers d’une théorie des marges d’erreur, est une tâche cruciale et pressante pour l’épistémologie. À cet égard, j’ai défendu la thèse selon laquelle les marges d’erreur dépendent non pas de la connaissance elle-même (comme le préconise Williamson), mais de la méthode de connaissance utilisée dans un cas particulier. Une partie de ces idées résulte d’un travail en collaboration avec Paul Egré, que l’on peut consulter en ligne (voir le site d’archives de l’Institut Jean-Nicod, accessible à partir de l’adresse www.institutnicod.org).

4La seconde conséquence concerne plus particulièrement les sciences sociales. Selon Williamson, une conception adéquate du vague implique une limitation des itérations valides de l’opérateur de connaissance, et donc des conditions dans lesquelles un savoir peut porter sur un autre savoir. L’argument de Williamson nous oblige à revoir la notion de connaissance partagée ou commune en tant qu’elle est touchée, comme toute forme de connaissance, par l’inexactitude ou l’approximation. Dans le séminaire, la première conséquence a subi un développement plus important que la seconde, mais j’espère avoir prochainement l’occasion de revenir sur celle-ci.

Publications

  • « Représentation spatiale et dynamique cognitive. L’ancrage déictique de notre conception naïve de l’espace », dans Symboliques et dynamiques de l’espace, sous la dir. de J. Dokic, P. Drieux et R. Lefebvre, Rouen, Presses Universitaires de Rouen, 2003, p. 145-166.
  • « Editorial : On the philosophical foundations of situated representing », Dialectica, 57, 4, 2003, p. 353-4.
  • Qu’est-ce que la perception ?, Paris, Vrin (« Chemins philosophiques »), 2004, 128 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Dokic, « Philosophie cognitive », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 609-610.

Référence électronique

Jérôme Dokic, « Philosophie cognitive », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17073

Haut de page

Auteur

Jérôme Dokic

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals