Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Signes, formes, représentations

Anthropologie du visuel

Georges Didi-Huberman
p. 635-637

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Georges Didi-Huberman, maître de conférences

Des images comme fluides (suite)

1Nous avons, cette année, envisagé successivement deux cas exemplaires du problème – historique et théorique – indiqué par notre titre. Ces deux cas ont en commun d’établir une relation entre images artistiques et images scientifiques, mais aussi entre la pensée humaniste de la Renaissance et le renouveau épistémologique du XIXe siècle. Le fil conducteur pourrait être reconnu dans un destin de longue durée de l’approche lucrétienne du monde physique.

2Le premier cas est la lecture que donne Aby Warburg, en 1893, des tableaux mythologiques de Botticelli. Au-delà des résultats manifestes de son enquête philologique, à savoir l’établissement de certaines « sources » de l’image, Warburg a voulu problématiser ce que des mots comme sources, courants ou influences, si souvent utilisés par l’historien, recouvrent exactement : non pas des points d’origine discursifs illustrés après coup par quelques peintres bien conseillés, mais des méandres déjà complexes, déjà enchevêtrés, dans de vastes réseaux de surdéteminations culturelles. D’autre part, l’analyse warburgienne s’est justement focalisée sur des motifs de mouvances et de fluidités : vagues, cheveux et draperies dans le vent (cette « brise imaginaire » dont parlait Warburg). On a cherché à comprendre en quoi ces motifs constituaient, au Quattrocento, un outil figuratif et pathétique fondamental. On a établi, dans le De pictura d’Alberti, la symétrie de l’anima et de l’aria. On a commenté le sens chorégraphique de ce dernier mot au Quattrocento, qui permet de penser, avec Lucrèce, le flux et la danse de toute chose.

3Le second cas nous parle aussi de la « danse de toute chose » : c’est l’œuvre scientifique d’Étienne-Jules Marey qui, au-delà de sa propre « méthode graphique », aura engagé la photographie – puis la chronophotographie et enfin l’usage du film, plusieurs années avant les frères Lumière – dans la voie d’une exploration figurale du mouvement. Nous nous sommes spécialement attachés aux expériences de Marey sur les mouvements de l’air (1899-1901), expériences à propos desquelles nous avons conçu un ouvrage pour une exposition au musée d’Orsay en collaboration avec Laurent Mannoni, spécialiste de Marey et directeur des collections d’appareils à la Cinémathèque française. Les somptueuses images de fumées réalisées par Marey dans sa petite soufflerie expérimentale ont, elles aussi, de multiples « sources » : techniques, bien sûr, mais aussi philosophiques (c’est tout le débat, suscité par Bergson, sur le mouvement, la durée, la nuance, la discontinuité, etc.) et esthétiques (à une époque où Loïe Fuller produisait ses chorégraphies abstraites de pures draperies fluides et lumineuses).

Publications

  • Images malgré tout, Paris, Minuit, 2003, 235 p.
  • « L’être qui papillonne », dans Alain Fleischer. La vitesse d’évasion, Paris, Maison Européenne de la Photographie-Centre Georges Pompidou-Éditions Léo Scheer, 2003, p. 23-29.
  • « D’ombres et de cendres » [en hébreu], dans Claudio Parmiggiani, Tel Aviv, Tel Aviv Museum of Art, 2003, p. 35-55.
  • « L’immanence figurale. Hypocondrie et morphologie selon Victor Hugo », Les Cahiers du Musée national d’Art moderne, 85, 2003, p. 90-120.
  • « Hladanie stratenuch pramenov », trad. E. Flasková, Ars [Bratislava], 1, 2003, p. 3-16.
  • « Ce que nous voyons, ce qui nous regarde » [en japonais], Delta. Revue internationale pour la poésie expérimentale, 19, 2003, p. 58-65.
  • « De ressemblance à ressemblance », dans Maurice Blanchot, récits critiques, sous la dir. de C. Bident et P. Vilar, Tours-Paris, Éditions Farrago-Léo Scheer, 2003, p. 143-167.
  • « Before the Image, before time : the sovereignty of anachronism », dans trad. P. Mason, Compelling visuality. The work of art in and out of history, sous la dir. de C. Farrago et R. Zwijnenberg, Minneapolis-Londres, University of Minnesota Press, 2003, p. 31-44.
  • « O anacronismo fabrica a história : sobre a inatualidade de Carl Einstein », trad. M. Ozomar Ramos Squeff, Fronteiras. Arte, critica e outros ensaios, sous la dir. de M. Zielinsky, Porto Alegre, Editora da Universidade Federal do Rio Grande do Sud, 2003, p. 19-53.
  • « L’image par-delà le visible. Entretien avec Vincent Troger », Sciences humaines, 43, 2003-2004, hors série « Le monde des images », p. 20-21.
  • « Montaggio e memoria », trad. G. Di Liberti, Discipline filosofiche, XIII, 2003, 2, p. 35-56.
  • « The Imaginary breeze : Remarks on the air of the Quattrocento », trad. J. Zeimbekis et V. Rehberg, Journal of visual culture, II, 3, 2003, p. 275-289.
  • « Ombres, vents, vagues », Atopia, 2, 2003 [revue online www.atopiaonline.de].
  • « L’image-sillage », L’Inactuel, n° spécial, 10, hiver 2003-2004, p. 111-126.
  • « Le mot le plus long », Graffiti, 1, 2004, p. 8.
  • « Ce que nous voyons, ce qui nous regarde » [trad. japonaise], Delta. Revue internationale pour la poésie expérimentale, 20, 2004, p. 40-45.
  • « Knowledge : movement (The man who spoke to butterflies) » dans trad. S. Hawkes, dans P.-A. Michaud, Aby Warburg and the image in motion, New York, Zone Books, 2004, p. 7-19.
  • « The Figurative incarnation of the sentence (notes on the “Autographic” skin) », trad. C. Davidson, Cabinet. A Quarterly for art and culture, 13, 2004, p. 49-53.
  • « Alla ricerca delle fonti perdute. Warburg e il tempo della Primavera », trad. R. Kirchmayr, Aut Aut, 321-322, 2004, p. 84-96.
  • « Sanat Tarihi, Su Tuhaf Disiplin », trad. S. Öztürk, Sanat Dünyamiz, 91, 2004, p. 27-35.
  • « Die unausweichliche Spaltung des Sehens », dans trad. M. Sedlaczek, Ulysses. Die unausweichliche Modalität des Sichtbaren. Der Roman von James Joyce in der zeitgenössischen Kunst, sous la dir. de T. Trummer, Vienne, Österreichische Galerie Belvedere-Verlag Christian Brandstätter, 2004, p. 128-138.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Didi-Huberman, « Anthropologie du visuel », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 635-637.

Référence électronique

Georges Didi-Huberman, « Anthropologie du visuel », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17090

Haut de page

Auteur

Georges Didi-Huberman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals