Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Philosophie et épistémologie

Histoire de la pensée allemande (XIXe-XXe siècles)

Nicolas Tertulian
p. 620-621

Entrées d’index

Index thématique :

Philosophie et épistémologie
Haut de page

Texte intégral

Nicolas Tertulian, directeur d’études

Lukacs, Heidegger et la critique de la pensée postmoderne

1Le séminaire a été consacré dans un premier temps aux rapports conflictuels entre les pensées d’Adorno et de Lukacs. En guise d’introduction a été évoquée l’influence des premiers écrits de Lukacs sur la pensée d’Adorno, qui a été suivie d’un mauvais procès instruit à la pensée de maturité du philosophe. Ce premier aperçu nous a amené à entamer l’examen de leur évolution divergente au point de vue idéologique et politique. Une comparaison entre la Dialectique négative et l’Ontologie de l’être social nous a permis ensuite d’élucider les origines de la résistance opposée par Adorno au projet ontologique en philosophie, les limites de la dialectique négative et la source de son appréhension envers un matérialisme radical, à caractère ontologique ; enfin, de faire valoir la richesse des analyses catégoriales dans l’ontologie de Lukacs. Les critiques auxquelles les deux philosophes ont soumis la pensée de Heidegger ont permis d’analyser en même temps les différences qui existent entre leurs approches, visibles notamment dans le texte d’Adorno intitulé Ad Lukacs. Enfin l’opposition de leurs vues esthétiques a été examinée sur la toile de fond des clivages entre leurs pensées sur l’histoire.

2Dans un second temps les travaux du séminaire ont été consacrés aux rapports complexes de la pensée de Lukacs avec l’héritage de la philosophie hégélienne. Ont été soulignées les contributions majeures du philosophe à l’élucidation des origines de la dialectique hégélienne, la mise en valeur des connexions entre les vues économiques du jeune Hegel et les catégories fondamentales de sa pensée dialectique, enfin la portée de la critique de Marx au sujet de l’identification hégélienne entre objectivation et aliénation, critique assimilée et développée par Lukacs. Un accent particulier a été mis sur l’opposition entre l’attitude négative de Heidegger à l’égard de la dialectique (accentuée à la fin de sa vie) et la position de Lukacs, caractérisée par une attitude éminemment positive et récupératrice. Une place à part a été réservée à la confrontation avec le néo-hégélianisme allemand et français, en particulier avec l’interprétation « pan-tragique » de la pensée hégélienne de Hermann Glockner en Allemagne et, mutatis mutandis, de Jean Hyppolite en France. Mais l’objectif central de cette confrontation a été la pensée d’Alexandre Kojève : le contraste entre « l’ontologie double » qu’il préconisait sous l’influence de l’analytique existentielle de Heidegger, et l’ontologie sociale de Lukacs, le jeu complexe des proximités et des divergences dans leurs interprétations de la Phénoménologie de l’esprit.

3Gilles Labelle, professeur à la faculté des sciences politiques de l’Université d’Ottawa, a présenté dans le cadre du séminaire un exposé sur la pensée politique de Leo Strauss et Philippe Ivernel, maître de conférences à l’Université Paris-VIII, un exposé sur la critique de la raison technicienne chez Günther Anders et Hans Jonas.

4Le directeur d’études a présenté une communication intitulée « Tradition napolitaine et philosophie européenne » à la réunion organisée par l’Unesco à l’occasion du trentième anniversaire de l’Istituto italiano per gli studi filosofici de Naples et a participé à un débat sur Nietzsche organisé par le même institut à l’occasion de la sortie du livre de Domenico Losurdo Nietzsche, Il ribelle aristocratico (Bollati Boringheri, 2002).

Publications

  • « Croce et Gentile, de l’amitié à l’adversité », Il Contributo, revue quadri-mestrielle, janvier-avril, 1 (xxiv), 2003, nouvelle série, p. 3-23.
  • « Nicolai Hartmann et Georg Lukacs, une alliance féconde », Archives de philosophie, 66, 4/2003, p. 663-698.
  • « Sul metodo ontologico-genetico in filosofia », Marxismo oggi, Milan, 2/2003, p. 49-73 [trad. grecque dans Outopia, 57, 2003, p. 53-70].
  • « Marx : Una filosofia da subjetividade », Outubro, 10, 2004 [trad. de l’article « Devenons ce que nous sommes », Nouvel observateur, hors série « La pensée de Marx », octobre-novembre 2003, p. 40-45].
  • « Carl Schmitt vu par les chercheurs allemands », Cités, 17, 2004, p. 157-164.
  • « La pensée de Schmitt est-elle indispensable à la démocratie ? », Droits, 40, 2004, p. 189-194.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Tertulian, « Histoire de la pensée allemande (XIXe-XXe siècles) », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 620-621.

Référence électronique

Nicolas Tertulian, « Histoire de la pensée allemande (XIXe-XXe siècles) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17083

Haut de page

Auteur

Nicolas Tertulian

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals