Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Signes, formes, représentations

Lire

Daniel S. Milo
p. 658-660

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Daniel S. Milo, maitre de conférences

Impartialité, autocritique, mépris de soi

1L’amour de soi est une contradiction dans les termes, est un leurre, n’en déplaise aux égocentriques, aux nombrilistes et autres narcissiques. Qu’on se le dise une fois pour toutes : on aime autrui ou point. Dans son commerce assidu, quotidien avec lui-même, un individu est réduit à la tolérance, voire à l’acceptation de soi, et encore.

2Pour asseoir ces truismes pourtant niés ou juste ignorés, nous avons ouvert, pour la énième fois dans ce séminaire, mais pas la dernière, le texte fondateur de cette illusion, à savoir le « mythe » de Narcisse tel qu’il est conté, non, inventé de toutes pièces par Ovide dans Les métamorphoses. Une lecture rapide mais dépourvue de préjugés freudiens révèle l’évidence : Narcisse ne s’est pas entiché de sa personne pourtant magnifique, objectivement magnifique, mais d’une image qu’il ignorait être sienne. Il y a mieux : l’objet du délire de Narcisse méritait cet élan et comment, vu que, de l’aveu de l’auteur, personne ne pouvait résister à sa beauté absolue, ni les dieux ni les chair et sang et os. Et mieux encore : loin d’être un amour de raison ou de complaisance, ce fut l’amour fou par excellence. Contrairement à vous et moi – une vie en promotion : quand on paie de sa personne, nous avons une réduction – Narcisse y a laissé sa peau si lisse. L’argument étant développé et le développement argumenté dans mon Pour Narcisse. Essai de l’amour impartial, 1995, pas besoin de s’y attarder.

3Nous avons enveloppé cette lecture fondatrice par une revue d’effectif d’une dizaine d’ouvrages de la mouvance New Age, qui répondent tous plus ou moins à l’invocation « Aime-toi, la vie t’aimera », titre du best-seller de Catherine Bensaïd. Résultats de l’enquête : ces livres sont moins bêtes que l’on veut bien croire avec condescendance, quelques-uns sont même intelligents, mais loin de donner la recette d’une passion pour sa propre personne ni même de l’affection inconditionnelle de soi, ils ne promettent qu’une tiède acceptation de soi sans gloire ni feu.

4En parallèle, l’année a démarré une autre direction de recherche et de réflexion : infantilisme et raison d’État. J’ai proposé un modèle reposant sur deux axiomes, qui en réalité ne font qu’un : I. Le champ de l’humainement contrôlable va croissant et II. De ce qu’il peut contrôler, un homme est appelé à faire un tri de plus en plus draconien. Il s’en déduit que plus on peut contrôler en théorie, moins on contrôle en pratique.

5Celui qui ne peut pas encore maîtriser sa vie, c’est l’enfant ; celui qui délègue à mieux qualifié que lui un détail de sa vie sans en perdre la mainmise, c’est l’adulte ; celui qui peut et doit avoir une emprise sur un détail de sa vie mais l’abdique au profit d’autrui – le médecin, l’avocat, le groupe, l’État – c’est l’infantile.

6J’ai avancé la thèse suivante, elle sera au centre du séminaire de l’année prochaine : l’accroissement du champ du contrôlable – ce qui peut dépendre de la volonté et du savoir-faire du sujet – vaut aussi bien au niveau de chaque homme en particulier qu’au niveau de l’homme en général ; il domine l’ontogenèse de tout un chacun comme l’histoire de l’espèce humaine. Et l’écart entre le contrôlable en principe et le contrôlable en réalité ne cesse de grandir depuis notre descente de l’arbre, jusqu’au déchirement et au démembrement. Ainsi se dessinent, comme horizon inéluctable, deux états de l’humanité : une enfance prolongée et un infantilisme propagé, à nos descendants de choisir.

Publication

  • Les Porteurs de cerveau, t. I, Et/ou, Paris, Les Belles Lettres, 2004.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel S. Milo, « Lire », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 658-660.

Référence électronique

Daniel S. Milo, « Lire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17105

Haut de page

Auteur

Daniel S. Milo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals