Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Philosophie et épistémologie

Histoire politique et culturelle de la philosophie moderne

François Azouvi
p. 613-615

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

François Azouvi, directeur d’études

1Thématiquement, le séminaire a prolongé celui de l’année précédente : il s’agit toujours de réfléchir à la constitution en France de l’autorité philosophique, avec les caractères propres qui la spécifient.

2Chronologiquement, le séminaire s’est déplacé cette année sur la période du tournant des XIXe et XXe siècles et a été consacré à la première réception de la philosophie bergsonienne. En effet, après avoir mis en place les commencements de cette histoire, aux XVIe et XVIIe siècles, il m’a paru intéressant de se déporter largement vers l’aval et de consacrer sur plusieurs années un travail de recherche sur le magistère philosophique dans la France du XXe siècle, autour de deux figures exemplaires : Bergson puis Sartre.

3Ces deux philosophes offrent le cas particulier en France de doctrines qui ont acquis très vite, presque immédiatement, une célébrité internationale, mais en diffusant d’emblée très au-delà de leur milieu philosophique d’origine.

4S’agissant plus particulièrement de Bergson, l’accueil de ses premiers ouvrages (Essai sur les données immédiates de la conscience, 1889, Matière et mémoire, 1896, Le Rire, 1900) a été suivi dans un souci de détail afin de comprendre exactement les modalités de cette réception singulière. Un grand soin a été mis à étudier la façon, contrastée, dont ces livres ont été reçus dans les premières revues philosophiques spécialisées (Revue philosophique de la France et de l’étranger, puis Revue de métaphysique et de morale) avant d’être reçus dans des revues plus généralistes (par exemple le Mercure de France). Il ressort de cette enquête que l’accueil du milieu philosophique a été généralement tiède, même s’il y a de notables exceptions, et que la grande notoriété de Bergson – installée dès les premières années du siècle, avec son enseignement au Collège de France – est passée principalement par d’autres voies que celle de la confrérie des philosophes.

5Un accent fort a été mis sur la capacité que cette doctrine a eue d’être perçue comme la philosophie capable de penser les courants esthético-littéraires de la moderrnité : le symbolisme d’abord, l’impressionnisme ensuite, la musique des rénovateurs français (Debussy en tête), avant de paraître confluer aussi avec l’unanimisme (Jules Romains) et le cubisme (Gleizes).

6En outre, on a insisté sur le rôle capital des « disciples » hétérodoxes de Bergson, qui ont permis à cette philosophie universitaire de mordre sur des domaines auxquels, en principe, elle ne touchait pas : Sorel, Le Roy, Péguy ont décliné le bergsonisme dans les registres de la philosophie de l’histoire, de la sociologie, de la dogmatique religieuse, de l’épistémologie du conventionnalisme. Par eux, le bergsonisme a commencé de faire polémique, condition sans doute indispensable pour s’imposer largement.

7Enfin, on a souligné l’importance de l’accueil de certains catholiques, en particulier les « convertis » des générations 1880-1910.

8Le professeur Shlomo Sand est venu faire une conférence sur Sorel.

Publications

  • Avec M. Revault d’Allonnes, Paul Ricœur, Paris, Éditions de l’Herne, 2004, 362 p.
  • « Avant-propos », dans Paul Ricœur, op. cit., p. 9-11.
  • « La Revue de métaphysique et de morale », ibid., p. 46-48.
  • Avec M. Gauchet, La condition historique, entretiens avec F. Azouvi et S. Piron, Stock, 2003, 360 p.
  • « Tableau de la philosophie en France au début du XIXe siècle », dans Auguste Comte. Trajectoires positivistes. 1798-1998, sous la dir. de A. Petit, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 33-42.
  • « Une duchesse cartésienne ? », Études sur le XVIIIe siècle, 31, « La duchesse du Maine (1676-1753). Une mécène à la croisée des arts et des siècles », 2003, p. 155-159.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Azouvi, « Histoire politique et culturelle de la philosophie moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 613-615.

Référence électronique

François Azouvi, « Histoire politique et culturelle de la philosophie moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17077

Haut de page

Auteur

François Azouvi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals