Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Linguistique, sémantique

Linguistique chinoise : histoire de la langue et de ses représentations

Alain Peyraube
p. 663-665

Entrées d’index

Index thématique :

Linguistique‚ sémantique
Haut de page

Texte intégral

Alain Peyraube, directeur d’études

Typologie syntaxique des langues sinitiques

1Comme l’année précédente, le séminaire a été consacré à l’identification des propriétés syntaxiques communes à plusieurs langues sinitiques (mandarin, cantonais, wu, min, etc.) et à une analyse des différences fondamentales qui se manifestent entre elles. Une étude détaillée a été menée de ces variations, de leur nature, de leur origine et de leur évolution (par mécanisme interne du changement – processus d’analogie ou de réanalyse, y compris la grammaticalisation – ou par emprunts externes, à la suite de contacts prolongés entre langues). La place des langues sinitiques a ensuite été située dans le grand ensemble linguistique de l’Asie orientale et de l’Asie du Sud-Est et des comparaisons ont été effectuées avec les autres familles de cet ensemble : langues tibéto-birmanes, langues tai-kadai, langues austronésiennes, langues austro-asiatiques, langues miao-yao, langues altaïques.

2Au cours de l’année écoulée, les deux questions suivantes ont été traitées : constructions adverbiales et surtout les structures causatives.

3Dans certaines langues sinitiques du sud, les adverbes sont postverbaux, alors qu’ils sont toujours pré-verbaux en mandarin standard, dans toutes les langues sinitiques du nord et dans les états antérieurs du chinois (chinois archaïque, médiéval et pré-moderne). Il a été montré que cette position post-verbale résulte de l’influence d’autres langues avec lesquelles le chinois a été en contact, notamment des langues de la famille tai-kadai.

4L’histoire des structures causatives analytiques ou périphrastiques du chinois a ensuite été retracée dans le détail, de l’époque du bas-archaïque (chinois classique par excellence, Ve-IIe siècles avant J.-C.) à la période contemporaine. Dans la langue du bas-archaïque, trois verbes causatifs sont utilisés : shi, ling et wei « faire que... ».

5Jiao 1, qui vient du verbe « enseigner, instruire », est attesté comme un nouveau verbe causatif, dès la fin du pré-médiéval (IIIe siècle de notre ère). On en trouve quelques exemples dans le Lun Heng de Wang Chong. Il est ensuite remplacé par jiao2, vers le VIe siècle (haut-médiéval), et, plus tard, à l’époque moderne, par jiao3 « appeler ».

6D’autres causatifs font ensuite leur apparition en bas-médiéval (VIIe-XIIIe siècles) :

7yu < « donner » ; yao < « vouloir » ; zhao/zhuo < « envoyer » ; qi < « demander, mendier », puis « donner » dès le bas-médiéval. Enfin, dans la langue contemporaine, rang « causer » et gei « donner ».

8Ces verbes causatifs ont ensuite été tous utilisés comme des marqueurs du passif. Certains d’entre eux ont aussi servi de marqueurs du datif, notamment ceux qui avaient pour origine le verbe « donner ». Pour rendre compte de ces dérivations, les deux hypothèses concurrentes d’une polygrammaticalisation (verbe [+ donner] > marqueur du datif ; verbe [+ donner] > verbe causatif ; verbe [+ donner] > marqueur du passif) ou d’une chaîne de grammaticalisations (verbe [+ donner] > marqueur du datif > verbe causatif > marqueur du passif) ont été écartées. L’hypothèse de deux processus distincts de grammaticalisation a été retenue : 1. verbe [+ donner] > marqueur du datif ; 2. verbe [+ donner] > verbe causatif > marqueur du passif.

9Plusieurs conférenciers invités sont intervenus dans le cadre du séminaire : Wu Fuxiang et Bai Weiguo (Institut de linguistique de l’Académie des sciences sociales de Chine), George Van Driem (Université de Leyde, Pays-Bas), Hilary Chappell (Université La Trobe, Australie), Zhang Min (Université des sciences et des technologies, Hong Kong).

Publications

  • « Some thoughts on cultural relativism », dans International seminar on nuclear war and planetary emergencies, 29th session, sous la dir. de R. Ragaini, Singapore, World Scientific Publishing Co., 2003, p. 62-69.
  • « Ancient Chinese », dans Encyclopedia of the World’s ancient languages, sous la dir. de R. Woodard, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, p. 988-1014.
  • « Grammaire diachronique et cognition : l’exemple du chinois », dans La linguistique cognitive, sous la dir. de C. Fuchs, Paris, Orphys-MSH, 2004, p. 135-154.
  • « On moving constituents », dans Historical development of Chinese language, sous la dir. de Ho Dah-An, Taipei, Academia Sinica, 2003, p. 141-156.
  • « Bo Yang dui wenhua yanjiu de gongxian », dans So Yang wenxue shixue sixiang, sous la dir. de Li Rui-teng, Taipei, Wenhua jianshe weiyuanhui, 2003, p. 7-17 [« Les contributions de Bo Yang aux recherches culturelles », dans Bo Yang. Littérature, histoire, idéologies].
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Peyraube, « Linguistique chinoise : histoire de la langue et de ses représentations », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 663-665.

Référence électronique

Alain Peyraube, « Linguistique chinoise : histoire de la langue et de ses représentations », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 21 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/17111

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals