Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Signes, formes, représentations

Histoire et théorie de la musique

Esteban Buch
p. 649-650

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Esteban Buch, maître de conférences

Musique et politique au XXe siècle

1Dans le cadre d’un travail prolongé sur l’histoire des relations entre Arnold Schoenberg, son œuvre, et sa réception critique, le séminaire de cette année a exploré certains thèmes connexes de portée plus générale. Les premières séances ont été consacrées à la politique culturelle nazie, en situant l’exclusion de Schoenberg comme auteur de « musique dégénérée » dans la perspective d’une histoire longue (Platon) du lien entre censure et canon (Beethoven). En partant du reproche adressé à l’atonalisme de Schoenberg d’attenter contre la « loi organique du Volk », notre attention s’est ensuite focalisée sur le concept de loi et ses applications à la musique, tout en rejoignant une réflexion plus ancienne sur les métaphores politiques dans le domaine artistique. Ainsi avons-nous vu dans les régimes totalitaires l’exemple extrême d’une tendance répandue à postuler des liens nécessaires d’homologie entre la Loi au sens juridique ou politique du terme, et la loi au sens d’une technique musicale – en particulier les lois de l’harmonie, champ privilégié de l’innovation schoenbergienne. À la lumière d’auteurs tels que Kelsen, Ehrlich ou Hart, nous avons donc parcouru un corpus constitué de différents traités d’harmonie, en observant le statut des règles qui régissent par exemple le renversement des accords de neuvième ou l’interdiction des quintes parallèles. Les séances suivantes ont été consacrées à la thématique de la dégénérescence dans l’histoire des arts et à l’importance des métaphores psychiatriques et organicistes, notamment chez Max Nordau et Nietzsche. Revenant sur la question de l’harmonie, nous avons enfin dégagé certains éléments normatifs des descriptions de la « crise de la tonalité » emblématisée par Schoenberg, en les confrontant à l’analyse musicale d’œuvres de Liszt, Wagner, Mahler et Strauss. Par ailleurs, le séminaire a inclus une série d’exposés d’étudiants, invités à travailler sur des sujets théoriques en connexion avec leur recherche.

Publications

  • « Musiques populaires et musiques d’État : à propos d’une version rock de l’hymne national argentin », dans Musiques populaires : usages sociaux et sentiments d’appartenance, sous la dir. de G. Bonacci et S. Fila-Bakabadio, Centre d’études africaines/EHESS, 2003, p. 15-26.
  • « Métaphores politiques dans le Traité d’harmonie de Schoenberg », Mil neuf cent, revue d’histoire intellectuelle, 21, « Art et société. Les ruptures de la Belle Époque », 2003, p. 55-76.
  • « Au nom de la Loi : Schoenberg et les critiques », Raisons politiques, 14, 2004, p. 21-40.
  • « Depuis que l’homme écrit l’histoire... : Brassens et la Guerre de 14-18 », La Chanson française, revue de la Bibliothèque nationale de France, 16, 2004, p. 30-32.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Esteban Buch, « Histoire et théorie de la musique », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 649-650.

Référence électronique

Esteban Buch, « Histoire et théorie de la musique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17096

Haut de page

Auteur

Esteban Buch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals