Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Linguistique, sémantique

Linguistique japonaise et occidentale : problèmes, méthodes et histoire

Irène Tamba
p. 661-663

Entrées d’index

Index thématique :

Linguistique‚ sémantique
Haut de page

Texte intégral

Irène Tamba, directeur d’études

La notion de modalité en linguistique japonaise et coréenne

1Le terme de modalité dans la linguistique japonaise ne désigne pas une catégorie bien délimitée mais sert à étiqueter des marques lexicales ou grammaticales qui varient selon le point de vue théorique et le niveau de description adoptés. Après une recension globale des travaux de linguistes japonais et coréens, nous nous sommes intéressés à un type spécifique de marques modales qui sont incorporées dans les connecteurs interpropositionnels, dits hypothétiques. Ainsi, en coréen comme en japonais, on indique une hypothèse en adjoignant au prédicat d’une première proposition (P1) une marque de connexion hypothétique (-Con-hyp), analysée comme un suffixe auxiliaire verbal ou une particule, qui enchaîne P1 à une deuxième proposition (P2) dont le prédicat final (Préd.F) clôt l’unité phrastique complexe de structure <P1-Con. P2-préd.F>. De même le coréen et le japonais expriment l’obligation en couplant une hypothétique négative (P1-neg-con.Hyp P2) à un prédicat final P2 négatif des verbes « aller » ou « devenir ». Ainsi la modalité déontique « devoir » correspond à la structure « si pas P1, P2 ne va/ne devient pas ».

2Mais le japonais et le coréen diffèrent au niveau du paradigme des marqueurs interpropositionnels d’hypothèse. Alors qu’en coréen myeon/eumyeon est le principal suffixe auxiliaire (échangeable dans de rares cas avec keoteon, comme l’a montré un exposé de Mme Yun-Roger), en japonais on dispose de trois morphèmes auxiliaires liés : Ve-ba/Qual.kereba, Vi-tara, V/N nara, et de la particule to. L’identification catégorielle de ces connecteurs soulève plusieurs problèmes de découpage et d’analyse que nous avons rappelés, en tenant compte de l’évolution diachronique et des différents styles des écrits japonais (sino-japonais, japonais classique, japonais moderne).

3Mais la masse de travaux porte sur la comparaison et la différenciation distributionnelle et sémantique de ces quatre marques de connexion. En partant des études sur corpus existantes, il nous est apparu que bon nombre des exemples demandaient à être spécifiés par des indices contextuels, si bien qu’une comparaison, hors contexte, de ces quatre structures conduisait à des impasses ou à des généralisations sémantiques hâtives et peu fiables. Aussi avons-nous abandonné la comparaison des phrases incluant ces connecteurs, pour nous concentrer sur le fonctionnement d’un seul d’entre eux, -ba, qui apparaît comme le plus général. Et nous avons entrepris de relever tous les facteurs pertinents pour son interprétation au niveau de la phrase complexe (type sémantique des lexèmes verbaux ou qualitatifs, temps, phrase générique ou cas unique, etc.). L’étude en cours est à poursuivre l’an prochain.

4Une autre thématique du séminaire a été la comparaison des écritures coréennes et japonaises, dans leur rapport à l’écriture chinoise. Song Young-Bin, professeur invité, a donné trois conférences (en japonais) suivies de discussions très animées sur les enjeux linguistiques et politiques, passés, présents et futurs, de l’écriture au Japon et en Corée.

5De mon côté, j’ai participé en tant que conférencière invitée à trois colloques internationaux.

  • Colloque international, « La partition en langue et en discours », Strasbourg (novembre 2003), communication avec B. Bosredon, intitulée « Entre tout et partie : l’ambiguïté des relations liant un titre à une œuvre littéraire ou picturale ».
  • J’ai été invitée en séance plénière au Japon (mai 2004) à l’occasion du soixantième anniversaire de la Société de linguistique japonaise, pour marquer l’ouverture internationale de celle-ci par un changement symbolique de dénomination : ce soixantième colloque de la « langue nationale » (kokugo) a inauguré le premier colloque international de la « langue japonaise » (nihongo). Mon intervention (en japonais) a porté sur « L’approche contrastive des catégories linguistiques en japonais et en français ». Une seconde semaine (mai 2004) a été consacrée à des séminaires de recherches contrastives sur le japonais avec le professeur M. Inoue au Centre national de recherches linguistiques de Tokyo. Colloque international de la Casa de Velazquez, à Madrid (mai 2004) : communication intitulée « La motivation du nom face à l’arbitraire du signe : à propos de “shoah” ».

6Voir également le séminaire avec S. Fisher.

Publications

  • « Analogie et équivalence dans la traduction », Regards croisés sur l’analogie, sous la dir. de K. Duvignau, O. Gasquet, B. Gaume, Revue d’intelligence artificielle, 17, 5-6, 2003, p. 899-908.
  • « Autonymie, dénomination et fonction métalinguistique : quelques remarques », dans Parler des mots. Le fait autonymique en discours, sous la dir. de J. Authier-Revuz, M. Doury, S. Reboul-Touré, Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2004, p. 59-68.
  • « L’approche contrastive des catégories linguistiques en japonais et en français », Actes du 1er Colloque International de la langue japonaise (en jap.), Tokyo, éd. Institut national de recherches linguistiques, 2004.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irène Tamba, « Linguistique japonaise et occidentale : problèmes, méthodes et histoire », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 661-663.

Référence électronique

Irène Tamba, « Linguistique japonaise et occidentale : problèmes, méthodes et histoire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17110

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals