Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Signes, formes, représentations

Histoire des contes

Catherine Velay-Vallantin
p. 650-651

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Catherine Velay-vallantin, maître de conférences

1Cette année, s’interrogeant sur les appropriations du conte au cinéma, le séminaire a étudié le film de Jean Cocteau, La Belle et la bête, produit en janvier 1946. Ce film montre bien comment le poète s’est emparé des longues mémoires traditionnelles mobilisées habituellement par le conte : un passé romanesque, un thème de science-fiction, des techniques désuètes. Mais cette performance permet-elle à Cocteau d’inventer un nouveau récit, ou bien de mettre en scène une attraction, un spectacle de foire détaché de toute cohérence narrative ? Pour répondre à cette question, le séminaire a dévoilé toute la mosaïque des dettes et des héritages narratifs et iconographiques, ne serait-ce que pour évaluer l’efficacité créatrice de l’absence d’étanchéité entre communautés artistiques et scientifiques qui a régi la vie culturelle du premier XXe siècle. Dans un premier temps, on a donc retracé les contacts, les conflits, les survivances, les juxtapositions, les agrégats, les continuités qui lient les formes narratives et qui tendent à constituer le style d’un film, bientôt érigé en chef-d’œuvre national. Mais au-delà d’une analyse linéaire qui viserait à recomposer ce film en un jeu d’influences, on s’est proposé d’interroger plutôt la « vie des formes » d’après les temps et les lieux disjoints qui nous la restituent et qui lui donnent ses significations. Dans un deuxième temps, le séminaire a aussi travaillé sur les conventions historiographiques et épistémologiques qui légitiment les structures narratives aux yeux des spectateurs : aussi bien folkloriste que poète, Cocteau a réussi à regrouper tout le matériel du conte selon une problématique du masque où se lisent en filigrane les expériences de la possession. En cela, il s’est situé dans la droite ligne de Michel Leiris et des surréalistes, qui notaient combien les procédures de l’initiation par la possession diabolique passaient par des figures qui accentuaient ce qui était déjà présent dans l’inconscient collectif. Peu coutumier des inscriptions collectives, Cocteau a vu dans cette démarche le moyen d’accréditer son film auprès des surréalistes dont il ne cessait de réclamer le soutien.

Publications

  • « La Belle ensommeillée », La Grande Oreille, Atelier de littérature orale, 17, mai 2003, p. 34-40.
  • « Charles Perrault n’a jamais existé », op. cit., 18, octobre 2003, p. 36-39.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Velay-Vallantin, « Histoire des contes », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 650-651.

Référence électronique

Catherine Velay-Vallantin, « Histoire des contes », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17097

Haut de page

Auteur

Catherine Velay-Vallantin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals