Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Signes, formes, représentations

Fonctions imaginaires et sociales des arts et des littératures

Jacques Leenhardt
p. 656-658

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Jacques Leenhardt, directeur d’études

Paysages et société dans la littérature et les arts aux XIXe et XXe siècles

1Le séminaire de cette année, consacré comme précédemment aux rapports entre littérature et paysage, a porté d’abord sur quelques textes de Proust mettant en jeu la mémoire du paysage. Il s’est agi du texte ouvrant, dans l’édition Clarac, Le temps retrouvé, puis de divers textes reprenant les motifs de Combray, du clocher de l’église, du « Côté de Guermantes », etc. On a montré comment Proust construit la différence entre le pays, entité géographique, et le paysage, produit singulier de ce qu’il appelle une « psychologie dans l’espace ».

2À la suite de l’exposé de Diana Samarineanu sur son travail consacré au paysage chez Julien Gracq, on a analysé très en détail un petit texte de cet auteur, La sieste en Flandre hollandaise, dans l’idée de montrer comment ce qui se présente comme une description paysagère aboutit à donner forme à une posture philosophique grâce à la médiation fondatrice des sensations du corps dans le paysage. Pour faire ressortir cette particularité, on a « opposé » au texte de Gracq un extrait de Des rivières plein la voix (2004) de Ludovic Janvier, ce qui a permis de mettre en évidence la fonction des registres métaphoriques soutenant l’imaginaire de l’eau. Des lectures de Bachelard sont alors venues compléter cet examen en introduisant le débat sur les structures anthropologiques de l’imaginaire, lequel s’est prolongé par un exposé de Colette Grandclaudon sur quelques textes de Pierre Michon tirés de Abbés.

3Anthony Poiraudeau a donné un exposé sur « le génie du lieu » comme identité locale, en s’appuyant sur des textes déjà analysés dans le séminaire ainsi que sur les œuvres de Andy Goldworthy et Claudio Parmigiani.

4Dans le champ de recherche sur le paysage, j’ai donné une série de cours à l’École d’architecture de Paris-La Villette dans le cadre du DEA « Jardins, paysages, territoires » ; participé au colloque « Paysages d’ici et d’ailleurs » organisé par Dolores Toma à Bucarest et à la table ronde « Terre, territoire et imaginaire » du forum aquitain du patrimoine rural à Bordeaux. J’ai été invité à participer aux deux sessions du projet São Paulo 450 ans/Paris ; je fais partie du conseil scientifique du projet de mise en place d’une plate-forme de recherche internationale « Paysage(s) et création contemporaine » à l’École des beaux-arts de La Réunion et ai organisé, en collaboration avec Monsieur Jungwook Park, avec lequel j’ai mis en place « Ars & Locus Institut », une journée d’étude « Art et paysage » dans les locaux de l’École. Enfin, notre équipe a remis au ministère de l’Environnement le rapport final du programme « Politiques publiques et paysages : analyse, évaluation, comparaisons ».

5Dans le domaine de recherche sur la littérature et les arts, j’ai dispensé un séminaire à l’École doctorale francophone en sciences sociales, Europe centrale et orientale à Bucarest, participé au colloque international « Les origines et les arts » du centre de recherche en arts visuels de l’Université Paris-I, à la journée d’étude « Numérisation, lien social, lectures » au département de sociologie de l’Université de Crète, à la VIe Biennale de Dakar dans le cadre du programme « Afrique en créations » de l’AFAA (ministère des Affaires étrangères) et au colloque « Wifredo Lam, l’urgence poétique » à Pointe-à-Pitre. J’ai par ailleurs organisé, en collaboration avec le centre de la traduction de l’Université de Metz, une journée d’étude « Art et littérature en Amérique latine » à la Maison des sciences de l’Homme à Paris. En outre, le groupe Clíope (Universités de Rome, Bologne, Porto Alegre, USP et EHESS) s’est réuni deux fois, à Paris et à Bologne, sur le thème « O Histórico na literatura e o literário na história na obra de Sérgio Buarque de Holanda » pour finaliser la publication d’un ouvrage consacré à l’historiographie de Sérgio Buarque de Holanda.

Publications

  • « Il giardino como metafora della vita », trad. italienne de C. Lotito et Β. Eletta Camoni, dans Il paradigma vegetale. La scienza e l’arte contemporanea religgono La metamorfosi delle piante di Goethe, sous la dir. de B. Eletta Camoni, Bologne, Edizioni Pendragon, 2003, p. 63-72.
  • « Subjektkonstitution im literarischen Austauch », trad. allemande de A. Eckert, dans Proteus im Spiegel. Kritische Theorie des Subjekts im 20. Jahrhundert, sous la dir. de P. Geyer et M. Schmitz-Emans, Würzburg, Königshausen & Neumann, 2003, p. 317-324.
  • « “Ecological aesthetics or aesthetic ecology” dialogue between Jacques Leenhardt and Herman Prigann », dans Ecological aesthetics. Art in environmental design. Theory and practice, sous la dir. de H. Strelow, H. Prigann et V. David, Bâle, Berlin, Boston, Birkhäuser Publishers for Architecture, 2004, p. 110-115.
  • « La production de soi dans l’image », trad. chinoise, dans Changing bodies. Concepts and images of the body in Western art, sous la dir. de Shai-Shu Tzeng, Taiwan, SMC Publishing (« Western Art History Studies Series », 1), 2004, p. 141-158.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Leenhardt, « Fonctions imaginaires et sociales des arts et des littératures », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 656-658.

Référence électronique

Jacques Leenhardt, « Fonctions imaginaires et sociales des arts et des littératures », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17104

Haut de page

Auteur

Jacques Leenhardt

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals